Voyez ce qui se passe chez votre enfant lorsque vous lui criez dessus – Recettes en Famille

Voyez ce qui se passe chez votre enfant lorsque vous lui criez dessus

by Emma

Être parent est un rôle difficile mais c’est aussi une aubaine. Personne n’osera sûrement dire le contraire. Mais en parallèle, certaines situations vous froissent et il n’est pas évident de toujours garder son calme. Vous commencez alors à perdre patience.

Lorsque qu’un enfant se fait crier dessus, cela n’est pas sans conséquence. En sus, cette action influence l’enfant mentalement et physiquement. Vous aurez donc des enfants moins dociles et plus déprimés. Il est vrai que hausser la voix sur un enfant est socialement admis, pourtant la science prouve son inefficacité.

Effectivement, lorsque vous levez le ton sur votre enfant, il arrêtera le comportement remis en cause. Cependant, cette action aura des conséquences négatifs sur cet enfant. En tant qu’adulte, vous préférez une conversation flegmatique plutôt que de se faire crier dessus. Ainsi, l’une et l’autre partie pourra émettre ses arguments. Alors, pourquoi un enfant doit-il subir cet acte ?

Commme un enfant manque encore d’expérience émotionnelle, cela ne lui permet pas de prendre assez de recul sur ce qui se passe. Un enfant aura sans doute du mal à comprendre la raison de vos cries. Selon Laura Markham, docteure fondatrice de “Aha! Parenting, et auteure de Peaceful Parent, Happy Kids: How to Stop Yelling and Start Connecting, lorsque’un enfant de fait crier dessus, il se “ferme” entièrement à vos expressions. Donc, pas de message passé ! Il peut pleurer ou simplement regarder dans le vide. Ce n’est pas évident pour lui d’apprendre de ses erreurs et des conséquences de ses actes. Au contraire, l’enfant continuera de se fermer tout en devenant craintif de ses parents. Avec un enfant qui bloque ses émotions, il serait difficile d’établir des dialogues constructifs, alors que c’est le moyen avec lequel il pourra saisir les conséquences de ses actions. Faute de ces échanges constructifs, l’enfant sera amené à des récidives.

Des enfants entêtés

A un si jeune âge, les enfants ne peuvent compter que sur leur père et mère. Au fil des années, ils grandissent et deviennent de plus en plus indépendants. Parfois, le fait de leur crier dessus provoque des tensions évitables, mais également, il augmentera la résistance à l’autorité.

Dans une recherche parue sur “Society for Research in Child Development”, des ados de 13 ans, se faisant souvent gronder ont des problèmes comportementaux.

D’ailleurs, ils ont tendance à devenir plus agressifs, tant physiquement que mentalement.

Lorsque vous criez devant vos enfants, vous leur apprenez que c’est la bonne manière. Attendez-vous à ce qu’ils deviennent violents verbalement une fois mâture. Ce n’est pas tout, ils seront plus vulnérables aux relations toxiques et aux intimidations. La raison ? C’est parce qu’ils ne savent pas les limites saines dans les liens sociaux.

Des effets négatifs sur le physique

Selon une recherche en date de 2011, les enfants victimes de stress psychologique sont plus susceptibles de subir de maladie chronique. En sus, le résultat d’une autre enquête affirme que ces jeunes enfants sont plus à même de développer de troubles d’humeur et d’anxiété tout au long de leur vie, même adulte.

Différence entre peur et obéissance

Ce qui est sûr, crier n’est pas la solution. Les enfants souvent grondés réagiront très peu à la réprimande, à en croire à Markham. En effet, ils se déconnectent tout bonnement des situations.

Les enfants font confiance à leurs parents. Ainsi, ils ont besoin d’un atmosphère serein et calme pour se sentir en sécurité. Voir ses parents crier est effrayant pour un enfant de jeune âge. Vous pourrez perdre sa confiance.

En tant qu’enfant, sa capacité de réflexion n’est pas la même que la vôtre. Un enfant voit les choses autrement. Seule la conversation permettra à l’enfant d’exprimer ses pensées.

Les cris affectent le cerveau des enfants

Lorsque vous êtes violents envers les enfants, cela fait libérer une substance dans leur cerveau. A terme, ce phénomène finira par affecter ses capacités de communication.

Comme le précise la docteure Laura Markham :

 Ils peuvent vous frapper, s’enfuir, ou ils resteront statiques. Aucune de ces réactions n’est bonne pour la formation du cerveau.

Toutefois, les parents peuvent hausse le ton en cas de certaines situations comme un danger, une bagarre avec un autre enfant, ou afin d’attirer l’attention de l’enfant. Lorsque le danger n’a plus lieu, la bagarre a pris fin et que vous avez son attention, il est primordial de baisser le ton. “Crier pour avertir, parler pour expliquer.” comme l’explique la spécialiste.

Des astuces pour ne plus crier sur vos enfants

Bien évidemment, un parent c’est avant tout, un humain. C’est pour cette raison que la colère est un sentiment normal mais qu’il est possible de gérer. Vous pouvez adopter ces gestes :

Dites désolé : il arrive de perdre son sang froid. Pour autant, évitez de culpabiliser. Au lieu de cela, adoptez la bonne attitude et expliquez à votre enfant que vous avez tort.

Apprenez à connaître vos réactions : vous devez connaître les éléments qui enclenchent vos colères. Ces réactions deviendront plus surmontables lorsque vous les connaissez mieux.

Informez vos enfants : selon Nina Howe, professeure auprès des futurs enseignants à l’Université Concordia, “tu me pousses à crier pour faire attention, si tu ne m’écoutes pas maintenant je pourrais oublier.” Cela étant dit, vous êtes amené à avertir vos enfants afin d’éviter les désobéissances. Par exemple, c’est presque l’heure de coucher et qu’il est temps de stopper les autres activités.

Consacrez un moment de pause : dans une situation délicate, la meilleure solution est de s’en éloigner. Un moment de répit est important afin de mieux se comprendre après. En voyant cette attitude, vos feront aussi de même. Sans oubli er que ce sont de bons observateurs !

Share to your social media accounts!

Send this to a friend