Une journaliste révèle dans un direct comment Jamel Debbouze a perdu son bras à 14 ans – Recettes en Famille

Une journaliste révèle dans un direct comment Jamel Debbouze a perdu son bras à 14 ans

by Emma
Jamel Debbouze a une carrière rocambolesque. Humoriste, acteur et producteur, il est un personnage symbolique de la radio, au cinéma et jusqu’à des séries humoristiques telles que « H ». L’artiste accroît les talents et remporte une victoire considérable auprès de ses admirateurs. La star venant de Trappes crée le Jamel Comedy Club en 2008 afin d’octroyer leur chance aux jeunes talentueux.

 

L’initiative révèlera des artistes désormais incontournables comme Fabrice Eboué ou Thomas N’Gijol. Avant de hisser sous ce personnage public que l’on connaît actuellement, Jamel Debbouze a vécu une adolescence parfois ardue.

A l’occasion de la promotion de leur nouveau livre, « La communauté », les journalistes Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué dévoilent comment il a perdu son bras droit.

Connue comme une commune sensible en Ile-de-France, Trappes est la vielle natale de nombreuses stars les plus admirés en France. Parmi eux, Omar Sy, Nicolas Anelka ou en l’occurrence et Jamel Debbouze.

Ces célébrités avaient fait l’objet d’un documentaire baptisé « L’Entrée des Trappistes » pour revenir sur leur parcours. Contrairement à cette interview de 2012, c’est dans un livre que la ville se trouve de nouveau sous le feu des projecteurs.

L’ouvrage de Raphaëlle Bacqué et  Ariane Chemin est nommé : « La communauté ». Paru en 2018 chez Albin Michel, le recueil rappelle dès ses premières pages le terrible accident qui a coûté à Jamel Debbouze l’usage de sa main droite. Ce qui a marqué le début de l’enquête réalisée par les deux journalistes du Monde.

Sur le plateau de BFM TV, ils expliquent leur souhait d’exposer ce propos aussi tôt dans le livre: “On a commencé sur l’accident de Jamel Debbouze parce que ça montre ça : cette ville dangereuse, violente, tragique…» affirme-t-ils.

 

Retour sur les faits émouvants

Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué estiment impossible d’évoquer l’humoriste originaire de cette ville sans faire une approche sur son accident. Ce dernier s’est passé sur la voie de chemin de fer qui longe la commune. Les séquelles de ce fait tragique et tristement célèbre mènent vers l’enquête des deux femmes qui reviennent sur cette période difficile de l’adolescence de l’humoriste. A 14 ans, il a subi un accident qui a coûté la vie à son ami et son bras droit.

« Il y a cette nationale, cette voie ferrée, et c’est une ville dangereuse », annonce Raphaëlle Bacqué. Puis d’ajouter, « Et effectivement, c’est à la gare de Trappe qu’il va, en voulant aller plus vite et traverser les bois pour attraper plus vite le bus qui le ramènera au cœur de ville, se faire happer par le Paris-Nantes qui arrive à toute vitesse ». «Son copain, Jean-Paul, en mourra et lui sera gravement blessé » renchérit-elle.

Cette histoire est émouvante et marquante pour Jamel Debbouze mais il a tout de même réussi à relever la tête grâce son sens de l’humour. A  l’occasion du documentaire “Dans la tête de Jamel Debbouze” diffusé sur M6, l’acteur relatait qu’après cet incident, il craignait le jugement des autres et l’exclusion du fait de son physique jugé « moins utile ».

« Heureusement que j’avais la bouche, les yeux et le reste pour m’exprimer et dire « Je suis intéressant je vous jure, je suis marrant je veux faire partie de la fête” » affirme-t-il lors de la sa confession. « Je n’étais pas fier de plein de choses et aujourd’hui je suis fier comme un coq parce que j’ai eu la chance de pouvoir m’exprimer par le rire » poursuit le mari de Mélissa Theuriau.

 

« J’étais heureux de vivre, je n’étais plus handicapé »

Lors de son interview par les confrères du Parisien à propos de son accident, Jamel Debbouze dévoile au grand jour qu’il a eu « la chance extraordinaire » de ne pas s’en rendre compte. « Quand le médecin est venu et m’a appris que je ne pourrais plus bouger le bras, il avait des stylos dans sa poche.

Je lui ai demandé de m’en prêter un et je me suis immédiatement mis à écrire de la main gauche » relate l’humoriste. Il a fait l’objet de rééducation durant environ 2 ans dans un établissement situé au 16ème arrondissement.

Jamel Debbouze doit apprendre à relativiser et il ne se laisse pas abattre, bien au contraire. « J’ai vu des gens qui ne pouvaient s’exprimer qu’avec leurs paupières » peut-on lire dans ses propos. « Là, je me suis senti très bien, très en forme. J’étais heureux de vivre, je n’étais plus handicapé ». Ce message plein d’espoir et émouvant rappelle à quel point il est nécessaire de relever la tête face aux aléas de la vie.

Au Madame Figaro en 2017, Jamel Debbouze déclare au grand public : « Dans la vie, on a tous vécu des choses plus ou moins dures : soit on les met dans sa poche, soit on les sort et on les affronte ». En outre, il confie avoir dissimulé son bras durant plusieurs années, par peur d’être lui-même embarrassé ou encore de gêner ses entourages.

Toutefois, sa famille en décidera d’une autre manière puisqu’ils lui octroieront la force et le courage de s’accepter comme tel. « Ma femme ou mes enfants prenaient ce bras et le sortaient. Ils avaient raison : il ne faut pas nier les choses, il faut mettre des mots dessus. Qu’il s’agisse de handicap ou de racisme », met-il en accent.