Une création de capsule biodégradable pour enterrer les défunts dans un arbre – Recettes en Famille

Une création de capsule biodégradable pour enterrer les défunts dans un arbre

by Emma

Le but de cette conception est de fusionner avec la nature une fois mort. Par ailleurs, il a pour objectif de baisser le plus que possible les traces de carbone dans l’environnement tout en permettant aux défunts de reposer pour toujours en tant qu’arbre. Une fois réalisé, ce projet pourrait se pencher vers des funérailles respectables à la nature et qui remplacent les tombes de nos jours. Cette capsule renferme des matières biodégradables et entièrement organiques. Ces derniers se transformeront ensuite en composants de l’arbre, comme le relaye le média CNN International.

Apparemment fictif, le projet peut être réalisé. Les chercheurs, à l’initiative du principe plus écologique conçoivent des capsules biodégradables, chose à laquelle peut bénéficier la planète Terre. Les corps des défunts deviendront alors une part entière d’un arbre. On vous en dit plus.

Une tombe fabriquée en matières biodégradables

Les corps auront donc le repos éternel dans un tronc d’arbre. Alors que les composants d’un cercueil de nos jours sont souvent du bois, des métaux, du béton pour les tombes renforcées, mais Jennifer DeBruyen, une chercheuse qui se spécialise en biosystèmes et en sciences a créé ce projet. Son principe implique un effort considérable consacré à faire des choses qui seront ensuite enterrées rapidement. Ses recherches ont incité à concevoir une sorte de capsule pour les cendres, donc un moyen d’enterrement des défunts dans le sens de limiter leur empreinte carbone.

Une capsule faite pour les cendres

L’idée est au début uniquement scientifique, mais en cours de route, elle a aussi deux concepteurs dans les concours, c’était aussi une manière de fusionner le nécessaire et le divertissement. Raoul Bretzel et Annal Citelli, deux inventeurs italiens ont nommé leurs créations « Capsula Mundi » signifiant littéralement capsule du monde. C’est une idée qui se rapporte très bien à son nom car cette capsule a la forme d’un œuf et ayant une coque en plastique réellement biodégradable. Une fois mise sous terre, la capsule se dégrade et petit à petit, ce qui en reste devient des nutriments pour une plante qui sera plantée au-dessus de la capsule. Cette création pourra placer une révolution dans le concept de la mort qui profitera à la planète.

Fini le consumérisme

Selon Bretzel et Citelli, la mort traduit consumérisme. Ce denier favorise les dépôts de carbone dans l’écosystème. Ainsi, le projet est destiné à la création de cimetières dans les arbres à la place des cimetières standards qui existent actuellement. Par ailleurs, le but de cette conception future est la réduction des déchets en plus de « créer une nouvelle vie avec la mort » grâce à la « capsule biodégradable » créée en 2003. L’invention a été avancée lors du salon du design Italien à Milan par les deux concepteurs.

Le projet réforme totalement l’environnement

L’initiatrice du projet affirme que c’est une énorme ambition qui a comme objectif de réformer la réalité. « Personne ne se soucie de l’impact futur » peut-on lire dans son témoignage. Puis de préciser « Nous avons commencé à réfléchir à des projets qui pourraient avoir un aspect environnemental. Nous n’aimons pas penser à la mort comme faisant partie de la vie. » Quant au designer de l’œuf funéraire, il affirme que le problème des funérailles traditionnels repose sur leur nature « anaérobique », puisque les corps sont barricadés dans une caisse et où ils se dégradent et que c’est dommage car c’est une « dégradation incomplète ». Par contre, si le projet se réalise, l’image qu’on a des cimetières changera complètement.

La loi soutient ce projet futuriste

Lorsque le projet se réalisera, la loi le soutiendra aussi. Enfin, Kate Kalanick, un membre du Green Burial Council une organisation américaine d’éco-certification exerçant dans l’industrie de la mort déclare cette idée prometteuse. C’est en raison d’une recrudescence de l’intérêt public pour les enterrements verts au cours des 24 derniers mois. L’organisation se voit alors satisfaite de l’augmentation de la demande qui provient des négociants et le taux de la meilleure persuasion pour le public sur ce projet. L’esprit qui a conçu cette idée est conscient de l’utilité de changement sur la conception de la mort.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend