Un signal de détresse qui permettent aux victimes de violences conjugales à appeler de l’aide – Recettes en Famille

Un signal de détresse qui permettent aux victimes de violences conjugales à appeler de l’aide

by Emma

Depuis que le Covid-19 envahit le monde, la population pâtit de plusieurs séquelles sans précédentes, dont les patients, les décédés, etc. Mais indirectement, ce chao fait de nombreuses victimes féminines de violences domestiques. Si certains gens se retrouvent dans la routine de vie habituelle, d’autres sont encore en confinement. Et dans ce sens, les personnes qui restent chez elles sont confrontées à un risque élevé d’endurer des violences domestiques. Afin de faire sortir les femmes de ce calvaire, la Fondation canadienne des femmes a mis en place un signal de détresse qui consiste à solliciter discrètement de l’aide.

Puisque le monde connait actuellement une recrudescence des violences conjugales, la Fondation canadienne des femmes a eu l’initiative de créer un signal à la main pour solliciter silencieusement de l’aide. Pour signaler le danger que les femmes endurent dans le ménage, elles peuvent dorénavant utiliser ce code pour prévenir leur proche de la violence conjugale.

Confinement : une explosion de violences domestiques

Alors que le virus mortel engendre plusieurs désastres sur tous les plans, les habitants de la planète sont restés chez soi afin de restreindre au mieux la transmission de la maladie. Parmi ces effets néfastes de la pandémie, on constate : un déclin économique, sur l’emploi, le plan touristique etc. mais surtout des chocs dans la vie familiale. Et pour cause, le confinement a amplifié le nombre de divorces enregistrés dans plusieurs pays, un phénomène qui a fait surface après des mois de confinement.

Ce n’est pas tout, mais le plus grave est la recrudescence des violences conjugales endurées par plusieurs femmes. Du fait que la famille passe tout leur temps à rester chez soi, les bourreaux en profitent pour faire souffrir leur proie en n’ayant aucune aide.

Signal de détresse par l’association canadienne

Si la Fondation canadienne des femmes est déterminée d’agir, c’est afin de venir en aide aux femmes victimes de brutalités dans le foyer.

Une page de ressources été consacrée dans ce sens, par la Fondation canadienne. Son objet est d’assembler les nouveaux périls endurés par les femmes du fait du confinement instauré pour lutter contre la pandémie de coronavirus. A la base, les mesures et solutions établies sur cette plateforme en ligne sont destinées aux femmes canadiennes qui endurent des violences conjugales. Toutefois, certaines des aides sont valables pour les femmes du monde entier, tout comme le « signal de détresse ».

Cet appel en aide est réalisé en principe lors d’un appel vidéo afin que le correspondant puisse être au fait de la situation. Le principe est d’éviter que le bourreau entende son appel au secours durant le dialogue en ligne. De plus, les victimes sont souvent surveillées par l’exécutant de la violence et sans aucun instant de liberté, notamment lors d’un coup d’appel. Solution ? Le signale de détresse permettrait de prévenir le proche silencieusement.

La victime est invitée à se servir de sa main pour appeler au secours. Pour le réaliser, elle doit lever l’une de ses mains, la paume face à la caméra et de plier le pouce. Ensuite, il suffit de refermer les quatre doigts restants pour que le pouce soit couvert. A la fin, une sorte de poing sera formée.

Il est vrai que certaines des victimes de violence conjugales n’auront pas la possibilité de passer un appel vidéo, mais la technique par la main sauvera des vies. A cet effet, il est imploré de partager ce geste de détresse afin qu’un maximum de personnes dans votre cercle amical ou familial soit en connaissance de la méthode.

Venir en aide aux victimes de violences domestiques

Avant tout, veillez à ne pas réagir si jamais un de vos proches vous faites le signal de détresse. En cause, il est probable que la victime de violence soit sous surveillance.

Ce qu’il faudra faire est de lui questionner sur ce qui se passe mais toujours de manière subtile et sécurisée. Pour ce faire, une solution idéale serait d’attendre jusqu’à ce que votre interlocuteur ne soit plus en haut-parleur pour lui questionner de ce qui lui arrive. Il est préférable de poser une question à laquelle la personne pourra répondre par un « oui » ou un « non ». Autrement, de demander directement « que puis-je faire pour t’aider ? ».

De toutes les manières, dans le cas où vous repérez que la personne est exposé à un danger critique, contactez immédiatement les secours.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend