Un médecin déclare le coronavirus comme étant l’infection la plus facile à soigner – Recettes en Famille

Un médecin déclare le coronavirus comme étant l’infection la plus facile à soigner

by Emma

Coronavirus, Sars-CoV ou encore Covid-19, autant de noms pour désigner la maladie virale qui touche actuellement un grand nombre de territoires. A l’échelle internationale, de nombreuses études ont été menées afin de connaître les racines du virus sans pour autant trouver le traitement adéquat. Une rumeur sur l’utilisation de la chloroquine, un antipaludique connu a éclaté en France. Suite à une déclaration du médecin spécialiste des maladies infectieuses Pr Didier Raoult, le médecin généraliste, Jérôme Marty, a déclenché le débat sur BFM TV. Selon Ouest France et France 3, ce médecin généraliste a obtenu l’autorisation de suivre ce chemin pour un éventuel traitement à Marseille.

A la 22ème minute d’une vidéo diffusée sur BFM TV, on peut clairement entendre que le Coronavirus serait l’épidémie la plus facile à soigner. Les paroles du Dr Didier Raoult  relayées par le Dr Marty, vantent une découverte faite par des spécialistes chinois concernant des traitements potentiels du coronavirus. Ces derniers présument que l’utilisation de la chloroquine, un antipaludique très connu, pouvait soigner d’une manière efficace le Covid-19. Le Pr Raoult appuie cette théorie en envisageant « la fin de partie » pour l’épidémie de coronavirus. Les explications dans cet article.

Coronavirus : Fin de partie !

Malgré l’ampleur virale et le bilan élevé des cas d’apparition du Coronavirus, le médecin spécialiste des maladies infectieuses, et directeur de l’Institut hospitalier universitaire Méditerranée-Infections de Marseille, le Pr Didier Raoult, semble avoir des opinions spécialement tranchés sur la façon d’agir face à la prolifération du virus. En se basant sur des expériences pharmacologiques chinoises, il affirme que : « C’est l’infection respiratoire la plus facile à traiter ». Il se vante sur les résultats thérapeutiques de la chloroquine, connue pour son efficacité à traiter le paludisme.

En effet, une étude menée à l’hôpital universitaire de Qingdao en Chine, semble démontrer l’efficacité de la chloroquine. Cependant, une problématique se pose sur l’échantillon considéré lors des recherches, que les cas soient affaiblis à rigoureux. Cette étude explique que : « Il est démontré que le phosphate de chloroquine, un ancien médicament pour le traitement du paludisme, a une efficacité apparente et une innocuité acceptable contre la pneumonie associée au Covid-19 dans le cadre d’essais cliniques multicentriques menés en Chine ».

Interviewé par le 20 Minutes, le Pr Didier Raoult insiste en disant : « Les scientifiques chinois sont des gens très sérieux. Ce ne sont pas des zozos, et ils ont montré que la chloroquine marche. Ça serait honnêtement une faute médicale que de ne pas donner de la chloroquine au coronavirus chinois. Ça n’a pas de sens. Soyons sérieux ».

Chloroquine : vraiment efficace ?

Une revue scientifique révèle les recommandations émanant d’experts sur prise du phosphate de chloroquine dans le traitement du Coronavirus à une dose de 500 mg, deux fois par jour et cela pendant 10 jours. Néanmoins, malgré la disponibilité de la particule et son coût un peu élevé, son emploi n’a pas encore mis d’accord tous les médecins et spécialistes. En effet, de nombreuses critiques agressives, comme celle du néphrologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Gilbert Deray, se sont emparées des paroles du Dr Raoult en insistant sur les effets secondaires sérieux.

Selon l’Agence Française de presse (AFP), François Maignen, docteur en pharmacie, expert de santé publique et spécialiste prudent, face à ces informations, incite à la méfiance : « Il faut être extrêmement circonspect et prudent », mais aussi « il faut avoir à disposition les protocoles, pour savoir comment l’étude a été conduite, quels ont été les critères d’évaluation, la population de patients ».

Au micro d’Europe 1, Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), de son côté, assure que le phosphate de chloroquine est purement efficace in vitro, soit lors du traitement du virus dans une éprouvette, et non sur un être vivant. Selon les explications de l’Inserm,  la reproduction du virus est assurément arrêtée in vitro, mais inutile de faire des conclusions trop hâtives ou d’être tenté par la prescription des antipaludiques sans idée préalable de ses effets. Selon toujours ce dernier, dans le contexte où ce traitement s’avèrerait efficace et tolérable chez les patients, ces renseignements devraient être “diffusées et donc rendues facile d’accès” pour accorder aux chercheurs une visibilité sur ces données.

D’après Libération, Xavier Lescure, spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat rajoute les voix contre l’empressement du Pr Didier Raoult à miser sur la chloroquine. Il dit , “attendre des preuves” puisque les résultats primitifs ne peuvent en aucun cas garantir l’efficacité des soins.

Chloroquine : Test sur 24 patients à Marseille

Le Pr Raoult annonce ce lundi 9 Mars dans une vidéo qu’il a obtenu l’autorisation d’effectuer des tests à base de chloroquine sur des sujets à l’IHU Méditerranée Infection de Marseille. De nombreux médias relayent les propos du professeur dans lequel il explique que l’un des objectifs visés par cette expérience serait “de réduire le transport viral” à seulement 4 jours. Les chercheurs chinois auraient mis en avant cette durée.

Jusqu’ici, il est encore ardu de s’exprimer sur l’efficacité du traitement. La confirmation ou l’infirmation de l’hypothèse du phosphate de chloroquine se verra lors des prochains résultats.

[sc name=”Suivant”]

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend