Un médecin ayant contracté le virus avise : « Le coronavirus n’est pas ce que vous pensez » – Recettes en Famille

Un médecin ayant contracté le virus avise : « Le coronavirus n’est pas ce que vous pensez »

by Emma

Toujours omniprésent, le coronavirus circule encore dans des pays dans le monde. Cependant, certaines personnes sont récalcitrantes au sujet du port de masque ou même au respect de la distanciation sociale. Certaines d’entre elles ne pourvoient même pas à la responsabilité de leurs faits. Alors que pour freiner la transmission du virus, il est primordial pour tout le monde de se comporter de manière imputée en s’adaptant aux règles d’hygiène ainsi que les mesures de sécurité sanitaire. Un médecin qui aurait voulu respecter ce règlement avant d’être attrapé par le Covid-19 a été admis à l’hôpital durant 105 jours. Un récit avertissant qui a été repris par Globalnews.

Le médecin dont il est sujet se nomme Greg Phillips, âgé de 59 ans. Son mari Matt Pettigraw est aussi une personne active qui consacre du temps avec lui au gymnase cinq fois par semaine et le couple était surtout fan des périples. Etant en bonne santé, Greg est sujet à une maladie sous-jacente d’hypertension artérielle.

Deux mois de vie infernale

Lorsqu’ils étaient retournés de leur voyage à Dallas, ils ont commencé à extérioriser des signes symptomatiques relatifs au nouveau coronavirus. Si son mari extériorisait une amélioration sa santé, Greg, il était cloué au lit en ayant encore une toux sévère et commençait aussi à avoir du mal à respirer. Ce parcours lui a valu deux semaines d’hospitalisation.

« L’infirmière a fait un grand pas, a étendu son bras et elle a dit : « Arrêtez », annonce Matt. Ensuite, il poursuit : « Je n’ai même pas pu le serrer dans mes bras, je n’ai pas pu lui dire au revoir ».

D’après Matt, les personnels de santé suspectaient une agression virale dans le cerveau en raison d’une encéphalite ont Greg souffrait.

Le long de ses jours à l’hôpital, Greg a extériorisé des sérieuses difficultés de santé dont un trouble rénal et une septicémie. Ce médecin a vécu deux mois de vie infernale avant son transfert vers un centre de réadaptation.

« Ce n’est pas un canular »

Suite à ce cauchemar qu’il a vécu, Greg a égaré jusqu’à 48 kilos de sa masse corporelle, est atteint d’un abcès au poumon qui est sur point de rétablir et rencontre toujours des complications pour avaler les nourritures. En sus, il endure des dommages nerveux au niveau de son bras gauche et ne peut utiliser que 30% de sa voix en raison de la catalepsie d’une corde vocale. Raison pour laquelle il utilise un déambulateur pour se mouvoir au quotidien.

Greg formule actuellement des propos qui exhortent les autres à prendre ce virus au sérieux. « S’il peut faire tomber un homme de 59 ans en bonne santé, il peut le faire à n’importe qui », peut-on lire dans son témoignage. Ensuite, ce victime poursuit : « Ce n’est pas un canular, le coronavirus n’est pas ce que vous pensez, ce n’est pas une conspiration et les gens doivent le savoir. Les règles existent pour sauver les gens ».

Un long chemin l’attend avant de se remettre de cette maladie. Il pointe du doigt les réunions en masse des gens qui négligent l’envergure de la Covid-19.

L’irresponsabilité des autres, un réel danger

La crise sanitaire a débarqué en 2020 avec de lourdes conséquences au niveau de la santé mondiale. A fortiori, on admet qu’elle permet aux gens ou du moins à certains d’entre eux, de connaître ce qu’est l’imputation, du fait que cette action est à même de les prémunir du danger de la maladie sans précédent.

D’ailleurs, adopter des actes qui font preuve de responsabilité est l’unique manière de dévier au risque de transmission. Il est vrai que les autorités gouvernementales prescrivent des mesures de sécurité, cependant, il appartient à tout un chacun de les adopter scrupuleusement tout en ayant du bon sens.

Dans l’Hexagone, le port du masque est actuellement dans n’importe quel lieu clos, sous peine de peine d’amende qui va jusqu’à 135 euros. La mesure regarderait les établissements commerciaux, les banques, les hyper-marchés ou les marchés couverts.

De son côté, le ministère de la santé déclare que des surveillances seront en vigueur dans le but de faire respecter les mesures préétablies. Ainsi, la Direction générale de la Santé déclare dans un communiqué à l’AFP : « La vigilance de tous est plus que jamais nécessaire pour éviter un rebond épidémique ».

[sc name=”suivant” ]

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend