Un intérieur TROP arrangée et désinfectée est un signe de mal-être, le psychologue exprime.

En dehors d’être attristante, la perfection crée de l’ennui. Préserver son habitation pure comme si vous devez faire face à une visite stratégique reflète un aspect monomaniaque et une sujétion au chagrin. Telle est l’affirmation de Sergio Cortella, enseignant, psychologue et écrivain. Il a également appuyé qu’à l’heure actuelle, l’illustration que l’on acquiert cause un fléau permanent et une frayeur.

La pratique constante est l’exemple le plus courant, ou plutôt l’enthousiasme et les photos publiés sur internet. Ce qui est exposé ne reflète jamais l’authenticité mais une réadaptation bien faite. Lorsque les internautes partagent des images d’une grande perfection, de leur entourage, même des repas bien préparés et encore d’autres, cela est le fruit de plusieurs essai et de sélection afin d’avoir l’image impeccable.

Et quand on aperçoit un détail qui n’est pas ajusté comme il faut, on pense que cela est peut-être fait expressément pour obtenir la conséquence optique voulue. Ce qu’on voit est fictif et abandonne l’éclat du défaut et de l’authentique. Un autre exemple plus drôle est quand on va assister à une conférence vidéo avec Skype depuis chez soi et on met un veston avec cravate.

Le souhait constant en vue de concorder la vie personnelle à ce qui est publié aux entourages est juste une illusion qui écroue la réalité, cela menace la santé corporelle et psychologique. Inopportunément, cette tendance, en plus d’être adopté par soi-même est exigée aux ascendants, on leur inocule ce que l’on a déjà adopté et qui leur apprête à devenir des personnes insatiables.

L’habitation est là où on se sent en paix, où on vit notre vie intime, un endroit de relâchement et où on est nous-même. La vie journalière juste et franche accompagnée de désordre mais pas une apparence fictive semblable à une session de photographie.

Il est temps de stopper les songes par le fait de maintenir l’habitat impeccable, puisque cela risque également de dissimuler les ressentis. Incontestablement, des outils mal placés ne posent pas de souci au cas où cela invoque une vie calme et dans une atmosphère où nous pouvons entretenir les enfants de manière convenable.

Pour la suite, ouvrir la page suivante

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Most Popular

To Top

Send this to a friend