Trop de stress nous ronge de l’intérieur et capture notre corps jusqu’à endurer des afflictions – Recettes en Famille

Trop de stress nous ronge de l’intérieur et capture notre corps jusqu’à endurer des afflictions

by Emma

L’âme loge dans notre corps qui est son vaisseau. La chair et l’os sont un vecteur qui nous permet de vivre en communauté ainsi qu’une façon d’extérioriser les émotions. Ce phénomène s’avère manigance pour ce qui est de sa locomotion. L’état d’âme de chacun, les afflictions ou encore des mauvaises expériences du passé sont tous traduits par le la réaction de notre corps. L’âme et le corps sont simplement inséparables au long de la vie. Et pour cause, on libère constamment les désarrois tout au fond de notre âme. Le coach qualifié de RTL déploie ce sujet on donnant des conseils utiles.

Les émotions refoulées finissent par pâtir à notre corps, cela fait partie d’un démarche le plus appréhender dans la vie de l’humanité. Tel est le cas de la pression ressentie au niveau de l’estomac au moment de stress et d’anxiété.

Latifa Gallo, coach, thérapeute et concepteur de l’ouvrage Se libérer des émotions négatives déclare : « Plus les émotions négatives sont refoulées et plus elles apparaissent. Le mieux est de les libérer pour les apprivoiser. Si l’esprit ne le fait pas c’est le corps qui les exprime. Des émotions bloquées finissent par rendre malade »

Pour concevoir un aplomb sur le côté émotionnel, en faveur de notre état d’esprit et du physique, cela requiert une acceptation de nos ressentis. A l’aide d’un processus de découverte ainsi que de délimitation des ressentis, le physique sera en mesure d’extérioriser de l’épanouissement. L’experte déploie les émotions qui commandent la vie de chacun et que chacune d’entre elles possède un rôle bien déterminé sur soi.

Comment repérer les émotions nuisibles ?

En premier lieu, il est question de délimiter ses émotions et de l’admettre. C’est le seul chemin vers la résilience. Pour ce qui est de la peur, une sensation tant redoutée, ne pas le nier serait un geste salutaire selon Latifa Gallo. « C’est une émotion d’anticipation, elle nous prépare à affronter l’inconnu. Pour l’apprivoiser, il peut être utile d’en parler avec ses proches et de s’informer sur ce qui va arriver ». Le « remède », c’est d’agir d’après cette thérapeute.

Souvent exposée par des « palpitations, des douleurs thoraciques, une boule dans la gorge », l’anxiété dévore aussi le corps. Pour ce qui est de la colère, alors qu’elle est fréquemment calomniée, c’est un signal par le biais duquel le corps alerte. Et pour cause, lorsqu’elle est légitime, la colère permet d’extérioriser notre désaccord ainsi qu’un moyen qui nous « aide à se respecter et se faire respecter ». Au moment où elle est formulée en faveur de ce qui nous tient à cœur, elle dresse explicitement des bornes à respecter. A cet effet, la thérapeute énonce qu’elle doit « toujours être dans ce sens : pas contre l’autre mais pour moi ».

Quant à la culpabilité, cet émois « résulte de l’impression d’avoir fait quelque chose de mal ou de n’avoir pas fait quelque chose. Elle est nécessaire car elle aide à réparer un comportement blessant. Mais lorsqu’elle est trop présente elle devient un véritable fardeau ».

D’ailleurs, le sentiment de honte est un dispositif qui se dissimule tout au fond de son sujet et le détruit à petit feu. La raison ? Il corrompt des bases importantes pour notre épanouissement qui est l’estime de soi ainsi que notre valeur.

La jalousie est la manifestation d’un alliage de sentiments déplaisants, à savoir l’anxiété, la peur, la colère, qui se manifeste par la frustration et le chagrin de perdre une chose ou une personne.

Etre attentif à ses ressentis

Un des mesures au profit de soi est de bien écouter ce que l’on éprouve vis-à-vis des circonstances. « Il ne faut ni juger ni en avoir peur mais les respecter et pratiquer l’auto-empathie » conseille la spécialiste. En outre, elle préconise dans ce cas de ventiler les émotions en exploitant la « respiration abdominale ». Pour ce faire, il faut inspirer par le nez en gonflant le ventre en même temps, de compter jusqu’à quatre et de souffler tout doucement en comptant jusqu’à huit.

Extérioriser son désarroi

Pour détruire une relation avec autrui, le moyen le plus réussi est de ne pas confier ses émotions envers l’autre. C’est juste parce que l’interlocuteur ne pourra pas discerner ce qui se cache en nous. Il est donc « important de lui dire plutôt que de subir ».

Savoir découvrir le besoin derrière les émotions

Lorsqu’une personne a besoin d’une chose précise, il faut être en mesure d’interpréter ses émotions. Dans ce sens, colère, tristesse, peur ou fatigue, ce sont tous des émotions qui doivent pousser à agir afin de se libérer de leur emprise.

[sc name=”suivant” ]

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend