Stations de ski :Les remontées mécaniques ne seront pas ouvertes le 1er février – Recettes en Famille

Stations de ski :Les remontées mécaniques ne seront pas ouvertes le 1er février

by Emma

Au vu de la crise sanitaire, les skieurs doivent malheureusement prendre un répit. Et pour cause, les remontées mécaniques seront fermé même jusqu’au mois prochain. A l’instar des autres stations de ski en France, les remontées mécaniques à Villard-de-Lans, vers Grenoble sont suspendues.

Ce mercredi, le gouvernement affirme que les stations de ski ne s’ouvriront pas le 1er février, une affirmation tant redouter par les professionnels de ski. Le règlement a dégénérer tant d’espoir qui aurait voulu sauver une épisode de la saison de ski.

Au début du mois de décembre, les stations de ski ont réalisé près de 80 % du chiffre d’affaires relatifs aux activités hivernales.

Alors que les professionnels de ski on fait appel à sauver une partie de la saison mais en vain. Ce mercredi, lors du communiqué gouvernemental, il a été annoncé que les remontées mécaniques ne seront pas ouverts le 1er février, durant les vacances pour des raisons sanitaires.

Comme indiqué par le secrétaire d’État au Tourisme ce même jour, quelques heures après un conseil de défense, les activités des montagnes sont sur le point de subir une saison blanche. Cependant, « Une réouverture mi ou fin février paraît hautement improbable », selon Jean-Baptiste Lemoyne à la presse, peu après avoir discuté via une visioconférence avec différents partisans de ski.

Dans le but de freiner une éventuelle catastrophe économique, les professionnels du ski ont fait appel à ce que le gouvernement autorise le plus rapidement possible les télésièges, tire-fesses et dameuses. « Le système économique de la montagne a mis soixante ans à se mettre en place et, en quelques mois, on va le détruire », s’est alarmé Jean-Luc Boch, président de l’Association nationale des maires de stations de montagne, qui redoute désespérément une saison blanche.

Saison blanche cette année

Selon un bilan des entreprises de montagne, elles représentent 200.000 emplois directs. Une des raisons pour lesquelles on a imploré le gouvernement de laisser rouvrir les remontées  le 30 janvier et de doubles les aides « dans le but de garantir la survie de l’écosystème montagne » ainsi que de « limiter les mauvaises répercussions sociales ».

Qui ne rêve pas de visiter les montagnes, après les vacances de Noël. A cet effet, les professionnels ont misé sur les congés du mois de février afin de combler une partie des pertes ces derniers mois. Lors des fêtes de fin d’année, la station a fait un taux d’occupation moyen de 25 %, donc de 70 % de moins comparé à celui de la saison 2019-2020. La perte est alors évaluée à 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaire (CA) sur ces deux semaines.

Une entrevue entre le premier ministre et les acteurs de ski

Dans les jours à venir, le Premier ministre, Jean Castex, a convenu une rencontre avec les professionnels de ski dans le but de « finaliser les mesures de soutien économique ». Selon Jean-Baptiste Lemoyne, cette initiative contribue considérablement au renforcement à l’accompagnement des entreprises atteintes de cette fermeture élancée. « Les canons à neige ne vont pas fonctionner. Les canons à indemnisations doivent être au rendez-vous. » poursuit-il.

Toutefois, le vœu risque de ne pas satisfaire les revendications des stations, où plusieurs voix ont haussé ce mercredi soir afin de révoquer le verdict du gouvernement. Dans ce sens, le Syndicat national des remontées mécaniques et des domaines skiables n’a pas resté silencieux. Pour monter sa colère, il aposte via son profil Twitter : « Le gouvernement n’a pas basé ses décisions sur des éléments rationnels mais sur des préjugés de montagne exubérante et de comportements débridés, loin des réalités. Des clichés qui prouvent un manque de connaissance et de confiance ».

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend