Si votre enfant manifeste ces 3 habitudes, il est trop capricieux – Recettes en Famille

Si votre enfant manifeste ces 3 habitudes, il est trop capricieux

by Emma

Eduquer un enfant est loin d’être facile. Et pour cause, d’innombrables parents font face à des crises de colère, à des pleurs intenses et à des caprices persistants de leurs enfants. Toutes ces expériences traduisent un véritable tourment. A force, certains des parents succombent et disent « oui » à toutes les demandes capricieuses des leurs enfants. C’est seulement dans le but de calmer la situation. Mais c’est loin d’être une bonne idée. Un enfant capricieux qui n’a pas connu l’autorité parentale correcte aura du mal à affronter le monde extérieur mais aussi à assumer des responsabilités. Repérer ces 3 signes qui indiquent qu’un enfant est trop gâté, chose qui doit vous pousser à prendre les mesures nécessaires.

Eduquer ses enfants se fait à partie de la petite enfance, c’est à partir de cela que les parents façonnent leur manière de percevoir le monde, leur attitude mais aussi leur gestion des émotions. Si un enfant n’a connu aucune punition, il adoptera promptement un comportement despotique. Il serait alors indispensable de déchiffrer leur attitude de sorte de ne plus céder à leur caprice. Voici 3 signes qui ne trompent pas comme le rapporte le site Etre parents.

L’enfant-roi manifeste ces 3 signes, et si vous repérer cela à vos enfants, il est temps d’agir sans hésitation.

  1. L’enfant manifeste des crises de rage constantes

A chaque fois, un enfant capricieux fait ses caprices. Dans n’importe quel endroit, si vous ne lui donnez pas de bonbons ou de jouet, il n’hésitera pas à crier, à pleurer et à faire une véritable crise pour vous montrer sa frustration. Ainsi, la situation devient plus difficile à gérer, notamment en lieu public. A vrai dire, les enfants gâtés et capricieux veulent tout avoir, et tout de suite. Mais sache qu’à l’âge d’adolescence et à l’âge de maturité, le manque de punition finit par chevaucher sur sa vie sociale, sa vie personnelle et même professionnelle. A défaut d’éducation adaptée, l’enfant peut devenir anxieux et dépourvu de qualité relationnelle et émotionnelle.

  1. L’enfant ne connait pas la valeur des choses

Souvent colérique, un enfant capricieux et gâté ne sait que pleurer pour obtenir ce qu’il désire. Malheureusement, les parents finissent par accepter mais le problème est que l’enfant ne connait plus le mot « non ». Cette tendance ne leur inculque véritablement pas la valeur des choses. Il est vrai que les crises de colère constituent une épreuve lorsqu’on souhaite calmer ses sanglots et de le faire obéir à ce qu’on dit, mais être parent nécessite de la patience. La parentalité implique une bonne dose de patience, surtout lors de la phase d’opposition de ses petits bambins.

  1. L’enfant manque d’empathie

Si un enfant est gâté, il manque souvent d’empathie. De surcroît, il a vraiment du mal à se mettre à la place de ses amis, de ses fratries ou de ses parents. Quand il fait sa crise de colère, il s’agite dans tous les sens, crie et pleure sans laisse. Son ego surdimensionné prend la place et il ne se soucie point des autres. Certains d’entre eux peuvent se servir sans attendre l’autorisation de leurs parents. Les enfants gâtés opposent aux punitions et ils ont du mal à finir calmement leurs devoirs et sans s’énerver.

Réagir et reprendre la situation en main

Selon Isabelle Filliozat, psychologue, dans son livre de précieux conseils, il existe des mesures à prendre pour mieux gérer les crises des enfants. Voici la liste :

  1. Enlacez l’enfant et écoutez son souhait

Si vous crier pour essayer de calmer votre enfant, cela est souvent contre-productif. Mais afin d’apaiser ses larmes, il serait judicieux de réagir tendrement et en étant bienveillant. Afin de favoriser la production d’ocytocine, une hormone du calme, il faut enlacer votre enfant. Gardez à l’esprit que les parents doivent écouter le désir des enfants pour mieux gérer la situation. Avant l’âge de 5 ans, l’enfant n’a aucun repère dans le domaine temporel et peut se devenir impatient quand vous lui promettez quelque chose. Faites lui comprendre la raison pour laquelle il faut attendre et apprenez-lui ce qu’est la patience.

  1. Offrez-lui des choix

Vous pourrez proposer des choux au lieu de dire « non ». Cela a pour but d’encourager l’enfant à assumer ses responsabilités. Incitez-le à participer dans les tâches ménagères par exemple en faisant le lit et à ranger sa chambre. Vous pouvez aussi lui demander quels vêtements il aimerait mettre « la chemise rouge ou verte? » Au lieu de lui contraindre à réaliser une tâche donnée, sachez sélectionner les bons mots pour lui inciter à aimer ce qu’il fait.

  1. Fixez-lui des objectifs

Afin de se sentir bien vivant, votre petit a besoin d’atteindre des objectifs. S’il manifeste de crises de colère, tentez de concentrer son énergie en lui fixant des objectifs à réaliser. Cette astuce éviterait de lui punir quand il est trop agité. « Les permissions focalisent l’attention de l’enfant sur le comportement désiré », comme l’affirme Isabelle Filliozat.

  1. Respectez son rythme physiologique

Les parents ont l’habitude de contraindre les enfants à dormir à une heure précise. Sauf que selon la psychologue, le désir de dormir, donc le sommeil physiologique s’active vers 22h ou 23h. Dans ce sens, il faut apprendre à déterminer les premiers signes de fatigue de votre enfant et à d’encourager, à aller au lit pour se reposer, tout en évitant au mieux la contrainte.

  1. Confiez une certaine responsabilité à votre enfant

Si vous souhaitez protéger votre enfant, vous n’avez pas besoin de l’infantiliser. En le couvant trop, cela peut entrainer un dysfonctionnement familial qui pourrait pétrifier au développement de votre enfant. Son épanouissement repose sur la sensation d’être responsable, lorsque vous lui confiez une mission. Apprenez-lui à prendre les bonnes décisions. Vous pouvez utiliser des mots bienveillants et lui accorder votre confiance.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend