Famille

Selon les experts, les parents accros aux smartphones influent négativement au développement de leurs enfants

Tout le monde connaît que la dépendance aux smartphones influe considérablement la capacité cognitive de l’enfant et cette mauvaise habitude concerne tout de même les parents. Le principe découle de la recherches relayée par Child Development Magazine. L’addiction est en effet susceptible de dégénérer le développement neurologique.

Pour la constitution neurologique, les années primitives de l’enfant sont fatales. Dans le cas où les parents de celui-ci sont dépendants du téléphone, cela procrée des séquelles émotionnelles, linguistiques, comportementales mais également sociales. Et pour cause, les experts pédiatriques ont initié une recherche à cet effet, durant laquelle ils ont questionné sur le nombre de fois sur l’interruption par le téléphone.  Cela influe pratiquement de manière négative l’enfant.

Notifié plus de 3 fois dans une journée

Les conclusions se montrent alertant et requiert de la vigilance de la part des gens qui utilisent souvent leur téléphone. Et pour cause, la recherche mène à un résultat choquant puisque les chiffres se répartissent comme suit : seulement 11% des parents ont annoncé qu’ils ne sont jamais interrompus, 17% ont expliqué qu’ils se faisaient interrompre par deux notifications par jour alors la majorité, dont 48% ont déclaré qu’ils sont sollicités au moins trois fois par jour. Cette routine de vie va sans prévenir les éventuels effets néfastes qui s’interprète par de l’agressivité, de la timidité ou de la colère de manière très récurrente.

« Les enfants rivalisent avec les téléphones pour l’attention des parents »

Le titre de la recherche est d’autant plus inquiétant que le rapport découlant de l’étude. D’ailleurs, 42% des parents passent plus de temps avec le téléphone qu’avec leurs enfants, ce qui traîne avec des effets bouleversants.

Les enfants finissent par être eux-mêmes addictifs aux écrans, par imitation de son entourage. Cette condition délétère finit par créer une descendance qui subit des aptitudes cognitives minimisées à cause de la dépendance et qui peut malheureusement être inoculées à leurs enfants. Le cercle vicieux rend indispensable de réduire la durée de temps passée au smartphone afin de promouvoir l’épanouissement familial.

Les répercussions sur les enfants

Lorsque les parents sont dépendants aux téléphones, les enfants imitent cela de manière systématique alors que les enfants ne sont pas en mesure de gérer cette utilisation effrénée.

Dans les 3 premiers âges de l’enfant, les écrans non interactifs incitent la passivité et c’est aussi un moyen qui décourage les interdépendances avec ses entourages et les stimuli sensoriels. Pour un enfant de 3 ans, aucun écran ni de télévision ne doivent pas être placé dans sa chambre afin d’éviter l’utilisation excessive et fini par nuire à son développement.

A l’âge de 3 à 6 ans, offrir une console de jeu, une télévision ou un ordinateur s’avère nuisible pour votre enfant puisque cela rend l’accès à la socialisation difficile, ou même lui amène à fuir la réalité.

Ce qui est primordial pour un parent de contrôler cette utilisation de manière à ce que cela soit en concordance aux facultés d’initiations mais tout de même aux aptitudes relationnelles. Les écrans doivent être considérés comme un moment opportun en famille à l’inverse d’une tendance addictive.

Stopper son addiction au téléphone

Les smartphones sont des objets non classifiés comme étant toxiques qui exposent à un péril imminent. Et pour cause, le Figaro relaie que 41% de la population française préfère se priver de sexe que de leur téléphone. En plus de la diminution de concentration, les téléphones sont sources de dépression ainsi que de manque d’attention.

Sous le nom de nomophobie, la crainte de ne pas avoir son téléphone avec soi est une maladie apparente. Ce qui le différencie des autres troubles cliniques est son aspect non permanent et qui peut aussi être banni en usant d’innombrables actions. Que faire ? Afin de se dénouer de cette habitude nocive, privilégiez des mi-temps dans la journée pour se déconnecter des interruptions du téléphone. Pour ce faire, rangez votre smartphone dans un tiroir ou dans votre sac pour éviter la tentation.

D’ailleurs, vous pouvez mettre les notifications en sourdine, notamment celles des applications que vous utilisez souvent, afin de ne pas se faire distraire durant des tâches sérieuses. La deuxième option est de mettre le téléphone en mode avion pour optimiser votre concentration au long des activités quotidiennes. De telles précautions sont utiles afin de prévenir la vérification fréquente des mails ou des messages que vous recevez.

Pour la suite, ouvrir la page suivante

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Most Popular

To Top
Send this to a friend