Regardez ce que ce PDG plein de compassion a fait lorsqu’il aperçoit qu’une maman pleure dans son bureau – Recettes en Famille

Regardez ce que ce PDG plein de compassion a fait lorsqu’il aperçoit qu’une maman pleure dans son bureau

by Emma

Entre la vie privée et la vie professionnelle, beaucoup se retrouvent écrasés par un stress énorme. C’est ce que vivent la plupart des mères qui travaillent. En plus de cela, les deux domaines en attendent beaucoup d’elles. Cela cause alors une énorme culpabilité qui peut alors causer un burnout. Mais heureusement, dans le domaine de l’emploi, il y a quelques employeurs qui sont attentionnés. Ils sont prêts à offrir des permissions ou bien allègent ce que portent leurs employés sur leurs épaules. C’est le cas de Bernie Rifkind. Linkedln rapporte que ce directeur d’entreprise a su comment mettre en valeur la place de mère d’une employée fatiguée et accablée par un double fardeau.

On vit dans un monde où on a l’impression que les mères de familles sont obligés d’offrir tout à leurs gamins et en même temps travailler. Ce qu’elles endurent sont assez souvent négligés inversement à ce que ce chef d’entreprise a montré face à une mère accablée. Il raconte alors cela dans un article rapporté par Linkedln. Cela a alors fait le buzz.

Un acte exemplaire

Il est un cadre recruteur et un vrai leader au lieu d’être un simple boss. Mr Bernie Rifkind est arrivé tôt le matin pour aller à son bureau. Il voit alors une de ses employées en larmes. Il est alors vite allé rejoindre son bureau pour saisir la situation.

Il a écrit : « En silence, l’employée pleurait dans son bureau. Tôt vers 7h45. Je lui ai alors demandé si tout allait bien. Elle m’a dit que son enfant était malade et qu’elle était restée debout toute la nuit. Elle avait de plus, des poches sous les yeux ».

Après que cette mère accablée lui ait répondue, sa réponse fut très attentionnée et significative.

Il demanda alors : « Alors qu’est-ce que tu fais ici au bureau ? » et elle répondit : « Je n’avais plus de jours de maladie et je ne peux pas me permettre de manquer un autre jour ».

L’employeur a alors incité cette mère de famille à faire une pause d’une journée pour qu’elle ne soit pas encore plus fatiguée qu’elle ne l’est déjà au travail. Cela a révélé la qualité attentionnée de ce directeur d’entreprise. Son action montre que la compassion est un facteur énorme dans l’équation alors que cela ne court pas les rues dans le monde du travail. « Je l’ai renvoyée chez elle et j’ai promis qu’elle serait payée. Je lui ai de plus préparé un chèque sur place pour qu’elle ait droit à des fonds supplémentaires pour la soulager de ses inquiétudes financières actuelles. Elle en était incroyablement reconnaissante. À ce jour, elle ma meilleure employée non seulement en raison de son talent mais aussi de sa loyauté. »

Le message de Mr Bernie a alors surtout été écrit avec un esprit de sensibilisation. Il veut alors appuyer son idée qu’il veut aussi transmettre aux autres employeurs. Il veut inciter les siens à accepter le fait que les employés ne se limitent pas au domaine du travail, même s’ils ne sont pas parents : « Employeurs, veuillez comprendre que la plupart des gens portent le poids du monde sur leurs épaules. Être présent sur plus d’un front, essayer de joindre les deux bouts. Enfants, devoirs, conjoints, proches, parents aînés, paiement des hypothèques, réparations automobiles, etc. Le caractère implacable de la vie. »

Il veut alors sensibiliser le fait que même les employées les plus règlementaires ont des périodes d’épuisement, et que beaucoup employés vivent constamment sous la peur de se faire virer de leurs emplois.

Il souligne alors : « Je vous prie de rassurer vos employés qui font preuve de sérieux dans leur travail que leur emploi est sûr à chaque fois que c’est possible. La fidélité va dans les deux sens »

Les mères ont le droit de se rassurer

La psychologue Nicole Prieur explique qu’il est difficile de ne pas être sous la pression psychologique et physique des deux domaines où vit une mère qui travaille. La pression est bien de taille et parfois, la peur de ne pas pouvoir assurer l’un ou l’autre peut vraiment l’achever. Elle explique que la meilleure chose à faire est de se questionner la signification de son rôle de mère et de se faire sa propre idée du mot mère en étant en même temps synchrone avec ses valeurs personnelles et ses aptitudes. Il ne faut pas garder le concept « incongru » d’une mère parfaite. Comme ça, la personne sera moins facilement affectée par les préjugés des autres. Elle souligne aussi : « plus on est soi devant son enfant, plus c’est structurant pour lui car on envoie ce message : devient ce que tu es, et non ce que les autres attendent de toi. »

[sc name=”suivant” ]

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend