Récemment, Donald Trump souhaite se gracier lui-même – Recettes en Famille

Récemment, Donald Trump souhaite se gracier lui-même

by Emma

La fin du mandat de Donald Trump approche à grand pas, ainsi que quelques problèmes qu’il pourrait avoir avec la juridiction. L’invasion de la Capitole Mercredi dernier l’a aussi mis dans une impasse et en ce moment des rumeurs circulent sur le fait qu’il va se gracier lui-même avant de quitter son poste.

Donald Trump, à la fin du mois de Décembre, a beaucoup dilapidé les grâces. Il a déjà accordé cela à Paul Manafort son ancien chef de campagne de celle de 2016, de sa campagne et Roger Stone qui est un de ses éminences grises. Ces derniers jours, les journalistes américains affirment qu’il a questionné ses assistants et ses avocats sur la possibilité de se gracier lui-même avant de quitter son poste.

Ce serait une première dans l’histoire, tout comme sa condition qui risque de lui poser de gros problèmes. Des attaques de partout risquent de l’atteindre. Sa situation est encore plus assombrie par sa menace d’amande pour le procureur spécial Robert Mueller à cause de son enquête, le fait que ses alliés ont envahi le congrès Mercredi dernier, ou encore son discours menaçant.

La grâce

Le « CNN » affirme que Donald Trump a consulté ses avocats et ses assistants pour connaitre si se gracier lui-même était possible au cours des derniers mois. A part sa possibilité, il voulait aussi savoir tous les résultats positifs ou négatifs de cette décision sur le plan politique.

Les médias ne savent pas si ce sujet a débuté mercredi dernier, ou bien si cela date de Dimanche ainsi que divulgation de son appel pour le secrétaire d’Etat de Géorgie selon laquelle il lui aurait demandé de faire pencher la balance des élections locaux lors de la présidentielle en sa faveur. Le New York time quant à lui explique que ce sujet a déjà vu le jour dès les jours du scrutin.

Les spécialistes dans l’incertitude

Donald Trump a à plusieurs reprises testés les limites de la constitution Américaine avec sa façon d’exercer son rôle. Les spécialistes du droit constitutionnel eux-mêmes sont alors dans l’incertitude sur cette possibilité. CNN rapporte alors, depuis le département de la Justice cet information : dans la mesure où Donald Trump n’a pas le pouvoir de se gracier lui-même, son vice-président lui le peut. Cependant, cette information n’est pas vraiment certaine.

Elie Honig, consultant juridique de la chaîne amércaine et ancien procureur a avancé son idée depuis Juillet :

“Un procureur devrait d’abord inculper Trump, malgré son auto-grâce. Puis le cas serait porté devant les tribunaux, et probablement jusqu’à la Cour suprême. Au vu du poids de l’autorité historique et constitutionnelle (…), une grâce du président par lui-même ne tiendrait probablement pas; mais il n’y a presque aucun inconvénient pour Trump à au moins essayer et voir si ça marche”.

Donald Trump a déjà affirmé l’information de manière publique

Il a déjà publiquement fait part de son idée car c’est en Juin de l’année 2018 qu’il a expliqué sur son compte Twitter que plusieurs expert du domaine de la juridiction ont déjà affirmé que le Président a le pouvoir lui permettant de s’accorder lui-même le Pardon, avant de rajouter : “mais pourquoi je ferais une chose pareille alors que je n’ai rien à me reprocher?”.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend