Quels sont les 9 causes du syndrome du canal carpien ? – Recettes en Famille

Quels sont les 9 causes du syndrome du canal carpien ?

by Emma

Se caractérisant par la compression du nerf médian, le syndrome du canal carpien ou SCC s’agit d’une maladie qui occasionne des démangeaisons, une sensation de faiblesse et d’engourdissement au niveau de la main. Le patient endure ce syndrome en raison d’une pression qui se réalise sur le nerf médian. La pression s’étend alors au long du bras et longe le canal carpien. C’est une partie du corps qui se localise au poignet. Mais quelles sont les causes de cette affection ? Voici 9 facteurs de cette dernière revues par Carlos Rodríguez Aceves, Neurochirurgien au centre neurologique de l’hôpital ABC au Mexique.

Une grande majorité des patients qui endurent le syndrome du canal carpien subissent un stade extrême au fil du temps. Selon Ortho Info, cela doit inciter un diagnostic afin de remédier à temps la maladie.

Pour ce faire, il est conseillé de réviser son mode de vie et d’adopter des gestes salutaires. Si, après avoir réalisé les habitudes à avoir, l’affection persiste, le médecin pourrait entamer une chirurgie pour atténuer la pression exercée sur le nerf dont il est question.

Voici les causes du syndrome du canal carpien

  1. Une utilisation fréquente des mains

Lorsque le poigné est souvent plié longuement, en raison des activités professionnelles ou des loisirs que vous faites, cela peut exposer au syndrome du canal carpien. De ce fait, les tendons du poignet seront affectés et même gonfler.

  1. Une hérédité

Le canal carpien de chacun dépend de son anatomie car pour certains, le canal est plus rétréci que celui les autres. Dans ce sens, pour les personnes qui ont un canal carpien plus étroit, c’est d’ordre héréditaire.

  1. La période de grossesse

Pour une femme enceinte, les changements d’hormones sont au rendez-vous, tout comme durant la période de ménopause.

  1. La condition de chacun

Le syndrome carpien pourrait être lié à la condition de santé de chacun, notamment le cas de polyarthrite rhumatoïde, un trouble de la thyroïde ou encore des maladies diabétiques et des troubles neurologiques.

  1. Une posture inadaptée ou un accident des mains

En réalisant des activités et des mouvements qui sollicitent le poigné ou la main, le canal carpien peut être mis à mal. Par ailleurs, après avoir subi une luxation ou une fracture du poignet, la personne peut endurer cette maladie.

Selon Lyonel Rossant, pédiatre, et Jacqueline Rossant-Lumbroso, médecin généraliste, dans un article paru sur Doctissimo, il existe d’autres causes qui provoquent le syndrome du canal carpien. Parmi elles, l’exposition continuelle ou presque aux vibrations, l’âge, la goutte, l’hypothyroïdie ou encore l’acromégalie. La dernière affection est liée à une surproduction d’hormones de croissance. Par ailleurs, la gent féminine serait plus à même à manifester ladite maladie. Prenez en compte des facteurs à risque de cette maladie accablante, comme l’arthrite mais aussi les kystes du poignet appelé kyste synovial.

La grossesse est aussi un facteur de risque de développer le syndrome du canal carpien. Comme décrit dans un article paru sur Le Figaro, une femme enceinte a un tissu conjonctif particulièrement disproportionné en raison l’imprégnation hormonale.

En sus, le syndrome du canal carpien peut découler d’un gonflement des gaines tendineuses suivi de sa grossesse. Les modes de manifestations diversifient selon le patient mais à la fin de la grossesse, la maladie peut connaitre son terme. Dans un tel cas, l’opération est prohibée du moment que la femme ne présente aucune complication ou des cas exceptionnels.

Quels sont les signes du syndrome du canal carpien ?

Le patient de ce syndrome peut endurer des entraves sur la fonction nerveuse. La liste revue par Web Md permet de connaitre les symptômes de la maladie.

  • Des complications à tenir des objets et un affaiblissement des mains. Il arrive de rencontrer des démangeaisons ou des maux au niveau de l’avant-bras, voire de l’intégralité du bras ;
  • Une sensation de choc qui se transmet vers tous les doigts ;
  • Une sensation de douleurs, des brûlures et des engourdissements sur la paume de la main, le pouce ou l’index et le majeur ;
  • Une sensation de fourmillement, connu sous le nom de « paresthésie ». Mais d’autres raisons sont à l’origine de cette maladie.

Le diagnostic du syndrome du canal carpien

Le médecin peut établir un test « signe de Tinel » lorsqu’un patient de cette maladie sollicite son aide. Dans le cadre de ce test, le médecin examine le poignet en effectuant un tapotement sur la face antérieure. Ensuite, il peut fléchir le poignet et demande de tendre les bras avant de réaliser le traitement.

Pour préciser l’examen, le spécialiste pourrait proposer des échographies, des examens IRM mais aussi des radiographies pour examiner les tissus et les os de votre poignet. En sus, il pourra réaliser la mesure des signaux dans les nerfs de votre main et de votre bras en réalisant des études de conduction nerveuse. Enfin, il peut effectuer la mesure de l’activité électrique du muscle en installant une électrode fine. C’est ce qu’on appelle procédé de l’électromyogramme ou EMG.

Les gestes à réaliser pour remédier au syndrome du canal carpien

Le traitement de la maladie dépend de la progression de son état de santé. Les méthodes suivantes peuvent s’avérer salutaire pour améliorer la santé des patients.

  • Réaliser des exercices afin d’apaiser les maladies, donc de mobiliser plus aisément le canal carpien ;
  • Réviser son mode de vie afin de mieux atténuer la douleur, notamment si vous effectuez tout le temps des activités physiques qui affectent le poignet ;
  • Prendre des médicaments anti-inflammatoires ou une injection stéroïdienne qui ont des effets anesthésiques ;
  • Mobiliser le poignet afin de pallier aux nerfs douloureux ;
  • Une opération du canal carpien pour étendre la dimension du tunnel et pour atténuer la pression ressentie ;
  • L’injection de corticoïdes qui permet de soulager la pression qui contraint le canal carpien.

Anne-Christine Della Valle conseille de traiter à temps pour booster la chance de guérir. De plus, la spécialiste affirme que chez les patients plus à risques, l’examen est de mise et « en cas de mouvements répétitifs et vibratoires, il faut utiliser alternativement les deux mains. »

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend