Pourquoi le taux d’infertilité augmente chaque année ? – Recettes en Famille

Pourquoi le taux d’infertilité augmente chaque année ?

by Emma

Le cas d’infertilité chez la femme en âge de procréer devient de plus en plus récurrent. Dans cet article, découvrez les causes de la difficulté de cette population à concevoir un bébé. Le désir d’avoir un enfant peut être réalisé grâce à un traitement hormonal ou d’autres techniques médicales pour concevoir. Focus.

La baisse de la fertilité n’est pas un phénomène qui impacte seulement le corps de la femme. Les hommes sont également concernés et peuvent avoir des difficultés à féconder leur partenaire et à améliorer les chances de concevoir.

Les facteurs qui peuvent réduire la fertilité

Les femmes sont de plus en plus atteintes d’infertilité mais de leur côté, le nombre d’hommes dans l’incapacité de concevoir augment tout de même. Selon le rapport du site 20 Minutes, les facteurs d’infertilité chez l’homme sont une baisse de 50% de la quantité et la qualité des spermatozoïdes. Il s’agit d’une statistique basée sur les trente dernières années. Il existe également d’autres facteurs qui expliquent l’infertilité, comme l’âge tardif de la première grossesse, le tabagisme, les perturbateurs endocriniens, le cannabis et la prise de certains médicaments. Comme l’affirme Nathalie Massin, responsable d’un Centre d’assistance médicale à la procréation-aussi appelée Pma, l’incapacité à concevoir implique deux partenaires et découle toujours de plusieurs paramètres. « On a le sentiment que ça s’aggrave » déclare Stéphane Droupy, expert en infertilité et auteur de l’ouvrage « Demain, tous infertiles ? » Inserm affirme dans un article paru en 2018, 18 à 24% des ménages restent sans enfant en France, après un an de tentatives sans l’utilisation de technique contraceptive.

1. Age de première grossesse de plus en plus tardif

La gent masculine peut aussi subir un impact sur la fertilité tout comme les femmes le sont également à cause de l’âge moyen de la mère pour concevoir son premier enfant. L’Institut national des Etudes démographiques (Ined), affirme que ce dernier était de 24,7 ans en 1972 et a basculé de 28,5 ans en 2017. C’est parce que l’âge est un facteur primordial dans le potentiel de fertilité et à 25 ans, la chance de concevoir un enfant par cycle est de 24% s’il est de 12% à 35 ans. La probabilité de concevoir un bébé est de 5% pour les quarantaines. Par opposition aux idées reçues, l’homme est aussi doté d’une horloge biologique malgré le fait que les probabilités masculines d’avoir un bébé en étant plus âgé sont plus élevées que celle des femmes. Comme l’explique Stéphane Droupy, lorsqu’il réalise un diagnostic de stérilité, les hommes sont peu au fait des facteurs qui empêchent la fertilité. « Ils me répondent : « « Dans ma famille, il n’y a aucun problème ». On est resté sur l’idée que la fertilité est transmise de père en fils  », peut-on lire dans son témoignage.

2. La présence de maladies

Des facteurs génétiques peuvent influer la fertilité mais certaines maladies peuvent aussi la provoquer. Si un couple présume un risque d’infertilité, les spécialistes de santé peuvent solliciter plusieurs examens médicaux. En cause, certaines conditions peuvent baisser la probabilité de concevoir un enfant. Chez les femmes, l’endométriose, une pathologie qui touche une femme sur 10 et le syndrome des ovaires polikystiques concernent la même population. La moitié des femmes qui rencontrent des difficultés à tomber enceinte peuvent être sujettes à des ovulations irrégulières, voire absentes.

3. La prise de certains médicaments

Selon Nathalie Massin, médecin de la reproduction et présidente de la Société de Médecine de reproduction, certains médicaments peuvent altérer la capacité à concevoir un bébé. Au moment de certains traitements potentiellement nuisibles quant à la grossesse, il est préconisé de recourir à une solution qui protège la fertilité. Toujours selon la même source, des médicaments plus bénins comme les médicaments antichute et ceux qui remédient aux maladies rhumatologiques ont susceptibles de porter atteinte à la fertilité du ménage.

4. Des facteurs environnementaux

L’infertilité ne découle non seulement de facteurs endogènes comme l’hérédité, mais d’autres causes sont aussi de mise. Tel est le cas des facteurs environnementaux qui peuvent altérer la capacité à être fertile. Nathalie Massin confie que les agitateurs endocriniens jouent aussi un rôle important r dans la baisse du taux de fertilité. Bien que cela soit difficile à prouver, il impacte l’homme comme la femme. Dans les aliments, les emballages ou dans les produits cosmétiques, ces substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle sont responsables de dérèglement hormonaux. Ces composants impactent directement la reproduction. En sus, l’experte met en avant que la pollution est aussi un facteur qui diminue la fertilité. « Une grosse étude américaine montre que plus les gens habitent près d’une grosse artère très circulante, plus ils sont concernés par des problèmes d’infertilité » confie-t-elle. Il existe aussi 10 raisons ahurissantes qui peuvent empêcher une femme de concevoir un bébé.

5. L’hygiène de vie et les hormones

Certaines causes exogènes sont susceptibles d’influer la fécondité chez la femme comme le tabac et le cannabis. La capitale santé n’est pas non plus en reste. La spécialiste affirme au grand public que les embryons de personnes fumeuses accroissent plus lentement et que leur chance de féconder est moindre que celles qui ne prennent pas de tabac. Le régime alimentaire joue un rôle important dans la fertilité d’une personne. La présidente de la Société de Médecine de reproduction explique dans une recherche américaine que la consommation de sucre raffiné altère l’implantation de l’embryon pour le cas de Fiv (fécondation in-vitro). Elle alerte alors, « C’est la même proportion pour les fumeuses de cigarettes ».

D’autres causes d’infertilité chez la femme

Dans la revue du Dr Jacques Allard, médecin généraliste, il établie d’autres raisons qui compromettent la capacité à tomber enceinte chez la femme. En dehors des facteurs environnementaux et des facteurs pathologiques, ils ont nombreux. Un dérèglement de l’ovulation connu sous le nom d’anovulation peut être un facteur d’infertilité comme susmentionné. L’anovulation est un phénomène qui empêche la production d’un ovocyte et donc de procréer. Si les trompes de Fallope peuvent être bouchées, c’est à cause d’une salpingite, une maladie inflammatoire de cette partie de l’appareil reproducteur femelle. D’ailleurs, des troubles thyroïdiens et une hyperprolactinémie sont aussi susceptibles d’impacter la fécondité chez la femme. Cette maladie a comme symptôme, un taux élevé de prolactine, l’hormone sécrétée lors de l’allaitement.