News

Les grands chefs cuisiniers français appellent au boycott du géant Bayer-Monsanto

C’est à travers une lettre ouverte que de grands chefs français font entendre leur voix. Une voix qui appelle à la mobilisation contre l’invasion de la biochimie dans nos assiettes. Yannick Alléno, Cyril Lignac, Yves Camdeborde ou encore Christophe Michalak ne sont pas que des maitres de la gastronomie française mais des personnalités qui se sont rassemblées pour tirer la sonnette d’alarme après la fusion des deux géants de pesticides Bayer et Monsanto.

Suite au rachat du groupe américain Monsanto par Bayer, plusieurs chefs français se sont rassemblés pour montrer leur mécontentement. Tous ensemble, ils ont signé une lettre ouverte pour lutter contre la présence de l’agrochimie dans nos assiettes.

L’inquiétude des chercheurs, sur la fusion Bayer et Monsanto 

La nouvelle de la fusion entre la grande société pharmaceutique et agrochimique allemande “Bayer “et Monsanto, leader des semences génétiquement, suscite l’inquiétude des spécialistes et des ONG.

Alors que l’objectif de l’opération est de pouvoir proposer aux agriculteurs, un service complet, qui s’appuiera sur les produits et les services des deux groupes, comprenant, outre les engrais et les pesticides, les conséquences de cette nouvelle fusion sur le secteur inquiètent énormément l’opinion publique.

D’ailleurs, des chercheurs américains ont réussi à prouver que les produits du géant de la biochimie Monanto, sont dangereux et même toxique. Leurs recherches, ont révélé que les herbicides à base de glyphosate ont des niveaux de toxicité très élevés, et ils sont aussi très toxiques pour l’humain et l’environnement. Mais malgré ça, ces produits  continuent à être commercialisé et ils sont même couramment utilisés dans le secteur de l’agriculture.

Récemment, la justice américaine, à condamné la société d’agrochimie à verser 80 millions dollars de dommages et intérêts à un jardinier, qui affirmait que l’herbicide à base de glyphosate de Monsanto, filiale de Bayer, était la cause de son cancer. Ce dossier est le premier d’une longue liste de plaintes visant le géant de la biochimie Monanto.

Quant aux écologistes, ils étaient nombreux à manifester contre le géant de l’agrochimie Monsanto-Bayer et à dénoncé leurs activités et ils ont réclamé un modèle agricole respectueux de la nature.

Bayer-Monsanto est aussi devenu la principale cible des mouvements anti-OGM au niveau mondial, en particulier en Europe, où il fait face à une controverse persistante sur son glyphosate désherbant le plus utilisé, que les écologistes continuent à vouloir à interdire.

Le fabricant de l’herbicide le plus utilisé au monde a longtemps affirmé que le glyphosate était sans danger, et il cite des centaines d’études qui corroborent son argument. Néanmoins, une nouvelle étude menée par un groupe de scientifiques de l’Université de Berkeley, de la Mount Sinai School of Medicine et de l’Université de Washington a montré que les personnes les plus exposées au glyphosate avaient un risque 41% plus élevé de lymphome non hodgkinien. Des études controversées qui vont garder le fabricant sous les projecteurs pour encore plusieurs années.

UNE LETTRE OUVERTE CONTRE L’INVASION DE L’AGROCHIMIE DANS NOS ASSIETTES

Cette lettre a été rédigé et signé par centaine de chefs cuisiniers, pâtissiers et vignerons français, comme Michel et Sébastien Bras, Yannick Alléno, contre l’invasion de l’agrochimie dans nos assiettes. Ci-dessous un extrait :

«Le rachat du groupe américain Monsanto par l’allemand Bayer, en septembre 2016, ne peut pas laisser les professionnels de la restauration indifférents. Avec cette acquisition, ce nouveau mastodonte des semences et des pesticides a une ambition : contrôler toute la chaine alimentaire, de la terre où pousse la semence jusqu’à l’assiette du consommateur. Une telle entreprise n’a qu’une ambition : accroitre ses activités, donc ses bénéfices, sur tous les continents, au mépris de la biodiversité et de la santé des populations. Si l’Union européenne s’est montrée inquiète suite à ce rapprochement, les citoyens ne peuvent se contenter de regarder la chimie remplir leurs assiettes.Ardents défenseurs du bien manger, engagés quotidiennement dans la valorisation du bon produit et des petits producteurs, les professionnels de la restauration veulent rappeler leur attachement à quelques valeurs fondamentales : le soutien à la biodiversité, le respect de l’environnement et la santé des consommateurs. Ce rapprochement agrochimique constitue un danger pour nos assiettes, mais il est également une source d’inquiétude pour les paysans et les agriculteurs qui voient se limiter leur liberté de planter et cultiver telle ou telle semence. Demain, à cause des OGM, du Roundup et des différents produits chimiques sortis des usines, les diversités culturale et culturelle n’existeront plus. La nature vivante ne sera plus qu’un produit marketé, transformé, muté au service d’un Léviathan »

Pour la suite, ouvrir la page suivante

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Most Popular

To Top
Send this to a friend