Les enfants doivent apprendre à dire non pour qu’ils vous respectent en tant que parents – Recettes en Famille

Les enfants doivent apprendre à dire non pour qu’ils vous respectent en tant que parents

by Emma

Etre parent est la plus ardue des missions dans la vie. Les tâches sont d’autant plus alambiques lorsque vous dites toujours oui à vos enfants en pensant que cette attitude faciliterait les choses. Détrompez-vous ! Ce n’est pas en acquiesçant tous les caprices de vos enfants qui vous permet de mieux les élever. En gâtant les enfants, les parents n’aident nullement leurs enfants. Tenez compte des valeurs suivantes pour apprendre à vos enfants le respect.

Lorsque les parents n’utilisent pas le mot « non » à bon escient, les enfants finissent par se perdre dans ce qu’ils font au quotidien.

L’importance de la prise de conscience et la colère chez l’enfant

Aucun parent n’apprécie le moment où les enfants extériorisent une crise de colère, d’autant plus que cela se passe au grand public. Et puisqu’on veut juste qu’il se taise à tout prix, les enfants ne sont pas épargnés de son attitude gâtée.

Cela étant dit, même si les enfants font une crise de colère, cela ne veut exclusivement pas dire qu’ils sont tous gâtés. Selon Etre Parents, la crise de colère est en fonction de l’âge et il incombe aux parents de le gérer.

Ce qu’il faut faire est de lui faire découvrir ses limites et son vrai comportement. Ainsi, il est vital de lui inciter à déployer de la crise de conscience. Lorsqu’il prendra conscience de ses frontières, se lubie se verra diminuée.

Comme l’indique Violeta Alcocer, spécialiste du courant de maternage : « Ce que nous voulons obtenir c’est que l’enfant développe le véritable désir de coopérer sans la menace d’une punition ou d’une récompense ; c’est-à-dire que notre fils ou notre fille parvienne à s’autoréguler, sans dépendre d’une surveillance constante ». Au moment où l’enfant parvient à inculquer et à saisir des valeurs à respecter et qu’il le suit à la lettre, au fil du temps, il arrive à gérer ses propres actions.

Comment établir les limites ?

L’adage « La liberté des uns, s’arrête là où commence celle des autres » est ici d’autant plus vrai vis-à-vis aux enfants. La raison ? Lorsqu’ils conservent un lien sain envers eux-mêmes, il en fasse de même avec les autres, naturellement.

Quand vous leur dressez des frontières c’est notamment savoir concorder vos propres besoins aux nécessités des enfants. De là découle une activité mutuelle entre parents et enfants et cela ne manquera pas de répondre aux expectations de tout un chacun.

Dire « non » et suivre par des actions

Si vous dites seulement sans pour autant comprendre le vrai sens, et le but, ce n’est pas suffisant. Selon l’experte, les préceptes qui ont comme but de patronner le « non » systématique, « invitent à considérer que la frustration active, à savoir le fait de nier volontairement les désirs de l’enfant, est nécessaire et incite la croissance car c’est ce qu’il rencontrera dans la vie ». Il est question d’initier le respect et non l’obéissance ou encore la peur à vos progénitures.

Dans le cadre de ce principe susmentionné, le « non » ferme, il faut l’utiliser, par exemple, lorsque le conduite de l’enfant est complètement opposée aux valeurs de respect, dans le cas où ses actes risquent de détruire l’équilibre de cohabitation. Par la même occasion, les parents se rappellent de certains comportements qui sont à même à gâter l’enfant.

La valeur de la communication

Selon Rosa Jove, écrivaine, faire appel à l’attachement est un réflexe à favoriser dans un lien parent-enfant. Il s’agit d’un recours contribuant à gérer la crise de colère de l’enfant dans n’importe quelle circonstance.

La patience et la maîtrise de soi sont deux notions à prendre au sérieux le long de ce procédé. Ainsi, il est primordial de cerner et de comprendre les causes de la colère que vous n’arrivez pas à manager. En sus, il est essentiel de savoir constater les points faibles de votre enfant dans le but de lui faire comprendre votre refus. Il est aussi vital de lui expliquer pourquoi il ne peut pas avoir une réponse favorable. L’écrivaine se base surtout sur la nécessité de lui étaler votre amour pour lui-même si vous refusiez.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend