L’agent du commissariat vient chez une femme de 24 ans qui se retrouve à l’hôpital avec un « NON » à pointer sur sa jambe – Recettes en Famille

L’agent du commissariat vient chez une femme de 24 ans qui se retrouve à l’hôpital avec un « NON » à pointer sur sa jambe

by Emma

Lauren Wesser est une jeune femme de 24 ans ayant une vie convoitée par plusieurs personnes. En tant que mannequin, elle a vécu une simplicité et avec une charme envoûtante, avant que tout s’envole.

En 2012, elle a assisté à une soirée, en commençant à ressentir une douleur. Elle a tenté de remédier les signes symptomatiques mais malheureusement ses camarades lui ont préconisé de rejoindre sa maison.

Elle formule à StyleLikeU que c’était juste des signes de faux-grippes avec un écœurement et le visage transpirant.
Lauren retourne à la maison et s’endormit.

Eveillée par la police

Par la suite, elle s’est réveillée, offusquée par l’agent de la police qui frappe chez elle. Sa maman a signalé la police puisqu’elle n’a

pas appris des nouvelles de Lauren, elle a donc répliqué qu’elle se portait bien. Elle avait juste sommeil, donc sa maman a agréé de patienter jusqu’au jour d’après.

Cependant, sa mère n’avait plus eu un retour la matinée.

Elle a essayé de contacter sa fille mais elle ne décroche pas, elle a donc contacté ses camarades, et a signalé la police une deuxième fois. La police y était mais face à un cas mortel.
C’est après une demi-heure que la police a parvenu à s’introduire chez elle, et Lauren était par terre dans la pièce.

« J’avais une fièvre de 41 degrés, mes reins étaient sur le point de céder et j’ai fait une crise cardiaque. »

View this post on Instagram

I love being a @noisymay girl! 💥👩🏼

A post shared by Lauren Wasser (@theimpossiblemuse) on

Les guérisseurs ont perçu des suspicions

On a emmené Lauren à la clinique avec une question qui reste sans réponse de la manière dont un ancien mannequin de 24 ans a pu être en menace de mort.

Avantageusement, un clinicien à l’hôpital s’est focalisé promptement sur son cas. Il constata tout de suite que Lauren mettait un tampon, raison de ce qui se passe.

Des extraits ont été prélevés et le test est affirmatif au Syndrome de Choc Toxique ou TSS (Toxic Shock Syndrome). A partir du moment où ils ont soigné ce signe symptomatique, sa réplique avançait mieux avec les soins. Cependant, les cliniciens doutent encore de probabilité que Lauren va survivre.

« Ils ont dit à ma mère et à mon parrain qu’ils devraient préparer mes funérailles, qu’il n’y avait aucune chance que je m’en sorte; que ce serait un miracle », selon les dires de Lauren durant l’interview sur StyleLikeU.

Un cas très grave

On l’a mis sous anesthésie générale et les cliniciens ont dépensé leurs forces pour l’exempter du péril mortel. Sept jours et demi après, elle s’est éveillée, en se rendant compte à quel point le cas était très grave.

Elle était enflée et ses membres inférieurs avaient l’air d’être cramés.

View this post on Instagram

This may be a heavy post for some but today is #menstrualhygieneday so I must keep doing my part to raise awareness about Toxic Shock Syndrome. #menstruationmatters #itsnotrareitsreal #mhday ##robindanielsonact // link in bio for more stories like mine and information.

A post shared by Lauren Wasser (@theimpossiblemuse) on

Par inadvertance, elle a saisi qu’une partie de son organisme est défectueuse, en entendant une infirmière téléphoner.
« Je me souviens qu’elle parlait à quelqu’un qui disait : « J’ai ici une fille de 24 ans qui aura besoin d’une amputation sous le genou de la jambe droite ».

Lauren s’aperçoit de la gravité du cas, en pensant la difficulté de devoir signer le document afin d’accepter la mutilation.« Ils écrivent « oui » et « non » sur vos jambes, comme « oui, c’est celui qui va s’en aller » et « non, cela sera gardé ».
« Je ne pense pas que tu puisses faire autre chose que d’essayer d’être forte », annonce-t-elle à StyleLikeU.

View this post on Instagram

Anyone else sweating it out today?! 😏

A post shared by Lauren Wasser (@theimpossiblemuse) on

Suite au partage de son parcours, elle a été référence de beaucoup de campagnes vue qu’elle porte son bridge, et elle a également exécuté des missions dans le but de dévoiler ce qu’est le TSS et les menaces encourues aux tampons.
Le TSS et généré par un toxique provocant des bactéries staphylocoques jaunes. Ces bactéries sont susceptibles de proliférer lorsqu’elles se confondent avec le sang humain pendant une certaine durée, dans un tampon ou dans une blessure.

La substance toxique créée par les staphylocoques jaunes conduit l’organisme vers un coup soudain. Autrement dit, la tension artérielle régresse considérablement et l’ensemble des cellules de l’organisme n’acquièrent pas l’oxygène qui lui est nécessaire.
Un choc semblable nécessite une thérapie intensive en utilisant des antibiotiques très rapidement dans le but de se ressaisir.

Signe symptomatique de choc toxique

D’après les données u Guide de santé 1177, le TSS se manifeste par une fièvre intense accompagné des signes ci-dessous :

• Déjections ou diarrhée
• Erubescence cutanée
• Paumes et plante des pieds enflés
• Maux musculaires
• Maux de tête
• Tournoiement de la tête et sueur frisquette
• Règles fétides en cas d’utilisation de tampon

Les TSS dus à des tampons peuvent être devancés

  • Echanger le tampon chaque huit heures culminantes
  • Nettoyez les mains minutieusement quand vous allez changer le bouchon

Les menaces de subir des TSS sont moindres lorsque vous respectez ces recommandations.

[sc name=”Suivant”]

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend