La tête de cette femme, allergique à la teinture capillaire a enflé – Recettes en Famille

La tête de cette femme, allergique à la teinture capillaire a enflé

by Emma

Est-ce que vous êtes tenter par une autre couleur de cheveux mais vous ne vous êtes pas encore décider ? C’est la raison qui vous dit d’y penser deux fois d’abord. Apparemment, tout le monde n’a pas les mêmes réactions vis-à-vis des produits cosmétiques et que la finalité n’est pas toujours comme on le pense. Si un individu utilise et qu’il n’est pas affecté par un type de produit, cela ne veut pas dire que cela va être la même chose avec d’autres. Ainsi, d’après un article de Le Parisien, après avoir subis les conséquences désastreuses sur les produits de colorations des cheveux, une jeune femme en témoigne.

Estelle 19 ans, a eu l’idée de changer de teinture pour ses cheveux. Elle est étudiante et vivait à Vitry-sur-Seine, elle s’est tourner vers un produit de marque populaire afin de s’acheter une coloration pour les cheveux. Elle ne pensait pas qu’elle aurait une sévère réaction cutanée en optant pour ce produit.

Une conséquence désastreuse insoupçonnée

Estelle a utilisé la teinte pour les cheveux, après l’application de celle-ci elle a eu une sensation angoissante. En effet, elle a été sujette à une conséquence allergène à une substance appelé paraphénylédiamine. D’après La Parisienne, Estelle a d’abord eu des irritations dans la région de son cuir chevelu et petit à petit son crâne augmentait de volume. Elle s’est rapprocher de son pharmacien, et ce dernier lui a recommandé des antihistaminiques et une pommade à appliquer sur son cuir chevelu qui lui grattait. Cependant en voyant son reflet dans le miroir, le lendemain matin, elle a remarqué qu’une déformation de son visage, puis va immédiatement dans les services d’urgences. Elle affirmait : « J’avais une tête d’ampoule », elle commençait à s’angoissée devant ce changement. Pour l’aider, les Docteurs lui administrent une perfusion de corticoïdes et d’antihistaminiques, pour rétablir toutes ses déformations. En revenant à la maison, l’étudiante constate le pire, sa tête a encore augmenté en volume, son pouls est accéléré et elle ne respire pas convenablement. Elle s’en va immédiatement à l’hôpital, on la dirige vers les urgences pour lui administrer de l’adrénaline, et les médecins l’ont gardés la bas pendant toute la nuit pour observer son évolution.

L’étudiante ne nous recommande pas le PPD

Après avoir survécu à son effroyable mésaventure, Estelle veut alerter du danger que les femmes puissent encourir avec les produits qui présentent du paraphénylènediamine ou appelé aussi par son diminutif PPD. A vrai dire cette substance, qui possède des propriétés hautement allergène, se trouve dans la majeur partie des produits de colorations capillaires que l’on trouve sur le marché. Par contre, la jeune fille a fait des aveux comme quoi, elle n’avait pas suivi correctement les prérogatives écrites sur le paquet de la teinture. En faites, on lui a d’abord recommandée de se soumettre à un essai par rapport aux éléments allergènes pour pouvoir utiliser le produit pour les cheveux. Donc elle devait appliquer une certaines quantité du produit sur une petite partie de sa peau, puis attendre 48 heures et voir les réactions ; c’est seulement après ce test et s’il n’y avait aucune réaction, qu’elle était autorisée à appliquer la teinture sur ses cheveux. L’erreur de la jeune fille était son empressement à se teindre les cheveux. En effet, elle a seulement patienté 30 minutes, après avoir effectué le test du produit sur sa peau, avant de se teindre les cheveux. « J’ai envie de dire aux autres : ne faites pas comme moi ! S’il vous plait, faites bien le test ». Mais elle stipule que les précautions devaient être plus mises en valeur. A la mère de l’étudiante d’ajouter que : l’emballage aussi était en défaut, car on devait y affirmer la présence du PPD, un élément fortement allergène et qui peut s’avérer désastreuse.

Le PPD, un produit à fort potentiel allergénique

Catherine Oliveres-Ghouti, membre du Syndicat national des dermatologues, annonce que 2% même 3% de la population du monde montre des conséquences allergiques à cette substance. Le PPD, ou paraphénylènediamine est un élément dont les conséquences néfastes sont très répondues dans le domaine de la médecine. C’est pourquoi en 2006, le PPD a été proclamé « Allergène de l’année » par une entité américaine nommé American Contact Dermatis Society. Et l’Atlas de Dermatologie Professionnelle, affirme que cet élément peut donner lieux à de sérieux eczémas. L’INRS n’est pas en laisse et a son mot à dire par rapport à cette substance : le PPD est toxique si on le consomme par inadvertance, ou si il est appliqué sur la peau ou encore par inhalation. Mais encore il est en rapport avec les allergies de la peau et peut causer des inflammations dans la région de l’œil. Cette substance est aussi trouvée dans les tatouages. D’après l’ANSM, « Les cas d’eczéma rencontrés peuvent entraîner des réactions violentes, nécessitant parfois une intervention médicale urgente voire une hospitalisation ». Dominique Tennstedt, un spécialiste de la peau, affirme : « On peut très bien supporter le PPD pendant 15 jours ou 10 ans et tout à coup devenir allergique ». Enfin, lorsque l’on est déclaré allergique à une substance, tous types de contact avec cet élément peuvent s’avérer problématique, comme des réactions de la peau ou physiques pathologiques.

[sc name=”Suivant”]

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend