La mère du bébé décédé découvre qu’il respire encore durant ses funérailles – Recettes en Famille

La mère du bébé décédé découvre qu’il respire encore durant ses funérailles

by Emma

Pour une famille, la mort d’un bébé est très poignante et pire encore si c’est à cause d’une erreur de diagnostic médical. Comme cette histoire émouvante qui s’est déroulée à Villanueva. Les médecins de l’hôpital ont déclaré que l’enfant est mort mais à son enterrement, il se passait des choses étranges. Les déroulés du récit sont relayés par Metro.

Il existe des histoires récitées par les plateformes médiatiques qui font vraiment froid sur le dos. La mère d’un bébé de sept mois, nommée Ivis Montoya a été confuse en constatant que son bébé respirait encore au moment des funérailles. Elle n’oubliera sûrement pas cette étape de sa vie.

Une déclaration manifeste de la mort du bébé

D’après l’unité pédiatrique de l’hôpital Rivas de Villanueva où le bébé était admis durant 3 jours, le nourrisson est déclaré mort. Il s’agit d’une fille au nom de Keilin Johanna Ortiz Montoya de seulement 7 mois qui a été hospitalisée à cause d’une diarrhée accompagnée de symptômes inquiétants. En sus, elle endurait une déshydratation extrême, des infections qui se présentent par des cloques sous sa peau et des convulsions inhabituelles. Les maladies seraient à l‘origine d’une germe bactérienne.

Mais trois jours après, les médecins ont affirmé que la fillette est morte en cédant à sa mère le certificat de décès. Choquée, la mère rejoint promptement sa famille pour l’organisation des processus funèbres.

Un fait offusquant

Ivis Montoya est à la veillé aux chandelles de sa fille en raison de son décès, tout en étant complètement dévastée. L’enterrement de la fillette devait avoir lieu le lendemain à l’église et assisté par les proches de la maman.

Puisque sa mère n’avait pas les moyens pour un cercueil, on a déposé le bébé sur une chaise. « Nous n’avions pas d’argent pour un cercueil », a-t-elle déploré. Et pour elle, sans ces circonstances, elle n’aurait pas remarqué que son bébé respire encore, comme l’annonce le journal britannique.

 

A l’instant, sa maman emporta directement son bébé aux soins intensifs dans une clinique. Et selon le chef du service de pédiatrie de l’hôpital, le rapport inexact en ce qui concerne la mort du bébé fait l’objet d’un approfondissement.

L’établissement d’un constat de décès par les médecins

Quand une personne est déclarée décédée, ses proches font face à une peine hors pair et passent à aux étapes successives du deuil. Mais dans le cas d’un constat du décès erroné, il est d’une évidence si la famille et les proches sont emportés par la colère contre le médecin. Mais même si ces cas de figure sont rarissimes, certains gens les ont vécues. D’après Gérald Kierzek, urgentiste, les signes manifestes qui mènent à établir le constat d’un décès sont « l’absence de respiration et de pouls, le refroidissement du corps, la rigidité du corps ». Le personnel de santé déploie que par le biais d’appareils spécifiques, l’urgentiste ou le médecin examinent des critères précis avant de faire le constat de décès. Néanmoins, certains faits sont susceptibles d’engendrer un scepticisme et nécessite de la grande vigilance venant des médecins. Dans ce sens, lorsque le patient est en hypothermie, les traitements dans le bloc de réanimation ne doivent pas s’arrêter jusqu’à ce que le corps soit s’échauffe de nouveau, afin de vérifier si les fonctions vitales restent garanties. D’ailleurs, si la personne a suivi une prise de médicaments responsables d’un coma profond, le spécialiste de santé  doit rester prudent face à un arrêt respiratoire ou encore à un ralentissement du rythme cardiaque.

[sc name=”suivant” ]

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend