La « charge mentale » et l’obligation d’être parfaite surmènent les femmes

Les femmes ne reflètent-elles pas le dieu Shiva avec ses mains polyvalentes ? Tellement, de multiples tâches sont au fil d’attente : la gestion de la scolarité des petits, le ménage, leur vie professionnelle, les visites chez le médecin, la planification familiale, etc. Elles sont tourmentées par toutes les sortes d’occupations.

« Charge mentale » ou « charge émotionnelle », telles sont les nominations de ce cas attribuées par une chercheuse. Les femmes sont de temps en temps assujetties de multiples charges et n’ont presque plus le temps de prendre soin d’elles-mêmes. Le Dr Aurélia Schneider, aussi psychiatre donne son avis « La charge mentale est pour moi aussi physique et physiologique, notamment quand elles sont enceintes, ou, pour nombre d’entre elles au moment du syndrome prémenstruel. Il s’agit donc d’une charge globale. Femme surmenée est un pléonasme ! Au sein d’un couple hétérosexuel, surtout s’il y a des enfants, elle s’occupe de la maison et doit penser à tout, ce que l’homme ne gèrera jamais, ou très rarement. »

Les femmes qui n’ont pas d’activités professionnelles sont également victime de cet excès de stress et de fatigue et quand elles n’ont pas d’occupations professionnelles, aucune excuse ne peut être reprochée si certaines tâches sont faites incorrectement. La plupart du temps, les hommes n’imaginent pas l’envergure de gérer un ménage, que c’est difficile de faire face à cette dissipation de force. Admettons que les jeunes hommes qui se sont engagés récemment contribuent plus aux tâches ménagères par rapport aux autres d’avant, les femmes demeurent toujours les plus chargées à la maison. Le recensement dit mieux, une évolution du nombre d’hommes qui se chargent de leur foyer est constatée depuis 25 ans par l’INSEE, notamment les charges scolaires de leurs enfants, à l’exclusion des occupations ménagères. 71% de ce dernier et 65% des charges des parents sont gérer à la fois par les femmes.

En effet, les femmes ont sont probablement victime du surmenage que les hommes, c’est ce que le Dr Schneider rend évident sur ses patients. « Elles sont plus exposées et je les vois plus aussi parce qu’elles verbalisent davantage leurs émotions que les hommes… » Les femmes traversent des moments difficiles, au moment puerpérale et à la cessation de fonction menstruelle. « La ménopause est redoutable du fait des symptômes physiques très pénibles, comme les bouffées de chaleur, les insomnies, … et aussi d’un point de vue psychologique. »

Cela se reflète tant sur l’état de l’organisme mais aussi sur la relation amoureuse.

La charge mentale ne se limite pas à l’exténuement. Dans d’autres cas, elle s’acharne sous forme d’anxiété extrême ou bien des irritations ou des affections cutanées comme l’eczéma et le psoriasis, d’après la psychiatre. Les symptômes suivant sont à ne pas négliger : une vive inquiétude, des maux de tête chronique et la douleur de l’estomac peuvent survenir. Le burn-out est précédé de ses signes avant d’attaquer les femmes, prendre des précautions pour le dévier.

La psychiatre explique que le piment que ravive la vie de couple manque vue que les femmes, épuisées par la course au temps n’ont plus assez d’énergie, n’éprouvent pas d’un esprit favorable à leur affection. L’une et l’autre partie demeurent incomprises dans le dialogue en essayant d’éclaircir les choses. L’homme pense qu’elle aurait dû avoir recours à une aide, et la femme s’ennuie de toujours reprendre les mêmes arguments en vain. Cela revient au même fait que les hommes n’imaginent pas les efforts de leurs femmes pour accomplir les travails domestiques et sans la moindre gratification ou un geste de reconnaissance.

Prendre de mesures favorables avant le surmenage et le connaître clairement.

C’est l’étape primordiale, selon le Dr Schneider, faire une liste des tâches à accomplir régulièrement, détailler les courses, la cuisine, les linges, les visites chez le médecin, prendre en compte de ceux des enfants. Elles réaliseront l’effectivité de ces astuces en termes de gestion de temps surtout.

La source majeure des querelles de couples est d’avoir recours aux aides de leurs hommes pour les tâches domestiques, qu’ils doivent participer souvent. De là vient l’idée de consulter un expert en vie de couple pour améliorer la situation, pourquoi pas ?

Encore une idée du Dr Schneider, savoir prévaloir ses valeurs, s’offrir des gestes qui loue, faire des remarques positifs de ce qu’elle a pu accomplir dans la maison. Et surtout d’éviter de s’égaler aux autres, on ne pourra pas deviner la réalité sous leur toit, en plus, faire une comparaison aux autres n’apporte aucun gain, chaque cas possèdent ses spécificités.

Eviter de se blâmer soi-même quelle que soit les défauts, pour ce faire, il est préférable qu’un thérapeute intervienne. C’est handicapant d’abandonner certaines habitudes, mais finalement, reconnaître son imperfection est obligatoire pour mieux vivre.

S’offrir des zestes d’amour comme des fleurs, c’est très efficace pour vous remonter le moral. Chaque fin de la journée, faire un bilan de ceux qui ont été bel et bien achevés. Cela aiderait également à bannir les pensées négatives si cette méthode se fasse de manière régulière.

Les femmes doivent confier leurs besoins à leurs maris même sur le point de s’être ennuyée de demander. Selon la psychiatre, l’une et l’autre partie dans le couple ne peut pas deviner ce qui se passe dans la pensée son partenaire, il n’existe pas d’extrasensorielle. Même si vous vous connaissez depuis des années, même si le partenaire est de nature à prévenir les choses. En effet, exprimer de façon claire votre souhait de passer une soirée cinéma, un dîner romantique ou l’envie d’une fleur. Evidemment, cela doit être suivi d’appréciation venant du cœur pour bâtir une bon atmosphère, et que l’autre aura soif de cela à l’avenir.

D’ailleur, elles doivent préparer du moment rien que pour elles et pour prendre soin d’elles-mêmes. Le Dr Schneider recommande aux femmes actives de réserver un RTT quand leurs petits sont en classe, et aux femmes au foyer de se permettre 24 heures, emmener les enfants à la cantine.

Ces astuces découlent de la lucidité, mais les patients passent à côté de la plaque à défaut de prévention et immergées par des journées bien remplies. Juste un coup de pouce pour rendre ce moment bénéfique et en profiter pour décaler un rendez-vous au médecin et pour se détendre.

Les « Superwomen » doivent exceller dans le monde professionnel, garder stable leur côté personnel et côté foyer, mais bousculées par le défaut de bien prévaloir ses valeurs et per les contraintes dans la communauté. Selon l’étude du Dr Schneider, c’est devenu insupportable d’encaisser les fortes exigences qui tombent dessus, de là se produit le souci de reconnaissance de ses vertus. Le regard des autres devient une bête noire pour peur de ne pas être à la hauteur face aux autres. C’est ce principe qui doit être banni, de penser que la perfection doit être priorisée. Les fausses opinions sous entendent que c’est la perfection qui fait de la femme, une mère idéale ou une épouse idéale. De nos jours, cette idée fausse est préjudiciable pour soi.

Pour la suite, ouvrir la page suivante

Most Popular

To Top

Send this to a friend