« J’ai un hématome sur mon corps, est-ce grave ? » – Recettes en Famille

« J’ai un hématome sur mon corps, est-ce grave ? »

by Emma

Un hématome sur le corps peut signifier une affection de la peau. Cette grosseur remplie de sang est inesthétique et elle peut provenir soudainement. Pouvant être localisé sur plusieurs parties du corps, l’hématome peut prendre la forme d’une lésion bleutée. En principe, les hématomes n’ont rien de grave et se forme après un choc ou d’une hémorragie. Cependant, certains signes qui l’accompagnent sont alertant et recèlent des maladies plus graves qu’on ne le pense. Continuez à lire pour découvrir tout ce que vous devez savoir sur les hématomes.

Le site Ameli rapporte que les ecchymoses et les hématomes cutanés se forment une hémorragie sous-cutanée. Ces deux affections découlent généralement des effusions ou des rassemblements de sang sous la peau. Souvent anodins, les hématomes peuvent aussi receler des troubles plus graves. Cette idée est soutenue par le Pr Stéphane Leprêtre, hématologue au centre Henri Becquerel à Rouen, et le Dr Philippe Blanchemaison, phlébologue à Paris.

Ecchymose et hématome cutané : Quelle différence ?

Au moins une fois dans votre vie, vous avez déjà eu un ou plusieurs bleus dans certaines parties corporelles, c’est ce qu’on appelle hématome. La formation bleutée sur le corps provient après un accident domestique, un choc ou encore un coup. Un article paru sur Médical Vidal explique que les hématomes proviennent généralement suite à des coups violents ou répétitifs sur une partie donnée. La partie bleutée et gonflée est à l’origine du stockage de sang sous la peau ou dans un organe donné. Selon le Pr Stéphane Leprêtre, hématologue, lors de son interview : « Un hématome est une poche dans laquelle il y’a du sang, il peut être localisé, par exemple au niveau de certaines articulations ».

Les ecchymoses sont moins volumineuses et représentent des épanchements de sang diffus. Une personne les subit lorsque ses vaisseaux sanguins se rompent. « Un bleu spontané est une ecchymose qui apparaît sans coup ou après un traumatisme minime qui n’aurait pas dû donner de bleu », peut-on lire dans les dires de l’hématologue. Notez qu’une tache rouge vive sur la peau n’est autre qu’un purpura. C’est une lésion découlant d’une infiltration sanguine sous la barrière cutanée. Elle se manifeste par un dysfonctionnement des plaquettes sanguines, par une maladie du sang ou par un fonctionnement inadéquat des capillaires sanguins. Le spécialiste déploie : « Si ces taches rouges sont plutôt localisées au niveau des jambes, elles peuvent être liées à une fragilité des capillaires sanguins ».

Symptômes qui accompagnent un hématome

Une ecchymose peut être bleue, noire ou violacée, toujours selon l’article publié sur le site Améli. A savoir que le dommage ne dissipe pas même après avoir exercé une pression par la main. Les contours de l’affection sont irréguliers mais la surface cutanée reste intacte. La taille d’une ecchymose est généralement petite mais sa dimension dépend de l’intensité du choc et la vascularisation de la zone atteinte. Quant à l’hématome, elle a une couleur bleue foncée et devient vert, puis jaune, avant d’atténuer graduellement.

L’hématome peur être accompagnée de symptômes particuliers, selon les zones cutanées atteintes, notamment :

  • Une trace bleutée autour de l’œil appelée « œil au beurre noir ». Cette ecchymose peut être à l’origine d’une enflure qui atteigne la paupière. Ce contour de l’œil a une couleur noire et devient violet, vert puis jaune avant de disparaitre ;
  • Une lésion au niveau de l’oreille peut également provoquer un hématome du pavillon de l’oreille. Elle est responsable d’une enflure violette suivi d’une déformation de l’oreille : oreille en chou-fleur ;
  • Un choc sur l’extrémité du doigt, comme un coup de marteau ou un claquement de porte, peut provoquer un hématome sous l’ongle. Il peut être douloureux au fil du temps ;
  • Un choc au crâne peut engendrer un hématome sur le cuir chevelu. Elle prend la forme d’une bosse, avec une dimension qui accroit graduellement.
Consultez immédiatement votre médecin !

Il est conseillé de joindre votre médecin en cas de bleu qui se forme soudainement sans explication probable. D’ailleurs, soyez vigilent si vous prenez un traitement anticoagulant ou un médicament corticoïde. Comme le précise le Pr Leprêtre, quand des bleus apparaissent spontanément, le médecin propose en général, une analyse de sang pour évaluer le taux de plaquettes sanguines. Ensuite, il renchérit que « La première cause de bleus spontanés, c’est en effet une baisse du taux de plaquettes ». Connue sous le nom de thrombopénie ou thrombopathie, cette maladie peut provenir de plusieurs facteurs.

Découvrez les facteurs :
  • D’origine périphérique : Les plaquettes sanguines diminuent après une destruction des plaquettes à l’extérieur de la moelle osseuse. En outre, la thrombopénie périphérique peut être relative à une maladie auto-immune, à l’aspirine, aux anti-inflammatoires non stéroïdiens ou aux antibiotiques.
  • D’origine centrale : Dans ces cas, la diminution découle d’une altération de la production de plaquettes dans la moelle osseuse. Selon le Pr Leprêtre, « Toutes les maladies hématologiques (leucémies, maladie de Hodgkin, drépanocytose, anémie …) peuvent donner une thrombopénie centrale ».

Traitements médicaux : Le médecin pourrait effectuer une prise de sang pour vérifier le taux de plaquettes et pour évaluer les marqueurs de l’hémostase secondaire. Cela étant dit, il mesurera à la fois le taux de prothrombine (TP) et le taux de céphaline activée (TCA). Dans le cas où le TP et le TCA sont stables, les bleus recèlent alors des maladies, le syndrome de Willebrand, l’hémophilie ou l’hémostase. Si les plaquettes sont anormales et que les traces bleutées surviennent soudainement, le médecin présume alors un trouble veineux.

Autres causes des hématomes

De nombreuses femmes subissent des bleus spontanés à cause d’un mauvais retour veineux, comme l’avertit le Dr Philippe Blanchemaison. « La paroi des veines est alors trop fragile pour supporter le poids du sang quand la femme est debout ou assise, les veines se dilatent, la pression des grosses veines retentit dans les petits vaisseaux, ce qui explique que les veinules soient plus sensibles au moindre coup », poursuit-il. Dans un tel cas, les bleus relèvent probablement d’une mauvaise circulation sanguine, accompagnés d’autres symptômes physiques.

Les bleus qui proviennent d’une fragilité de la microcirculation sont accompagnés de plusieurs signes comme la sensation de jambes lourdes ou enflées. Ils peuvent apparaitre sur les bras ou sur les jambes.

Traitements médicaux : Le médecin peut prescrire des traitements simples, comme le port de bas ou de bas de contention. De plus, le médecin peut également proposer des veinotoniques ou phlébotoniques ou phlébotropes.

Le plus important c’est d’adopter une bonne hygiène de vie pour améliorer la circulation sanguine :
  • La réalisation d’activités physiques régulières, par exemple la marche, la course à pied, fitness ou de la natation, etc.
  • Avoir l’habitude de s’hydrater suffisamment, soit de 1,5 litre par jour au moins ;
  • Elever ses pieds lors du sommeil ;
  • Adopter un régime alimentaire sain et équilibré, surtout les personnes en surpoids ou obèses ;
  • Eviter toute source de chaleur, comme le sauna ou le bain chaud ;
  • Éviter de rester assis ou debout trop longtemps.

Share to your social media accounts!

Send this to a friend