Inde : Ces parents ont rejeté leur enfant dès sa naissance à cause d’un handicap – Recettes en Famille

Inde : Ces parents ont rejeté leur enfant dès sa naissance à cause d’un handicap

by Emma

Après 9 mois d’attente et de surexcitation à l’idée d’avoir un bébé, le jour de naissance est un renouveau et une construction d’avenir. Ce jour spécial est synonyme de bonheur, mais pas toujours. Cela peut être le cas pour un bébé prématuré ou un bébé porteur de handicap ou qu’il présente une malformation. Ainsi, ce bonheur devient seulement temporaire.

Certaines malformations à divers stades ou affections d’ordre génétique peuvent être visibles lors de l’échographie. Cependant, ces conditions ne sont pas détectées et c’est seulement à la date d’accouchement que les parents se trouvent choqués. Les parents se livrent parfois à des comportements incompréhensibles, comme rejeter directement leur nouveau-né alors que celui-ci n’a rien demandé du tout.

L’histoire de cette petite fille venant de naitre en est une preuve vivante. Le bébé a été rejeté par ses parents, seulement deux semaines après avoir atterri dans ce monde. Alors que Mamata et Ajay Dode, des Indiens âgés tout deux de 25 ans, se préparaient d’accueillir leur premier bébé, ils ont été surpris. Leur fille est nait prématurément, avec une maladie rare de la peau qui la rend ridée. Lors de la grossesse d’Ajay, rien n’indiquait cette maladie.

Abandonné après la naissance

Dans la plus grosse surprise de Mamata et Ajay, leur fille est née prématurément après 24 semaines de grossesse. Le bébé a survécu mais avec en prime une maladie de la peau apparemment d‘ordre génétique. La peau du bébé est flétrie en plus d’être très ridée.

Une fois revenus à Maharashtra après l’accouchement, leur village de résidence dans l’ouest de l’Inde, les parents ont été critiqués par tous leurs voisins et leurs amis. Lorsque ces derniers ont appris l’apparence inhabituelle du bébé, ils ont commencé à critiquer la famille Dodes. Leurs voisinages et les personnes qui ont vu le visage du bébé ont refusé de le tenir. Certains ont même fuit par simple peur de contracter la même maladie que le bébé. Au lieu de comprendre et de soutenir les parents, les villageois ont humilié, voire exclut les Dodes.

La petite fille n’ayant même pas encore de prénom a tout bonnement été abandonnée par les parents qui ne supportaient pas la différence de leur fille. Ils n’ont même plus daigné la nourrir.

Un grand-père dévoué

Dilip, son grand-père, face à cette situation révoltante, a convaincu les parents vainement. Leur décision est ferme, ils ne voulaient simplement pas d’un bébé qui présente une affection à l’origine de disgrâce de la famille.

De son côté, le grand père était bien conscient que ce n’était pas du tout la faute à la petite fille si elle était née sous cette condition. Elle est tout simplement innocente et fragile et pas question de la laissé tout bonnement en raison de sa maladie. Dilip a alors pris la décision de  la nourrir au lait de chèvre et de prendre soin d’elle jusqu’à ce qu’elle obtienne des forces avant qu’il ne la ramène à l’hôpital de Mumbai, son lieu de naissance.

A l’hôpital, les personnels, touchés par le cas du bébé, ont accepté de prendre en charge les frais médicaux et ont même offert l’hébergement à Dilip, le temps de s’occuper de sa petite fille. Pendant ce temps, les médecins s’affairaient à repérer la cause exacte de la peau ridée du nourrisson. En réalité, la maladie endurée par la petite fille était relative à une anomalie chromosomique ou à un retard de croissance intra-utérin (RCIU).

La générosité du grand père de la petite fille et la bienveillance du personnel soignant de l’hôpital ont eu leur fruit. La fille a pu être sauvée et a pu bénéficier d’un traitement adapté, le tout pris en charge par l’hôpital. Espérons pour elle de grandir avec amour et acceptation de ses entourages.

Traumatisme et blessure qui cicatrise difficilement, tels sont les séquelles de l’abandon. D’ailleurs, la naissance d’un bébé devrait être l’un des plus beaux jours de toute une existence et ce, sans réserve. Un nouveau-né est le fruit de l’amour de ses parents et il devrait en bénéficier toute une vie, quelle que soit sa condition physique ou encore le contexte culturel ou moral.