Horreur en garderie : des bébés maltraités au quotidien – Recettes en Famille

Horreur en garderie : des bébés maltraités au quotidien

by Emma
Les cas de maltraitance infantile sont très fréquents, bien plus que vous ne le croyez. En effet, d’après l’ordre national des médecins, en France, environ deux enfants sont morts tous les jours suite à des traumatismes causés par les maltraitances physiques qui leur sont infligées. Il faut noter que la plupart de ces décès touchent les enfants âgés de moins d’un an, quel que soit le lieu et le moment. L’histoire de cette garderie est une parfaite illustration de ces cas.

En France, comment perçoit-on la maltraitance des enfants ?

Selon l’association « L’enfant bleu », une grande partie de Français seraient assez pessimistes face aux initiatives mises en place visant à stopper les violences envers les enfants. Cela n’empêche pas les associations de reconnaître à l’unanimité que c’est un objectif très important, voire même vital.

Toutefois, malgré l’évlution des mentalités et des mœurs concernant différents sujets, la question de la maltraitance des enfants demeure encore un sujet tabou.

Après avoir subi une interrogation sur leur propre enfance, environ deux Français sur 10 ont témoigné des incidents qui s’apparentent à de la maltraitance. En effet, 16% des victimes ont mentionné la maltraitance sexuelle sous forme d’attouchements. Ces victimes sont généralement des jeunes filles. 8% des victimes indiquent avoir subi des violences d’ordre psychologique : insultes, menaces ou encore humiliations. 5% de ceux qui ont témoigné indiqué avoir été battus. 3% témoignent être victimes de négligence durant leur enfance.

La garderie de tous les cauchemars

Au sein de la ville italienne de Plaisance, à l’école maternelle “Nido Farnesaian”, deux nounous de 31 et de 53 ans ont fait l’objet d’une arrestation à cause des maltraitances dont elles ont infligées à des enfants de l’établissement scolaire. L’enquête a été ouverte en avril 2017 lorsqu’un des employés a indiqué aux autorités que des enfants ont été violentés au quotidien.

Suite à cela, la police locale a décidé d’installer des caméras et des micros de surveillance dans chaque recoin de la garderie. Ce que l’employé a rapporté n’était pas du tout faux. De pauvres enfants ont en effet subi des maltraitances au quotidien.

Les victimes étaient âgées de 12 à 20 mois. La plupart des scènes violentes avaient lieu durant l’après-midi, lors du moment de sieste. Ceux qui ne voulaient pas faire leur sieste étaient violemment projetés sur le lit ou encore plaqués au sol, soit par les chevilles, soit par le cou, de manière à ce qu’ils ne puissent plus bouger.

[sc name=”Suivant”]

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend