En Angleterre, cette famille ingrate qui vit par l’aide sociale revendique une maison avec 6 chambres – Recettes en Famille

En Angleterre, cette famille ingrate qui vit par l’aide sociale revendique une maison avec 6 chambres

by Emma

Les personnes en situation de précarité sont protégées par le système de sécurité sociale. Cette dernière représente un ensemble de mesures qui a comme but de les protéger et les couvrir matériellement contre les risques sociaux. Certes, les aides découlent d’une intention de noblesse, mais certaines personnes n’hésitent pas à en profiter. Tel est le cas de cette famille qui a suscité provoqué l’indignation en Angleterre car elle demande une maison de 6 chambres. Plein feu.

En fait, la sécurité sociale demeure une nécessité pour toute société développée. Les histoires comme celle de ce couple qui demande à l’État de financer leur mariage,  ne manquent pas de cartonner souvent sur les journaux. Effectivement, elles peuvent provoquer l’indignation. Le cas de cette famille En Angleterre n’en fait pas exception lorsque le père de famille souhaite avoir une maison à 6 chambres. Les détails sont relayés par le  site britannique The Sun.

Une émeute d’immigrants français en Angleterre

L’année 2016, Arnold Sube et sa famille ont pris l’initiative de partir de la France pour venir vivre en Angleterre. Le père de famille suit des cours de soins infirmiers en santé mentale à l’université, un cursus entièrement financé par la NHS, le système de santé publique adopté au Royaume-Uni. Il s’agit d’un coût annuel de 27 000 livres, soit 30 500 euros pour un diplôme de 3 années d’études. Lors de son interview avec les confrères de The Sun, Arnold Sube annonce qu’il avait l’intention de faire le voyage tout seul pendant que sa femme et ses 8 enfants restaient à Paris lors de ses études. Sa femme ne pouvait cependant pas le faire, comme il l’affirme. C’est alors qu’il a décidé d’emmener toute la famille avec lui.

Arnold demande une maison à 6 chambres

Les frais et les dépenses quotidiens ont augmenté rapidement pour le père de famille. Il aurait atterri en Angleterre avec environ 17 000 euros qu’il avait mis de côté, une somme qui a été consommé au bout de 3 mois comme il l’affirme. Suite à cette période, le père de famille a eu l’idée de demander un logement au système de sécurité social anglais. En réponse à sa demande, la famille a été logée dans un hôtel durant un délai déterminé, le temps de trouver une solution. Mais au bout de 4 mois, le père de famille a refusé plusieurs offres, dont un logement à 4 chambres et une autre à 5. La raison ? Il souhaiterait avoir une maison de 6 chambres. Vue l’opiniâtreté de la famille Sube, un ultimatum leur a été lancé : Soit il accepte une des offres qui lui a été proposée avant, soit il risque volontairement de devenir sans abris avec sa famille.

Il défend sa revendication

La famille Sube coûte au contribuable anglais environ 44 000 livres tous les ans, soit presque 50 000 euros. Cette situation a suscité l’indignation de la population locale. Néanmoins, Arnold déclare qu’il est de son droit d’avoir une vie familiale « normale », sans avoir l’idée de l’opportunité que l’Etat offre à sa famille. Il affirme qu’il n’a aucune intention de profiter du système social en se défendant qu’il « aime travailler » et n’apprécie pas les « gens paresseux ».

Les aides sociales deviennent un sujet de débat

Le cas de la famille Sube est loin d’être un cas isolé. En cause, ce n’est pas la seule famille qui suscite de nombreuses indignations du fait des prestations sociales couteuses. Dans ce sens, il est facile de condamner un système qui paraît imparfait, particulièrement lorsque des personnes malintentionnées profitent de l’altruisme de l’État. Toutefois, il faut considérer que le système des aides sociales demeure indispensable pour beaucoup d’individus en précarité. Tel est le cas de cet homme, affamé après la suspension de ses aides sociales et d’autres histoires qui nous le rappelle de jour en jour.