Des personnes guéries du coronavirus sont contaminés de nouveau : une difficulté constatée pour les médecins en Chine – Recettes en Famille

Des personnes guéries du coronavirus sont contaminés de nouveau : une difficulté constatée pour les médecins en Chine

by Emma

Le nombre d’infectés au coronavirus atteint maintenant les 3 millions, et il y a certaines nouvelles qui déstabilisent les chercheurs et le personnel de la santé. Certains patients ont été considérés comme guéris mais on a décelé le virus chez eux une nouvelle fois et il y a donc des cas de contamination à nouveau. Cela nous est rapporté par le journal « Les Echos ». Cela serait vu dans le continent Asiatique, surtout en Chine.

La possibilité de se faire réinfecter par le virus existe-t-elle ? Eh bien, quelques cas confirment que c’est possible. Si les personnes infectées en question sont guéries au moment où son organisme développe des anticorps qui ont pour but de leur donner l’immunité contre le virus, cela semble être perturbant, même si ces cas-là sont assez rares.

Des cas affirmés guéris

Les personnes ayant subis une réinfection après être considérés comme guéris sont décelé surtout en Asie. Par exemple, une femme japonaise âgés de 40 ans aurait été infectée le mois de Janvier, puis a été déclaré négative au coronavirus en Février, déclaré par le gouvernement de la préfecture d’Osaka rapporté par « Franceinfo ».  Les signes du coronavirus impliquant certains problèmes de la respiration avaient encore l’air présent la fin de ce mois même, elle est alors allée revoir son médecin, et a été de nouveau décelé positive au virus.

Ce n’est pas un cas isolé en Chine comme ça l’est au Japon, car de nombreuses personnes auraient été à nouveau contaminées. Une personne appartenant au personnel de la santé de Guangdong, affirme que 14% des cas de guérisons sont à nouveau infectés, rapporte le média local « Caixin » et le « Strait Times ». Ce n’est pas la seule province en Chine qui a des cas similaires. Les provinces chinoises ayant le plus de cas semblables à cela sont : Sichuan, Hainan et Hebei.

Comment est-ce possible?

Les chercheurs sont assez troublés, certains scientifiques pensent que les cas affirmés guéris ne l’étaient en fait pas encore. Le professeur Jin Dong-Yan de l’Université de Hong-Kong dit que l’on ne peut pas considérer cela comme une réinfection si les malades délivrés hors des Hôpitaux n’étaient pas encore guéris. La possibilité que les tests aient été inexactes due à due à des erreurs ou due à d’autres causes, les résultats des tests sont alors contestables. Le professeur Zhang Zhang de l’Université de Wuhan a mené des expérimentations faisant suivre deux tests successifs à certaines personnes, 44 ont été testé négatifs au premier test mais 36 d’entre eux ont été testé de nouveau, positive au second. Le professeur avance l’idée que le virus laisserait des traces non actives dans l’organisme et ceux-ci seraient détectés par les tests.

Des chercheurs avancent une autre idée, que les anticorps développés par l’organisme des patients offriraient une immunité mais une immunité temporaire, selon le rapport de « USA Today ». Li Qingyuan, directeur du centre de prévention et de traitement de la pneumonie dans un hôpital à Pekin explique : « pour certaines personnes, les anticorps peuvent ne pas durer aussi longtemps. Pour beaucoup de patients désormais guéris, il existe une probabilité de rechute. ». A cause de cela, il conseille alors de toujours être vigilant et de suivre les mesures de sécurités sanitaires.

“Les Chinois redoutent la réapparition du virus du Covid-19”

Les réinfections causent une inquiétude chez beaucoup, ils sont inquiets que le coronavirus aurait de nouvelles vagues semblables ou pire à ceux d’avant. Le Professeur François Bricaire, spécialisé dans l’infectiologie et membre de l’académie nationale de médecine explique dans son rapport au Parisien: “Lors de la pandémie de grippe saisonnière, on constate souvent plusieurs poussées successives et les Chinois redoutent eux-mêmes la réapparition du virus Covid-19” il ajoute aussi que : « cela justifie d’autant plus de vacciner la population, une fois que ce sera possible, car il faudra protéger les personnes qui se sont très bien confinées et qui n’ont pas été infectées par le virus. ».

Selon Mylène Ogliastro, virologue et membre de la société française de virologie explique que ce nouveau virus pourrait « disparaître comme le Sars-CoV-1, persister dans les réservoirs animaux et contaminer l’Homme de manière locale et sporadique, ou enfin revenir de manière cyclique, comme la grippe. » Le vaccin serait-il alors la solution la plus efficace face à cela ?

[sc name=”Suivant”]

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend