News

Des mystères que beaucoup ne sait pas sur les sociétés l’agro-alimentaire « De la confiture de fraise sans aucune fraise »

Cet ancien personnel industriel révèle tout sur les aliments transformés en déployant la malbouffe dans son œuvre intitulé « Vous êtes fou d’avaler ça ». La raison ? Il ouvre un sujet concernant les soucis alimentaires comme la confiture de fraises qui n’est composée d’aucune fraise. Selon Christophe Busset, l’homme qui a alarmé tout le monde sur ce phénomène fait appel à la vigilance sur une vidéo qu’il rend public via les réseaux sociaux. France 24 a également repris cet entretien qui évoque les dérives du « food business ».

Souvent, nous nous rendons compte que les sociétés agro-alimentaires se jouent de nous. Tel est le cas lorsqu’on a découvert le scandale de la viande chevaline de Findus et encore d’autres aliments. Dans ce sens de la vision avide, certains produits à l’instar de la confiture de fraises ne comportent aucune fraise. Ce fait implique ainsi que les fidèles à ces produits font confiance aux marques.

Le mystère des industries agro-alimentaires

C’est dans son ouvrage inimaginable intitulé « Vous êtes fou d’avaler ça », que cette ex-industrie déploie le scandale. Et c’est en se servant de ce titre saisissant qu’il rappelle à ces lecteurs en publiant les coulisses de l’industrie qui a pour rôle de nourrir la population. Le concepteur est revenu d’un monde sans scrupules où il avait détenu la fonction de cadre.

Afin de justifier ces scandales alimentaires, il prend un exemple inimaginable, le cas d’une confiture de fraise qui n’est pourvu d’aucune fraise. En lamentant de cette grande machine, il parle tout de même de fromage qui est un produit qui prend l’aspect d’un fromage et de miel fomenté. Ces éclaircissements montrent à quel point l’acheteur est mystifié par ces grands distributeurs et leurs marques.

L’artifice pour un profit

Le scandale des lasagnes Findus a bousculé les clients de tout l’Europe. La raison ? Dans ce plat, de la viande de cheval le compose. Par malheur, ce cas n’est pas reclus des coulisses des grandes machines. Effectivement, c’est ce que le concepteur de l’ouvrage susmentionné déploie en étalant le miel qui n’est composé que de la marmelade sucrée ou bien de la moutarde d’origine chinoise.

Mais pourquoi une telle ruse ? C’est juste pour décrocher du gain et c’est un aspect qui définisse les grandes sociétés alimentaires, ils sont constamment en quête de gain énorme. Dans cette expectation à grande vitesse, ces sociétés incrustent leurs produits d’Asie et les convertissent puis les empaquetages se déroulent dans l’hexagone. Ces étapes les aident à déterminer les produits sous la désignation « Made in France ».

Des produits factices qui intègrent le territoire

Aussi, Christophe Busset dénonce certaines marques sur les produits du territoire. Déjà la genèse est complètement erronée et à laquelle il indique dans son livre qui implique à réveiller la conscience des clients fidèles. Ainsi, les aliments locaux sont loin de l’être en parlant de leur origine et contrairement ils parviennent d’autres horizons. En plus, les sociétés alimentaires bourrent leurs produits avec de l’eau pour qu’ils prennent des aspects plus volumineux.

Une ambigüité sur les chaînes de production

Motivé par la recherche excessive de revenus, les industries atteignent les abjections les plus avilissantes lorsqu’il est question de ravitailler les clients. Raison pour laquelle l’auteur déploie un sujet sur des excréments de rat amalgamés à des condiments, par exemple le piment. Le but et uniquement pour élever la charge pondérale de leurs produits.

Cet ancien cadre de l’entreprise interpelle tout de même l’existence de légumes détériorés dans les compositions de certaines sauces. Les génies de l’industrie apprêtent leurs actes et de magouiller pour un but de hausser les gains, ce qui implique que la quantité finit par dégénérer la qualité.

Réveiller la conscience des consommateurs

L’initiateur de cet ouvrage intitulé : « Vous êtes fou d’avaler ça » démêle le vrai du faux sur l’objectif de ces grandes sociétés est de laisser leurs consommateurs qui ne sait rien de ces étapes de production. Selon Christophe Busset, ce sont les scandales qui engendrent cet éveil de conscience des clients. Une initiative qui pousse les gens à réviser leur mode de vie et à s’intéresser davantage à ce qu’ils consomment avec de la transparence des aliments.

L’ancien cadre explique tout de même que cette industrie est un grand participant à la pollution de l’environnement. De ce fait, il interpelle de nouveaux chemins de réflexions pour ce qui est de notre manière de consommation. Irrévocablement, notre nutrition est un pilier de vie puisqu’elle définit la capitale santé.

Que faire pour une alimentation saine ?

Il n’est pas essentiel de céder une fortune à ses emplettes pour mieux manger. Vous pouvez par exemple opter pour l’autosuffisance sur certains aliments que vous plantez vous-même. D’autres gens privilégient les commerces locaux en prônant leur provision chez les primeurs, les bouchers ainsi que les poissonniers.

Manger de manière adaptée c’est tout de même prévenir autant que possible d’ingurgiter des produits industriels ou ceux ultra-transformés qui sont bourrés d’additifs chimiques et de produits conservateurs. Tout en sachant que les produits chimiques altèrent la nourriture et le dépossèdent de ses apports nutritionnels.

Pour la suite, ouvrir la page suivante

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Most Popular

To Top
Send this to a friend