Coronavirus : plus de 27 000 décès dans l’Hexagone, quelles sont les signes de la contamination à détecter ?

Depuis des millénaires, le coronavirus est la maladie pandémique à piller férocement la population mondiale. La contamination fait 27 000 morts en France tout en sachant son caractère imprédictible, dès fois même, le porteur du coronavirus n’est pas en connaissance de sa présence à défaut de symptôme. Par un motif d’autant plus fort, la présence du virus se manifeste par des signes symptomatiques non familiers. Plein feu sur les signes du Covid-19 à prendre en considération.

La connaissance des signes du coronavirus est fatale en ce qui concerne la lutte. A la fois délicat et évident, certains signes alertant sont transmis par l’organisme mais ils sont méconnus. Ainsi, il est essentiel d’être attentif aux élocutions de votre corps à l’aide de certains troubles.

Quels sont les symptômes fréquents ?

Chez les patients du Covid-19, il existe des indications générales développées par leurs organismes, notamment une aura fiévreuse avec une température élevée ou encore des toux aigües. Dans certains cas, le patient endure de vives courbatures, des céphalées, un essoufflement et de forte tension. Mais ce qui est commun entre tous les cas positifs c’est le trouble respiratoire à un stade inquiétant.

Quid des symptômes rares ?

C’est évident si la grande majorité n’est pas en connaissance de cause puisque ce sont des signes très peu rencontrés. Il s’agit de l’anosmie et l’agueusie qui sous-entend respectueusement perte de l’odorat et perte de goût. D’ailleurs, la peau peut extérioriser des troubles, comme des crevasses ou des érubescences à cause du coronavirus. Un autre signe se manifeste par une instabilité neurologique qui engendre un chambardement sur l’état en général du patient.

Des troubles dermatologiques

Selon le Syndicat National des Dermatologues ou SNDV, ce qui explique la lésion cutanée est le fait que les vaisseaux sanguins se dilatent et se resserrent. A l’instar des engelures, la peau endure des dommages lorsque le corps est confronté à une température frisquette pendant une longue durée. Cependant, Catherine Obliveres-Ghouti, dermatologue et trésorière du Syndicat National des Dermatologues, rassure les patients que cela fait partie des signes anodins du coronavirus. Puis elle ajoute que ce signe symptomatique se manifeste très sobrement.

L’anosmie et l’agueusie

Ce second catégorie s’extériorise par la perte de l’odorat et peut être accompagnée d’un autre signe. A savoir que l’anosmie attaque les personnes entre l’âge de 23 à 45 ans. Dans la plupart des cas, elle est assortie d’une perte de goût ou agueusie. Le Dr Nils Morel, président du Syndicat national des médecins spécialisés en ORL et Chirurgie cervico-faciale (SNORL) le déploie comme suit, « Les neurones responsables de l’odorat sont situés en haut des fosses nasales, entre les deux yeux. Pour avoir une perception de l’odeur, il faut que les molécules odorantes atteignent cet organe. Lorsqu’on mange, on ressent les goûts des aliments au niveau de la langue, mais les parfums et les saveurs sont également contrôlés par l’odorat ».

La cyanose

Dans ce cas, la couche épidermique reflète une couleur bleuâtre à cause de la carence en hémoglobine dans le sang du patient. D’après le Dr Stéphane Gayet, infectiologue, « le signe à surveiller en priorité est la cyanose des lèvres et des ongles ». D’ailleurs, la transformation de la couleur cutanée peut atteindre les mains et le visage, comme elle est susceptible d’atteindre l’ensemble de l’organisme.

Imprédictible et majoritairement anodin

La maladie demeure bénigne à 80% des cas. Une mutation vers un stade plus grave est cependant plausible pour les 20% qui restent donc de 15% à un cas aggravé et 5% de cas à un stade critique. Une réponse déballée par le ministère de la Santé explique que la contamination à un stade critique n’est pas indemne d’encombrement respiratoire aigüe, de trouble aggravé des reins et des répercussions multi viscérales qui est mortel.

Même si les signes semblent anodins, lorsque le patient l’endure plusieurs jours, il peut virevolter à un état grave de respiration.

Rappelons que quelques-uns des contaminés ne présentent aucun signe de maladie mais n’empêche que le coronavirus se propage à autrui.

Pour la suite, ouvrir la page suivante

Most Popular

To Top

Send this to a friend