Famille

Confinement : Les problèmes conjugaux ont inspiré les pharmacies à établir des mesures

Pendant le confinement, un dispositif d’alerte va être mis à disposition des pharmacies pour les femmes qui ont été agressée par leurs maris. Cette annonce a été faite par Christopher Castaner, le Ministre de l’intérieur qui a aussi fait remarquer une augmentation de la violence dans les foyers, entre marié et femme.

Le constat du ministère de l’intérieur Français, pendant la procédure de limitation des déplacements des personnes, est que le nombre de violence conjugale est à la hausse, dans le territoire français. Cette constatation a été déclarée par le ministre sur France 2, le jeudi 26 mars. Telle est la conséquence des mesures de confinement, dans les ménages français.

D’après les chiffres de la gendarmerie, la violence conjugale a augmenté de 32% en semaine, et dans les préfectures de police on a des augmentations de 36% en semaine.

Pour aider ces femmes dans leurs foyers, un système d’alerte a été mis en place pour qu’elles puissent demander de l’aide. Christopher Castaner a déclaré que ce système a été possible avec la collaboration des pharmaciens du pays, et les forces de l’ordre. « Nous devons prendre en compte cet enfermement qui peut empêcher de parler dans certaines circonstances », a affirmé le ministre de l’intérieur.

Ainsi, lors de l’achat de médicament de la femme violenté, sans son marie, elle pourra donner l’alerte comme l’explique Christopher Castaner. Mais même avec son mari, il a déjà un code d’alerte adéquat. Le ministre a évoqué un système de code « par exemple : masque 19 ». Ce système a été importé depuis l’Espagne, pour être utilisé en France.

Il n’y aura rien qui sera laissé au hasard, tel est le mot d’ordre lors de la réunion avec la présidente de l’ordre des pharmaciens. Donc les victimes de violences conjugales pourront passer le mot à son pharmacien du quartier, qui va passer le mot à la force de l’ordre.

Des prérogatives ont été pratiquées pour que les forces de l’ordre puissent « intervenir en urgence », d’après le ministre qui veut faire du combat contre les violences conjugales « une priorité ».

 « Avec Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, demain (N.D.L.R., vendredi), nous allons avancer pour que ce soit partout sur le territoire national un des moyens de protection », a-t-il conclu expressément sur ce point, qui est assez sensible.

Pour la suite, ouvrir la page suivante

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Most Popular

To Top
Send this to a friend