Comment se passe la culture de pois ? – Recettes en Famille

Comment se passe la culture de pois ?

by Emma

Pour faire le plein en vitamine B3, on ne lésine pas sur les huiles végétales. Et pourquoi pas un morceau de foie de veau ou encore du rognon ? Les végétaux sont exclus de la liste des aliments riches en cet élément essentiel pour notre organisme. Cependant, le pois en est tout autre. Eclaircissements.

La pellagre ou peau aigre a été observée pour la première fois vers le 18 ème siècle. Seulement, ses secrets ne seront livrés qu’en 20 ème siècle. Ce terme désigne une maladie qui confronte le patient à de graves dermatites d’une partie exposée au soleil. Les symptômes incluent des diarrhées, une démence et dans un cas très avancé, la mort. Actuellement, on sait que cette maladie ayant emporté 100 000 vies entre 1906 et 1940 découle d’une carence en tryptophane, prémonitoire de la vitamine B3. Joseph Goldenberg fut le premier expert qui a établi le lien entre pellagre et tryptophane en  1915. Dans le cadre d’une étude réalisée sur des chiens, Goldenberg affirme que la « pellagre preventive factor » fait partie de la composition de la levure, d’où son appellation vitamine PP ou vitamine G par les Américains, à l’honneur de Goldenberg.

Culture de pois

Les semences doivent avoir lieu en février et juin. Dans les régions de climat doux, on les sème précocement en novembre jusqu’en février.

Il faut déposer les graines de pois à 2 ou 3 cm de distance et de 1,5 à 2 cm de profondeur. Espacez les sillons de 30 cm de distance si vous optez pour des variétés naines et de 40 cm pour les variétés à ramer. Pour les variétés mangetout, on les sème en fin de printemps entre mai et juin.

Le pois aime le sol calcaire et le sol lourd. Il est très importent de biner et de désherber ces plantes qui apprécient les fortes chaleurs.

En été et lors des périodes de sécheresse, paillez abondamment. Au bout de trois semaines, buttez les jeunes pousses pour les épaissir. Les variétés grimpantes auront besoin de rames à ce moment-là.

Au fil de la maturation des gousses, récoltez de temps en temps. Les gousses doivent paraitre bien pleines et bien vertes sur le doigt.

Ces catégories

Les pois existent en deux catégories, dont les mangetout et les petits pois ou pois à écosser.

Les pois à écosser à grains ronds sont de nature rustique avec un aspect fin et tendre. Ils accroissent très bien en période de froid. Cette catégorie de pois est la première à être semée en printemps et tardivement en automne pour une récolte en printemps.

Ensuite, les pois à écosser à grains ridés ont un aspect sec et ridé, comme son nom l’indique. Ce type de pois est plus savoureux et sucré. Ces graines restent tendres plus longtemps et ils résistent à la chaleur. Ils sont semés après la culture des pois à écosser à grains ronds.

Avec les pois mangetout, on mange les jeunes gousses, encore plates et avec de toutes petites graines dedans. La récolte se fait alors avant leur grossissement.

Petits pois et vitamines B3

Les pois regorgent de vitamines B3, une des rares vitamines produites par notre organisme grâce au tryptophane. Pour autant, la quantité produite ne couvre pas le besoin quotidien d’un corps adulte de 11 à 14 mg. Il existe plusieurs aliments qui en regorgent. Parmi eux, la levure avec une quantité de 25 mg/100 g. Ce sont les vitamines B3 d’origine animale les plus riche, comme les rognons, le foie, le poulet, le canard, … Les céréales en contiennent également mais en petite dose, soit 5 mg/100 g de céréales. Le pois est le champion des potagers car ils renferment 2,2 mg/100 g. Après le pois, il y a la fève avec 1,8 mg de vitamine B3 dans 100 g.

Evolution des pois

 

Les variétés anciennes ont été cultivées sur des rames. De plus, cette variété est une option pour les cueillettes manuelles. Après, les jardiniers ont aspiré des variétés plus courtes dans un souci d’économie de main d’œuvre pour déposer les rames. Depuis, les pois nains commencent à remplir les potagers. En parallèle, on voit toujours des variétés anciennes un peu partout.