Cette femme, victime de violence conjugale se sert d’un signe de secours pour solliciter l’aide de son amie – Recettes en Famille

Cette femme, victime de violence conjugale se sert d’un signe de secours pour solliciter l’aide de son amie

by Emma

Les violences domestiques sont constatées dans le monde entier et enferment ces proies dans un gouffre fatal. Malheureusement, de plus en plus de victimes sont dénombrés au fil de temps, notamment durant la crise sanitaire. Et pour cause, le confinement a fait des victimes des prisonniers de leur propre domicile en pâtissant des sévices atroces. Dans ce sens, la Fondation canadienne des femmes a établi un signe de la main qui permet aux victimes de demander de l’aide aux autres. On vous en dit plus sur les informations relayées par CTV News.

Le gouvernement a établi la mesure de confinement pour restreindre au maximum la propagation du virus. Mais certaines personnes sont sujettes à des violences conjugales encore acérées à cause de cet enfermement chez soi.

Elles sont contraintes de subir les coups leur bourreau sans issu pour se protéger. Comme le cas de cette vidéo devenue virale sur la toile. Il s’agit d’une femme qui fait un signe à la main pour demander l’aide de son amie à cause de la violence conjugale qu’elle subit.

Une alerte aux violences domestiques via un signe de la main

A l’initiative de la Fondation canadienne des femmes, le signe de la main permettrait aux victimes de violences conjugales de demander de l’aide à leurs proches, comme le relaie CTV News. Il s’agit d’un « signal d’aide » qui contribue à lever le voile sur cette calamité et à faire sortir les victimes de ce silence pernicieux qui les noie dans l’isolement et l’amertume. Dans la vidéo rendue publique via les réseaux sociaux, on voit une femme en appel vidéo avec son amie et qui fait un signe de la main.

Son bourreau est dans le même endroit qu’elle et elle lève sa main vers la caméra, plie son pouce vers la paume de sa main, ensuite plie ses doigts et les placent sur son pouce.

C’est signe alarmant lui a permis de prévenir son amie face aux violences qu’elle a enduré. Ladite vidéo a été expédiée sur d’autres plateformes par la Fondation canadienne des femmes. A savoir que le but est de faire comprendre aux victimes qu’il est important de chercher de l’aide les agissements cruels supportés.

Selon Andrea Gunraj, vice-présidente de la Fondation, cet appel via un signal permet notamment de dénoncer la violence subie en pleine sûreté, sans être entendue par l’agresseur. De ce fait, la victime ne suscitera pas sa colère.

Confinement : une recrudescence des violences domestiques

Selon Le Figaro, le confinement établi par les pays européens en raison de la crise du coronavirus a été également accompagné d’une hausse de cas de violences conjugales. D’après Hans Kluge, directeur de la branche Europe de l’OMS, « Les États membres font état d’une augmentation allant jusqu’à 60% des appels d’urgence de femmes victimes de violences de la part de leur partenaire en avril cette année, par rapport à l’année dernière ». Cependant, Elisabeth Moiron-Braud, secrétaire générale de la Mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF) et auteure d’un rapport sur le sujet, déploie que « le confinement n’a pas été déclencheur de violences, mais plutôt révélateur ».

D’innombrables femmes subissent effectivement déjà des violences dans leur vie conjugale, mais n’ont jamais osé le signaler avant le confinement. Ce qui est sûr est que le fléau augmente puisqu’avant le confinement, ces femmes entretenaient une vie sociale, sont actives, sortaient souvent de chez elles et le temps passé avec leur mari est limité. Alors qu’en période confinement, elles se sont retrouvées en tête à tête à leur assaillant. En outre, le confinement est accompagné d’émotions négatives et a pu engendrer un climat tendu qui a entrainé une maltraitance domestique. Néanmoins, il existe des mécanismes qui permettent de faire exprimer ces victimes et de les soutenir dans leurs démarches. L’outil est indispensable pour combattre la violence domestique même en dehors de la crise sanitaire.

[sc name=”suivant” ]

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend