Cette Allemande se transforme en Barbie noire après avoir changé de couleur de peau – Recettes en Famille

Cette Allemande se transforme en Barbie noire après avoir changé de couleur de peau

by Emma

Elle a d’abord battu le record de la femme Européenne à la plus grosse poitrine qui soit, puis elle a maintenant de décider de changer de couleur de peau. Nous allons alors vous faire découvrir comment ça s’est passé.

L’information a été rapporté par le site britannique « The Daily Mail » qui raconte l’histoire de cette mannequin d’origine allemande. Elle n’est pas comme les autres. Pourquoi ? Parce que, en plus d’avoir les plus grosses poitrines du continent Européen, elle a décidé de changer de couleur de peau.

« Je vais devenir de plus en plus noire et voir où cela me mène »

« Je suis maintenant une vraie femme africaine » affirme Matrina Big, qui était précédemment une hôtesse de l’air qui est maintenant un mannequin. C’était au début une allemande blonde aux yeux bleus. Après avoir dépensée environ 58 000 Euros, elle a pu assombrir sa peau et elle s’exclame alors : « Je vais devenir de plus en plus noire et voir où cela me mène ».

« Malaika Kubwa »

Elle s’est fait injectée de la mélanine aux Etats Unis. Il est à noter que la mélanine est une molécule, un pigment naturel qui est la cause de la teinte sombre de la peau. S’injecter de la mélanine a alors causé sa transformation. Son désir de vouloir devenir noir a été quand elle a visité Kenya. Là, son désir s’est enflammé et elle n’a plus reculée sur cette décision.

Elle raconte que c’est un ami du Kenya qui a fait part de l’idée de cette femme à son pasteur. Le pasteur l’a alors invité à son église. Là-bas, ils l’ont appelés « Malaila Kubwa », un surnom singifiant « grand ange » en swahili.

« Les gens m’arrêtent tout le temps pour des selfies » 

Après le changement de sa couleur de peau, elle est satisfaite. Elle est contente et ravie de devenir une véritable femme africaine. Quand elle se rend au Kenya, la population la reconnait tout de suite car elle y est célèbre. Elle raconte : « Les passants dans la rue et dans les hôtels m’arrêtent tout le temps pour des selfies ».

Pour elle, elle est devenue africaine, et cela n’est pas uniquement due au changement de couleur qu’à subit sa peau, elle raconte : « Récemment, on m’avait demandé à plusieurs reprises si j’avais remarqué que mes traits devenaient de plus en plus africains […] Après m’être comparée à plusieurs photos de l’année dernière, je remarque aussi ce changement ». Elle rajoute qu’elle espère devenir une femme africaine encore plus qu’elle ne l’est déjà, et espère que sa descendance aura la même couleur de peau.

« Je suis une vraie femme noire maintenant »

Sa peau n’est pas la seule chose qui a changé lors de sa transformation, il en est de même pour sa chevelure. Elle fait part du fait qu’après avoir enlevé les extensions de ses cheveux, elle a aussi pu constater que ses cheveux aussi changeaient. Elle s’exclame avec joie : « J’ai comparé mes propres cheveux à ceux des autres Africains du salon. Ils sont identiques ». Elle rajoute alors ensuite : « Je suis une vraie femme noire maintenant »

Ce que peut cacher la chirurgie esthétique

Pour Martina Big, changer sa couleur de peau a été accompagnée par un vœu de vouloir changement d’identité aussi. Elle n’a pour cela pas épargnée plusieurs milliers d’Euro. Diana Odon-Baylac, une psychologue explique dans « la Dépêche » que les interventions chirurgicales pour un changement de corps peut-être un véritable enfer. Elle souligne : « Le patient – ou plus souvent la patiente – se trouve pris(e) dans une quête constante d’amélioration de son apparence physique sans jamais parvenir à en être pleinement satisfait(e) » en parlant de l’addiction pouvant accompagner la chirurgie. Elle explique que c’est ce qui se passe quand le sujet est dans une vie où les interventions esthétiques sont prépondérantes. Il existe même de nombreux cas où la chirurgie est un échec et que le sujet, au lieu d’avoir un meilleur visage, obtient un visage défiguré.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend