Famille

Ces deux sœurs sont collées de la tête en atterrissant sur terre

D’après les statistiques avoir des siamois sont probablement très rares, cette probabilité est de l’ordre de 0,00001. Ces naissances sont du à une grossesse monozygote, la dissociation des deux œuf ne s’est pas fait convenablement, et ce la entraîne une mal formation chez les deux fœtus. Ces phénomènes se présentent par la forme de deux bébés attachés par les jambes, le ventre, , le dos, le thorax, le pelvis ou encore le crâne. C’est le cas de Abby et Erin Delaney, deux jumelles reliés par la tête. Afin de survivre les deux jumelles se sont fait opérer pour les dissociés. D’après un article du Daily Mail.

Afin de les séparés ces deux sœurs les chirurgiens de l’hôpital de Pennsylvanie aux Etats Unis se sont surpassés. Elles avaient seulement 10 mois, et elles ont survécu à une très longue opération de 11 heures.

Chirurgiens : la vie ou la mort par leurs mains

Actuellement, on dénombre près de 200 siamois qui ont survécu à des opérations partout dans le monde. Cependant les séparations des siamois sont toujours très délicats, même si les techniques de la médecine ont évolué. Des leurs naissance après césarienne, les jumelles Erin et Abby sont attachées par le crâne. Donc ils partageaient les mêmes tissus cérébraux ce qui augmentait leurs risques pendant l’opération chirurgicale.

Sous l’œil inquiet de leurs parents Heather et Riley Delaney, les chirurgiens ont pris un énorme risque en effectuant l’opération. En plus les médecins ont informés ces parents que l’une des deux sœurs pouvait ne pas survivre à cette opération, mais ils ont toujours fait de leurs mieux pour éviter ce désastre.

Une intervention périlleuse

Avant de les opérer les médecins ont effectué des séries de tests et des consultations pour réussir l’impossible. Pour pouvoir inscrire les sœurs parmi les survivants des séparations des siamois dans le monde, les chirurgiens de l’Hôpital des enfants de Philadelphie les ont opéré  pendant 11 heures d’affilé avec la peur au ventre.

L’un des facteur de risque de cette opération est que les deux sœurs partageaient le même sinus sagittal supérieur. Ce sinus est comprise entre les plus longiligne des sinus dans la tête.

Après que l’opération ait été un grand succès, les deux sœurs devaient être plongé dans un état comateux pour que les deux cerveau prennent le temps de s’adapter à la séparation.

Un rétablissement pas à pas.

Après l’opération, les jumelles ont été gardées à l’hôpital afin d’étudier leurs stabilités et leurs rétablissements. Il est à remarqué qu’Abby a été atteint d’une hémorragie au niveau du cerveau et son sang a subis une infection après les interventions des chirurgiens.

Erin et Abby sont rentrées chez eux, après plusieurs mois de rétablissement à l’hôpital.

Aujourd’hui leurs états semblent en bonne voie pour une complète rétablissement, mais elles doivent encore avoir de la rééducation à suivre pour bannir toutes risques de séquelles. A part cela, elles sont toute deux en bonne santé et épanouies. D’après leurs parents les sœurs ont été vraiment courageuses pour avoir pu surmonter tout ça.

Les siamois : une naissance côte à côte

La mise au monde de siamois est une manifestation assez rare, c’ est la conséquence d’un œuf qui ne se dissocie pas totalement. Selon les dires de l’Assistance publique Hôpitaux de Paris, les naissances sont d’une telle rareté qu’elle ne touche qu’une naissance sur 100 000.

Les caractéristiques des naissances des siamois sont variés et l’opération pour les séparer est sans pareils. D’après les informations fournis par le professeur Christophe Chardot, chirurgien à l’hôpital Necker-Enfants malades à Paris. 40% des siamois décède dans l’utérus de la mère ou pendant la naissance. Mais encore il y a 30% qui meurent 24 heure après la naissance. Lorsque le médecin qui s’occupe de la grossesse observe un cas de siamois, il suggère aux parents d’interrompre la grossesse. Par contre avec les évolutions de la science et les techniques médicaux, on peut permettre de mener à terme, et de donner plus de probabilité de chance du côté des bébés siamois.

Pour la suite, ouvrir la page suivante

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Most Popular

To Top
Send this to a friend