Histoires

Alors que des personnes « noires » ont adopté un bébé blanc, des personnes ont alerté la police

En 1950, il y a eu le commencement des manifestations pour combattre les ségrégations raciales sur les blancs et les noirs, dans les Etats Unis. Même après cette lutte du mouvement des droits civiques, il y a déjà près d’un siècle, le problème subsiste encore dans le pays de l’oncle Sam. Cet évènement d’une famille afro-américaine « dénoncée » à la police, pour avoir adopté un enfant blanc est l’exemple typique de cette ségrégation. Zoom sur cette histoire de la famille Baldwin, et du petit Princeton que le site Today a relayé.

La famille Baldwin avait en tête de surpasser les préjugés, et les regards de travers en décidant de prendre sous leurs charge Princeton, un enfant « blanc ». 

Le début de l’histoire

Keia Jones-Baldwin et son mari Richardo voulaient avoir un enfant, et ils étaient tout de suite tombés sous le charme du petit Princeton. « Le superviseur du centre d’adoption m’a appelé et m’a demandé s’il y avait un moyen d’aller à l’hôpital et de faire peau à peau avec un bébé », d’après Keia. Dans cet élan, elle a immédiatement foncée, sans s’attarder vers le petit garçon pour le voir. Le contact s’est tout de suite faites, et les visites sont devenus récurrent pour cette femme âgée de 36 ans.

Un membre de la famille

Sans plus tarder, dès que le petit garçon pouvait partir du centre où il a grandit, sa nouvelle famille a conclut qu’il allait rester chez eux pendant 3 mois pour commencer. Après ce temps, qui s’est rallongé, Princeton était immédiatement devenu un membre à part entière de la famille qui l’a accueillie. Cette dernière qui est la famille Baldwin, et composé de 3 frères et sœurs qui étaient tous surpris jovialement.

Malgré le bonheur vécu par la famille, une variante a vite fait de changer le cours des événements. La famille d’accueil de couleur noire subissait des regards particulièrement malveillants.

D’après la maman « On me demande souvent si je suis la baby-sitter de Princeton. J’ai droit à des questions telles que : ‘Pourquoi ne l’avez-vous pas laissé vivre avec une famille de sa propre race ?’ ». Pire encore, ils ont même été signalés aux forces de l’ordre sous prétexte qu’ils ont kidnappé Princeton.

« Nous étions en vacances et nous en avions profité pour faire une séance photo. La fille derrière la caméra disparaissait puis revenait avant de demander : « C’est votre bébé? », à cela j’ai répondu qu’il l’était. Elle a ensuite dit « Je venais de prendre une photo de ce bébé avec sa famille il y a de cela deux semaines » » se souvient Keia. Ce malentendu a eu des conséquences comme de prouver que la famille a bien adopté le garçon légalement.

Ce problème a aussi refait surface quand d’autres gens ont accusé les Baldwin d’avoir kidnappé le petit Princeton, et d’avoir volé leur propre véhicule.

 Une famille battante

Keia et son mari ne se lamentent pas pour autant et décident de passer à la vitesse supérieure en tentant de briser les barrières raciales dont pâtissent plusieurs familles. Pour ce faire, ils ont créé une page Facebook où elle partage les moments de qualité vécus par sa famille multiraciale reconstituée. Le petit Princeton est manifestement très heureux au sein de son nouveau foyer et cela démontre bien à quel point toute considération ethnique et raciale ne relève que du détail.

La mère a expliqué que : « Je ne me base pas sur les liens du sang pour me faire une idée de la famille mais plutôt sur l’amour. Lorsque Princeton est entré dans nos vies, il est entré dans nos cœurs. L’amour, triomphe de tout. »

Les complications, après l’adoption

L’éducation d’un enfant est une épreuve à elle seule d’autant plus qu’elle est encore plus ardue quand il s’agit d’adoption. En effet, cela implique des accommodations particulières au sein de la famille puisque l’enfant fera face à des défis d’adaptation tant sur le plan affectif que sur le plan physique.

Dans ces conditions, il est plus que nécessaire de faire une première expertise du foyer d’accueil et de l’enfant à adopter. C’est dans cette perspective, qu’il existe des ateliers de mis en conditions pour l’adoption. Ces ateliers sont faits pour évaluer toutes les paramètres de l’adoption.

Pour la suite, ouvrir la page suivante

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Most Popular

To Top
Send this to a friend