« 20 heures après notre retour du parc Disney, ma fille est morte » – Recettes en Famille

« 20 heures après notre retour du parc Disney, ma fille est morte »

by Emma
La vie peut nous prendre des êtres chers, sans la moindre pitié. Les aléas de la vie peuvent nous séparer d’eux à un moment très précoce. Tel est le cas de cette maman qui a dû voir sa fille partir à cause d’une violente septicémie. La mère de famille et son enfant se promenaient au célèbre parc attractif Disney mais cette dernière est morte 20 heures après leur retour. Scarlett Middleton est partie, laissant derrière elle une femme accablée par un deuil dévastateur. Face à cette épreuve sans égale, voici la confession de la mère relayée par The Sun.

 

Certains deuils nous marquent à tout jamais. La maman de Scarlett en a été témoin parce qu’elle s’est séparée de sa fille au lendemain de leur promenade à Disney. La fille n’a pas survécu aux tragédies engendrées par la septicémie. En cause, elle s’est éteinte 20 heures après ce jour spécial pour la famille. Holly, sa maman relate un deuil déchirant et se remémore le souvenir de son bonheur qu’elle a vécu avec sa fille.

 

Après une visite à Disney World

Avant d’être emportée par le sort fatal, la fille est allée voir Disney World avec sa mère, le parc de prédilection des enfants du monde entier. Elle mettait un déguisement de la princesse Ariel, une tenue de l’héroïne du dessin animé « La Petite Sirène » qu’elle souhaitait porter à cette occasion. Au travers d’un blog dédié à la vie quotidienne des parents, Holly se livre quant à cette épreuve accablante en tant que parent. « Je ne savais pas qu’elle allait aussi être une princesse au paradis » rédige-t-elle. Lorsqu’elles rentraient de Disney, la petite fille vomissait et son corps était brûlant. Le lendemain, Scarlett était dans un état de léthargie qu’elle ne pouvait même pas marcher pour joindre le médecin. Les signes allaient précipiter sa mort précoce.

Le départ brusque

Elle a été consultée par les médecins qui lui ont prescrit un traitement médicamenteux et ont dévoilé à la mère qu’il s’agissait d’un virus dans son estomac. Malheureusement, 20 heures plus tard, la fille a perdu la vie. Dévastée, la maman raconte : « J’ai appelé l’ambulance quand j’ai vu que cela n’allait pas. Elle est morte dans l’ambulance. Heureusement, j’étais avec elle ». Sa petite fille était atteinte de septicémie, une infection mortelle si le patient ne fait pas l’objet de traitement à temps. C’est cette maladie qui arrachera avec sa fille, le bonheur de la maman.

Une vague de solidarité pour Scarlett

La mère en deuil a décidé de fonder une association en l’honneur de sa fille partie trop tôt.  Holly a alors levé des fonds sur une plateforme [ndlr : GO Fund Me], dans le but d’offrir des centaines de roses aux personnes en proie au deuil. La maman s’est alors réjouie de cette association qui a connu un franc succès. « L’association a désormais les moyens d’offrir 200 roses par semaine » affirme-t-elle. Son initiative salutaire pourra apaiser ceux, qui, comme elle, ont expérimenté la douleur d’une telle perte.

 

La septicémie, c’est quoi ?

La septicémie est une véritable infection de l’organisme en général. Elle peut ôter la vie du patient à défaut de traitement médical à temps. Lorsqu’une personne est diagnostiquée de cette maladie, elle subit des décharges récursives de germes pathogènes à partir d’une zone dite infectieuse. Les symptômes se manifestent par de la tachycardie, de la fièvre, une fréquence respiratoire en hausse et un changement du nombre de globules blancs dans le sang. Il serait judicieux de consulter immédiatement un médecin qui pourra prescrire les traitements adaptés, en présence de ces signes.

 

Peut-on surmonter la perte d’un enfant ?

Perdre son propre enfant est une douleur véritablement dévastatrice. Sidéré, choqué, en colère, en marchandage, c’est ce qu’endurent les parents en deuil avant de pouvoir accepter ce qui vient de se passer. Il s’agit en réalité d’une épreuve qui n’est pas inévitable et peut être convertie avec de l’aide et la décision de se réapproprier sa vie. Le long de cette rude épreuve, les proches des personnes en deuil devront faire preuve d’attention et les aider à vaquer de certaines tâches qui seront difficiles à faire. L’aide d’un thérapeute est aussi envisageable, notamment si la tristesse est handicapante et accompagnée de pensées suicidaires.