Une maman qui a tué son violeur sera jugée pour meurtre – Recettes en Famille

Une maman qui a tué son violeur sera jugée pour meurtre

by Emma

Brittany Smith, mère de quatre enfants et âgée de 32 ans agissait en légitime défense selon elle du fait du crime de son violeur. Lorsqu’elle a tiré sur ce dernier, celui-ci était en train d’étouffer son frère qui essayait de la sauver de cette tragédie.

En 2018, Brittany Smith affirme qu’elle a été violée à deux reprises en plus d’être étranglée et battue par Todd Smith après avoir droguée par méthamphétamine dans son propre foyer en Alabama.

De ce fait, Brittany a réussi à dévoiler à son frère, Chris McCallie qui a par la suite confronté le présumé agresseur, ce qu’elle avait subi. Cependant, Todd menaçait les deux à mort lorsqu’il a appris cet entretien entre eux.

Elle déclare avoir tiré à trois reprises au moment où Todd essayait d’étouffer le frère de Brittany et que la troisième balle lui atteint.

Lors d’une consultation chez une infirmière qualifiée aux agressions sexuelles, l’experte constate des blessures qui comptent jusqu’à 30, notamment des morsures, des signes d’étranglements ainsi que des ecchymoses sur le corps de la femme. Cet examen a eu lieu après la fusillade meurtrière.

Pourtant, deux jours après la scène de crime, Brittany est accusée de meurtre avec une peine de quatre mois d’emprisonnement. Mais pour les six mois suivants, elle a été admise en hôpital psychiatrique.

Le mois dernier, les avocats de cette jeune femme tente de dénier l’accusation au fait que leur client s’usait de l’arme pour protéger sa vie et celle de son frère, durant une audience de Stand Your Ground.

A savoir que la loi d’Alabama autorise les habitants à avoir recours à des usages mortels lorsque la situation porte atteinte à la vie de la victime au moment d’un cambriolage.

Selon AL.com, en refusant de quitter la maison de Brittany, Todd est inculpé par les avocats dans le sens de lui faire valoir ce qui devait s’appliquer.

Cependant, le juge nommée Jenifer Holt riposte que Brittany se tenait devant la porte et ne lui donne pas accès à sortir de la maison.

Elle poursuit que Brittany n’avait aucun droit à se défendre par la motivation que c’est son frère qui mettait l’arme à disposition, source de l’accarement.

“Le tribunal conclut que l’accusé a donné de comptes rendus contradictoires des événements entourant la mort de Todd, en commençant par l’appel aux urgences … et a tenté de modifier et détruire les preuves.

Le tribunal conclut en outre que le témoignage de l’accusé sur des faits importants était en contradiction significative avec les preuves matérielles, les pièces à conviction et les autres témoignages.”

La coupable risque à présent une réclusion à perpétuité en raison d’un procès envisagé.

Brittany larmoyait lorsque la décision a été prise en affirmant : “je ne souhaite cela à personne”, comme le relaie AL.com.

Durant une précédente audience, Brittany déclare avoir subie une menace de mort si quelqu’un prend connaissance de la violence domestique infligée par Todd.

De plus, une caissière de station-service avait vu les morsures sur le corps de la mère de quatre enfants, mais elle avait imploré de ne rien dire, ni de contacter les agents de police.

Le mois dernier, elle annonce au New Yorker : “Si la police était impliquée, je serais mort en ce moment … il me l’a dit et je l’ai cru.”

A la place, elle a écrit sur un papier que si elle meurt, c’est Todd qui est derrière, avec son nom mentionné dessus.

Lorsqu’elle rentrait à la maison, elle affirme que son frère était tout bleu et ne respire pas au moment où elle a tiré sur le violeur.

Plus tard, ils ont déployé que les femmes en légitime défense ne sont pas favorisées d’un procès équitable dans le comté de Jackson.

Normalement, elle devait se présenter à son procès il y a quelques jours or que les avocats envisagent d’interpeller à la décision, raison du retard.

[sc name=”suivant” ]

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend