Une étude prouve que les femmes qui n’ont pas grandi auprès de leur père sont plus fortes – Recettes en Famille

Une étude prouve que les femmes qui n’ont pas grandi auprès de leur père sont plus fortes

by Emma

Ne pas avoir un des deux parents, ou même les deux n’est jamais facile pour un enfant. Actuellement, les divorces sont de plus en plus nombreux, ce qui n’est pas sans conséquence pour les enfants. Ne pas avoir de père ou de mère change énormément la vie de l’enfant, et cela pour le pire. Notamment pour une fille qui n’a pas de figure paternelle, ce n’est pas du tout facile. Cependant, il n’y a pas que des conséquences négatives car, on peut constater que dans la plupart des cas, une enfant qui grandi sans figure paternel se voit devenir plus forte que la normale.

La connexion entre le père et sa fille est très particulière et peut beaucoup changer au fil du temps. La figure paternelle représente généralement l’idéal masculin pour l’enfant. De manière inconsciente, la fille voudra alors se mettre en couple avec une personne ayant les mêmes traits que son père. Et ce n’est pas la seule et unique influence que peut avoir le père sur sa fille. Par exemple, la personnalité de son paternel peut énormément modeler les traits caractéristiques de la fille, ses choix et bien d’autres. Et on raconte alors qu’une femme qui a grandi sans figure paternel devienne alors plus forte que les autres. Ashley Fisher, une femme qui a grandi sans son père en témoigne. Pour elle, le père les a laissés alors qu’elle n’était encore âgée que de quatre ans seulement. Sa mère a alors dû les élever elle et ses frères seule, alors qu’ils étaient dans la pauvreté. Sa mère lui a alors montré ce qu’est être courageuse, comment persévérer et avoir une grande volonté. Elle s’est battue pour offrir à ses enfants tout ce qu’elle peut. Grâce à cela, Ashley a grandi en tant que femme forte, mature, indépendante, qui a de grands objectifs et une grande résolution. 

Difficulté à trouver la stabilité en l’absence d’un parent

Les familles qui n’ont qu’un seul parent ne sont pas rares de nos jours. Dans beaucoup de cas, la figure paternelle, qui représente la tête de la famille est absente. Due à cela, la mère est contrainte à une énorme responsabilité et une énorme pression qui parfois les écrasent. Beaucoup d’entre elles font de leur mieux pour cacher leur peine à leurs enfants dans le but de les rassurer mais, presque toutes n’arrivent pas. Des fois, la relation entre ces familles et leur père qui ont quittés le foyer se dégradent de plus en plus, obligeant la mère à faire appel à la justice pour diminuer les droits de visite du père. Mais malheureusement, cela affecte, d’une mauvaise manière la croissance mentale des enfants.

Quel que soit la raison pour laquelle le père n’est plus là, que ce soit un décès, un divorce… cela a de très mauvaises conséquences sur l’enfant. Des fois même, l’enfant peut se blâmer du départ de son père dans le cas d’un divorce, provoquant une diminution de l’estime de soi et une augmentation de stress. Cela nuit alors à l’espoir d’une vie familiale tranquille et paisible. Des sondages menés par l’INSEE en France montrent que 21% des enfants ne sont élevés que par un seul parent, et dans la plupart des cas, c’est la père qui n’est pas là.

Selon Nicole Prieur, un Thérapeute et auteur de « l’hypnose pour simplifier les relations familiales » explique que cela déstabilise la vie de l’enfant car les deux parents sont nécessaire à un meilleur épanouissement de l’enfant. Il explique : “Grandir avec ces deux adultes en face de soi permet de ne pas être sous l’emprise d’un parent et enrichit nos valeurs au monde”. Dans le cas d’une fille, avoir un père l’aide énormément à avoir plus confiance en elle et l’aide à pouvoir bien communiquer avec les personnes du sexe opposé. Donc, dans le cas de l’absence d’un père, il peut lui arriver de se distancier des hommes.

Les mères célibataires sont aussi souvent débordées par plusieurs taches et plusieurs grandes responsabilités sans un père. Il se peut alors que, par rancune et méfiance vis-à-vis des hommes, la mère décide de ne plus jamais se remarier et pense qu’elle peut élever seule ses enfants, sans se rendre compte qu’une figure paternelle est tout aussi importante que la figure maternelle dans l’épanouissement d’un enfant et que les deux sont en même temps nécessaires. Et même si il arrive à la mère de se remarier, un beau père ne sera jamais vraiment capable de remplacer le vrai père. Selon Nicole Prieur, même si les beaux parents font preuve d’affection et d’amour : “Il y’aura toujours un manque chez l’enfant” et “Il est en partie possible de remplacer le père absent par une autre figure : grand-père, oncle, beau-père…”. Mais en général, même si on alterne la garde des enfants dans un cas de divorce, ou qu’on « remplace » la figure paternelle par une autre personne… même si ces mesures peuvent aider, il y aura toujours un vide dans le cœur de ces enfants.

Des femmes plus fortes 

Même si on pourrait croire que l’absence de la figure paternelle puisse ne laisser que des conséquences négatives à vie, cela peut aussi donner des choses positives à long terme dans le futur. Les femmes qui ont grandi sans la présence de leur père seraient plus forte et pourraient s’épanouir énormément dans la vie même si l’enfance et l’adolescence n’a pas dû être très facile. Dans la plupart des cas, un support moral venant d’un proche, un instructeur, un autre membre de la famille plus expérimenté dans la vie et plus avisé, à part la mère bien sûr, peut énormément aider. On pourrait même faire appel à un psychanalyste pour pouvoir aider à surmonter une possible douleur morale enfouie depuis longtemps.

Selon Nicole Prieur : “Nous ne sommes pas enfermés dans les défaillances de notre enfance”. Les filles qui ont grandi sans figure paternelle peuvent très bien grandir, devenir une femme adulte forte, avoir une bonne situation amoureuse, se marier, devenir une bonne mère de famille, etc…

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend