Sachez dire « non » à vos enfants – Recettes en Famille

Sachez dire « non » à vos enfants

by Emma

Un parent est dit responsable lorsqu’il sait satisfaire certains désires de son enfant mais sans pour autant le gâter. An fonction de son âge, le parent est tenu d’imposer des règles et de barrières à respecter. Les professionnels de l’enfance se focalisent de plus en plus sur le syndrome de l’enfant gâté qui se traduit par des attitudes particulières. Dans ce sens, l’enfant prend pour acquis, tous les actes faits par sa famille. Dans certains des cas, il est indispensable de dire « Non » et de ne plus succomber au laisser aller parental.

En tant que parent, il arrive de vivre un calvaire à la maison ou dans des endroits publics, notamment des cris, des pleurs ou des crises. Ils peuvent dès fois céder pour paraitre tranquille sauf que l’enfant reprendra sa crise pour demander une autre chose. Selon le psychologue Stephan Valentin, le parent n’aide nullement son enfant en acceptant toutes ces caprices. Il conseille alors les parents sur la méthode d’éducation d’un enfant capricieux. Il est formel : il faut dire « Non » sans se sentir coupable.

Comment qualifier un enfant capricieux ?

Lorsqu’on élève un enfant en cédant à tous ses désirs, cela peut faire de lui un enfant gâté. Ainsi, il se transforme en l’enfant-roi qui « guide » ses parents. Comment se comporte un enfant gâté ?

  • Il se caractérise par son insatisfaction. Un enfant gâté n’est jamais satisfait de ce qu’il a et il doit le révéler à ses entourages.
  • Il fait preuve d’égoïsme. Il estime que tout tourne autour du « moi », c’est-à-dire autour de ses besoins et de ses désirs souvent futiles.
  • Il manifeste des crises pour relater ses capricesen des fois il devient incontrôlable quand les parents ne lui procurent pas sa sollicitation.
  • Un enfant pourri gâté n’accepte en aucun cas le mot « Non ». Ainsi, il agira autrement pour montrer qu’il ne coopèrera point.

Ses raisons relatent clairement que ce n’est pas une bonne idée de céder à ses caprices. Il serait judicieux d’imposer des frontières et de savoir dire « Non » à bon escient.

Quelles limites faut-il poser ?

Ce n’est pas une mince affaire de résister à un enfant et certains parents, en sortant de cet étape, se sentent même trop durs. Cependant, le psychologue affirme qu’il faut savoir dire « Non » pour que l’enfant comprenne l’existence de limites dans la vie. L’expert annonce que les parents doivent apprendre à leur enfant le principe des limites à ne pas enfreindre, dans le cadre familial ou sociétal. Il s’agit d’une autorité positive, peut-on lire dans les affirmations de Stephan Valentin. A force de coaliser sans cesse aux barrières, votre enfant  finira par abandonner à ses caprices. Afin de réussir à cette étape pour le moins difficile, le parent est tenu de savoir dire le « Non » avec un ton ferme. Cela montre tout de même que l’enfant est sous l’autorité des parents.

Le psychologue poursuite par la même occasion qu’il faut faire comprendre à l’enfant pourquoi vous avez refusé sa demande. Dans ce sens, évitez les longues explications mais il est simplement question de s’expliquer clairement et de manière concise sans publier les dangers et les problèmes relatifs au refus. Par exemple si votre enfant désire manger des sucreries, vous devez lui expliquer de ne pas en abuser au risque de nuire à sa santé. Il pourra endurer des caries dentaires ou une prise de poids. Ainsi, il comprendra sans faute et acceptera le « Non ».

Les erreurs à éviter à tout prix en tant que parent

Lorsque les parents posent les barrières à l’égard de l’enfant, les deux parties doivent être en accord et rester unanime de manière à ce que la réponse soit similaire. Autrement, votre enfant sera tenté de jouer l’un contre l’autre. En sus, les limites doivent coïncider aux aptitudes de l’enfant ainsi qu’à sa conception des choses pour qu’il les assimile facilement. De son côté, Rosa Jove, psychologue et écrivaine préconise aux parents via ses ouvrages, de toujours prouver et de dire à son enfant votre amour pour lui malgré le refus sur certaines des ses demandes. Il faut le dire tendrement et de communiquer avec lui de manière fluide.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend