Perte de poids : Une jeune fille anorexique montre des photos avant et après sa guérison et elle est devenue très jolie

L’anorexie est un fléau qui touche de nombreuses personnes, en particulier les jeunes filles et les adolescentes. Encore fragiles et en quête d’identité, ces dernières sont plus susceptibles de contracter ce trouble qui s’avère être une véritable pathologie psychique. Egalement reconnue comme un trouble du comportement alimentaire, l’anorexie comporte des dangers bien réels. Pour en témoigner, Emelle Lewis revient sur sa descente aux enfers et son combat contre une maladie dont peu osent parler. Son histoire est relayée par le Dailymail.

Selon l’Inserm, l’anorexie se déclencherait le plus souvent entre 14 et 17 ans, avec un pic maximal atteint à 16 ans. Propulsée par des idéaux de beauté et de minceur, cette maladie est essentiellement féminine, bien qu’elle n’épargne pas tout à fait les hommes qui représenteraient10% des patients anorexiques. En France, 1,4 à 3,5% des étudiantes et lycéennes parisiennes seraient touchées et un total de 3000 à 6000 nouveaux cas seraient détectés chaque année.

Anorexie : comment la reconnaître ?

L’anorexie se caractérise par une privation volontaire et restrictive au niveau de l’alimentation. Celle-ci peut durer quelques mois mais peut également se prolonger sur de longues années, comme ce fut le cas d’Emelle Lewis. Etroitement liée à la santé psychologique de la personne atteinte, l’anorexiepeut facilement être dissimulée aux proches sous prétexte de suivre un régime ou une cure temporaire. Ainsi, l’Inserm fait le point sur des symptômes auxquels il est important de prêter attention pour accompagner tout individu qui pourrait en souffrir :

· Façon de s’alimenter

· Poids (IMC < 17.5kg/m2)

· Perception de soi

· Absence de règles depuis au moins 3 mois

· Ralentissement de la croissance

Comme vous pourrez le remarquer, ces indicateurs sont assez personnels et nécessitent donc un contact très proche avec la victime. Pour cela, l’accompagnement familial est crucial. Comme l’explique la psychiatre Sophie Criquillion au Figaro, l’anorexie serait « la deuxième cause de mortalité chez les adolescents, soit par dénutrition, soit par suicide ». De plus, celle-ci aurait une tendance addictive très forte qui pousserait souvent les anorexiques à se sentir dépassés par leurs pulsions. Par conséquent, il est essentiel d’inclure la famille dans le processus de guérison au risque de freiner ce dernier.

Une adolescence perturbée

Dans ce témoignage bouleversant, une survivante de l’anorexie âgée de 22 ans à peine raconte son calvaire qui a débuté en pleine adolescence. Tout a commencé lorsque Emelle Lewis, 7 ans plus tôt, a vu son estime et sa confiance en elle se dégrader à une rapidité vertigineuse. Entourée par des amies dont la vie semblait comblée en amour, la jeune adolescente remet en question son physique qu’elle juge responsable de son incapacité à trouver un petit-ami à son tour. Se trouvant « laide et grosse », elle décide de s’affamer jusqu’à atteindre un poids choquant de 32 kilos.

Complètement hermétique aux traitements, Emelle subira des crises de paranoïa pendant plusieurs années en étant persuadée d’être la victime d’un complot destiné à gâcher sa vie. En effet, étant donné que son corps s’était adapeur extrême, la jeune fille était inconsciente du fait que sa santé était en danger. A ses yeux, elle était parfaitement capable de mener une vie normale, même en étant en étisie, un état d’amaigrissement extrême. Elle ajoute que son seul problème aurait été le froid qui s’avérait douloureux en raison de son état chétif.

Par ailleurs, elle en serait même arrivée à se proclamer vegan afin de justifier son alimentation insuffisante qui consistait à manger exactement les mêmes aliments chaque jour, à savoir des biscuits aux céréales de blé, du houmous, des gâteaux de riz, de la salade et des fruits avant le coucher.

Ce n’est qu’à l’âge de 22 ans que le déclic va se produire, lorsqu’Emelle va découvrir les centaines de témoignages de survivants de l’anorexie qui existent en ligne. En suivant leurs comptes sociaux, l’horreur de son cas prend plus d’ampleur et lui ouvre les yeux sur le danger de mort qui la guette. Décidée à se reprendre en main, elle se tourne vers la musculation soutenue par sa maman qui l’épaule à chaque étape de sa remise en forme, dont de nombreuses rechutes ponctuées par 7 séjours à l’hôpital.

Heureusement, grâce à une volonté de fer et au soutien de ses proches, notamment celui de sa maman, la jeune femme parviendra non seulement à atteindre son but mais à développer un corps sain et équilibré.

Aujourd’hui, elle déclare se sentir beaucoup plus forte et conseille à toutes les personnes traversant la même situation de se tourner vers une passion pour se sortir du gouffre et de ne surtout pas écouter les voix vicieuses qui accompagnent les troubles du comportement alimentaire.

Pour la suite, ouvrir la page suivante (Cliquez sur le bouton rouge en dessous)

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Most Popular

To Top

Send this to a friend