« Ne forcez pas vos enfants à enlacer ou à embrasser quelqu’un s’ils ne le veulent pas » – Recettes en Famille

« Ne forcez pas vos enfants à enlacer ou à embrasser quelqu’un s’ils ne le veulent pas »

by Emma

Lorsqu’on était petit, on nous apprend à saluer les connaissances ou les autres qui nous croisent même si cela n’est pas de notre volonté. Particulièrement durant les réunions familiales ou les rencontres avec les grands-parents, les oncles et les tantes où ils se hâtent à embrasser les enfants ou à les étreindre. Cependant, la majorité des enfants n’apprécient pas être traité ainsi. Et pour cause, ils se cachent derrière vous pour éviter les mains et les lèvres en afflux, avides de câlins et de baisers. Il est vrai que cela devient coutumier mais les causes ne sont pas forcément en concordance avec ses gestes. Découvrez les explications du magazine Etre Parents !

Malgré le fait que cela devient problématique à l’égard des parents dont les enfants ne veulent pas être réceptifs aux preuves d’affection de leur voisinage, les forcer à l’être contrarie leur attitude naturelle.

A cet effet, il faut prendre en considération leur volonté, selon l’annonce d’Annalisa Berbieri, dans une tribune de The Guardian. L’experte affirme : « En obligeant un enfant à embrasser ou enlacer quelqu’un alors qu’il ne veut pas, cet enfant se dit que ce qu’il ressent, ce qu’il veut faire avec son propre corps n’importe pas vraiment. Que les souhaits et les sentiments d’un adulte importent plus ».

En fonction d’une étude réalisée par une coordinatrice d’un forum d’éducation sexuelle qui essaie de mener l’importance de l’acquiescement de l’enfant. Et d’après elle, c’est effectivement un paramètre vital qui est lié à son développement ainsi que de ses futures relations communautaires.

Les enfants doivent savoir dire « NON »

Lorsque les enfants ne se sentent pas aptes à accepter quelque chose qui ne leur satisfait pas, il serait judicieux de leur inculquer à dire « non ». En surcroît, il ne serait pas de bon jugement de contraindre l’enfant à se montrer accueillant à toutes les dynamiques sociales qui sont à leur voisinage. Vous serez reconnaissant à cette initiative si jamais votre enfant est face à des prédateurs émotionnels ou sexuels à l’avenir.

Le corps de l’enfant lui appartient exclusivement et il décider de ses sentiments lui incombe de manière ultime, peu importe si cela est positif ou négatif. A cet effet, il convient de leur interpeler ce principe dans le but de prévenir la limitation de leur capacité à interpréter le monde et l’épanouissement de leur esprit critique. L’étape primordial serait de dresser des frontières saines et qui sont indispensables.

Un péril dans la société

En réalité, l’enfant est particulièrement caractérisé par sa fragilité. Raison pour laquelle il est vraiment indispensable de ne pas le forcer à embrasser ni à enlacer autrui ou du moins des inconnus. Une autre cause, très souvent qu’on peut le conjecturer, il peut s’agir d’individu abusif voire pour des pensées principalement audacieuses.

De la sorte, en découvrant que leur futur y repose, il est entièrement légitime de ne pas les contraindre à saluer les autres tant cela ne concourt pas à raffermir leur individualité. Le principe est loin de traduire que m’enfant est mal élevé.

Lorsqu’on apprend aux enfants à révérer leurs propres perceptions et émotions, cela les mène vers un discernement de soi qui est ultimement avantageux. Dans ce sens, ils inculquent la valeur d’empathie et la conscience du corps. Au fil du temps, ils détermineront de plus en plus les frontières auxquelles les autres sont autorisés ou non.

En plus, quand on leur permet de comprendre qu’ils ont des facultés propres à eux qui leur interdira d’endurer des événements importuns comme du harcèlement à l’école ou encore l’interférence avec des individus dangereux et toxiques. Cet agissement équivaut au fait de respecter leur autonomie tout en leur enseignant des valeurs saines qui s’attachent à leur épanouissement.

[sc name=”suivant” ]

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend