Histoires

Les larmes aux yeux, cette infirmière demande aux gens de faire des courses raisonnables

Depuis le début de la crise causée par le Covid-19 qui  a touché des millions de vie,  les infirmiers et les médecins sont mobilisés  24h/24h pour soigner et veiller sur les personnes touchées par la maladie. Leur  horaire de travail peut aller jusqu’à  plus de  24heures  quand ils sont de garde. L’infirmière Dawn Bilbrough,   fait partie de ces gens qui travaillent jour et nuit  pour sauver des vies en grande Bretagne.  Le journal Britannique Dailymail relate l’histoire de cette infirmière après des heurestravail acharné à l’hôpital. Avant d’enchainer la prochaine garde, elle va aux supermarchés  pour faire ses emplettes dans l’espoir d’acheter des aliments qui lui permettront de prendre soin de sa santé. A son grand désarroi, elle découvre des rayons  vides, ce qui l’a fait fondre en larmes.

En Europe,  la crise sanitaire engendre la réorganisation des  heures de travail  du personnel hospitalier ainsi que la gestion des hôpitaux. Les médecins, les infirmiers, les aides-soignants ainsi que  ceux qui contribuent à la guérison des patients sont les personnes les plus touchées par  la crise. Bien que ces gens y mettent toutes leurs forces pour aider et soigner les malades,  il faut dire que du fait d’être submergé par le nombre fulgurant des patients hospitalisés, ces personnels hospitaliers sont surmenés aujourd’hui.

Les heures de gardes

Dawn Bilbrough, une infirmière Britannique est âgée de 51 ans et elle travaille  aux soins intensifs. Ainsi, depuis la propagation du virus, ses heures de travail sont de plus en plus  chargées, comme celles de tous les personnels hospitaliers. A la fin de son tour de garde, elle compte faire ses courses et remplir son panier ; mais elle découvre que les rayons sont vides au supermarché.

C’est dans une vidéo pleine d’émotion que  Dawn sollicite les gens d’être raisonnable quand ils font leurs achats et   de ne pas vider  les étagères des supermarchés de manière exagérée.

Sonnette d’alarme

Dailymail publie  sur Facebook  les confidences de l’infirmière Britannique. On ne trouve plus rien pour remplir son panier aux grandes surfaces, les rayons sont vides, du coup, elle ne peut pas faire ses courses pour  ses besoins nutritionnelles. En larme, elles’exprime dans une vidéo touchante : « Il n’y a pas de fruits, il n’y a pas de légumes et je ne sais juste pas comment je suis supposée rester en bonne santé ».  Ensuite, Elle enchaine en se tournant vers le public : « Ceux qui dépouillent les étagères des aliments basiques, vous devez arrêter, ce sont les gens comme moi qui prendront soin de vous lorsque vous serez au plus mal, je vous en supplie, arrêtez ».

Le fait est qu’il n’y a pas que les travailleurs dans le secteur de la santé publique ne sont pas les seules personnes vulnérables face à la pandémie. En effet, le confinement est la raison pour laquelle la population fait des achats excessifs  aux supermarchés. Même en France,  on rencontre souvent sur internet des publications montrant des étagères de grande surface vide, ce qui suscite chez la population une inquiétude sur une éventuelle pénurie des produits alimentaires de base. Ainsi, le problème n’a ni queue ni tête.  Comme le dit Jocelyn Raude, chercheur en psychologie sociale à l’École des Hautes études en santé publique, qui déclare à l’AFP que “l’anticipation de la pénurie génère la pénurie elle-même ».

Afin de calmer les inquiétudes, la grande enseigne Casino balaie  publie un communiqué officiel dans l’Express : « En vérité, un rayon vide, ça ne dure que quelques heures. Les stocks existent, il n’y a pas de pénurie, tout simplement parce que les camions peuvent continuer de rouler et que les industriels qui nous fournissent ont des stocks importants pour approvisionner les magasins. Disons qu’on est dans une période qui ressemble à une journée de Noël ».

Le supermarché explique aussi que c’est la  réorganisation interne des personnels  qui a été chamboulée. Voulant à tout prix, respecter les consignes données par le président de la République, il fallait tout reconsidérer cas par cas. Par exemple : qui est chargée de l’ouverture des magasins ? Qui sont ceux qui ont  des enfants de bas âge ? Et bien d’autres choses.

Pour la suite, ouvrir la page suivante

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Most Popular

To Top
Send this to a friend