Les corps du défunt ne seront plus incinérés ni enterrés dans le futur – Recettes en Famille

Les corps du défunt ne seront plus incinérés ni enterrés dans le futur

by Emma

Depuis que les hommes ont foulés la Terre, il y a eu différentes formes de traitement des cadavres. Pour ne dire que dans l’ancien Egypte, où il y avait la pratique de la momification. Cette dernière était préoccupée par la peau et les organes qu’ils ont préférés mettre à part. Plus récemment, il y a eu la crémation et l’inhumation, des méthodes qui sont indiqués pour les plus conservateurs. A l’avènement de l’ère de la préservation de l’environnement, il y a actuellement la méthode écologique. Cette pratique est appelé résomation ou bio-incinération. Tout d’horizon sur ces dernières méthodes, dans toute la suite.

Tout le monde a le droit de faire ses propres pratiques, lors de sa mort. A notre ère, il existe différents types de manière de faire. Pour ne citer que : une sépulture dans les arbres, la cryogénie, dans l’espace, ou même de transformer ses cendres en diamant. Actuellement, il existe une nouvelle manière de faire pour honorer les morts, tout en préservant la planète des fumées.

La mort écolo !

Les pompes funèbres sont actuellement en plein évolution. En effet, il existe un nouveau système de crémation qui est équivalent à un sèche-linge. Cette méthode est la résomation. Elle est la réponse à un monde en plein changement pour la préservation de l’environnement. En effet, il est question de pratiquer une incinération sans fumée. Pour ce faire, les spécialistes vont utiliser des produits chimiques pour favoriser le procédé de décomposition du corps. En termes de financement il est question de mettre sur  la table, 300 000 euros par unité de ce système. Donc, l’élément chimique utilisé dans cet appareil est l’hydroxyde de potassium, qui est l’agent utilisé pour dissoudre les tissus et les organes mous du défunt.

On a accès à un cercueil en bois réutilisable et orné, dans le but de transporter le défunt à ce qu’on appelle le  Resomator. Le corps est ensuite mis dans un cylindre qui contient unétagère en acier inoxydable. Cette dernière est la chambre pour brûler à 180°, avec une très haute pression pour dissoudre le corps en moins de 3 heures. Enfin, les restes sont ainsi prêt à être mise à la terre.

Des recherches Anglaises

Le Resomator est le fruit de la recherche fait par un scientifique Anglais, appelé Sandy Sullivan. Cette trouvaille repose sur la chimie avancée, et une technologie de décomposition naturelle. Cette technologie s’appelle l’hydrolyse alcaline, elle ressemble à la crémation tout en étant plus éthique et plus propre. C’est un procédé qui respect l’environnement, car elle expulse moins de gaz carbonique.  En effet, il consiste à utiliser des produits chimiques comme l’alcalis et l’eau, et avec une très haute pression  le corps sera devenu de la cendre blanche en un rien de temps. Au final, après un système de traitement, il reste les os blancs qui sont les cendres blancs que l’on devra envoyer à la famille.

Actuellement, la société a déjà importé ce savoir outre-mer, comme aux Etats Unis et au Canada. En plus d’être écolos, l’autre avantage de ce procédé est le moindre coût pour la famille.

La conséquence de la mort sur la nature

Statistiquement parlant, le magazine Libération a expliqué qu’en France, la majorité des personnes préfère la crémation. Ils sont 63% de la population à adhérer à ce système. Par contre, il y en a certains qui optent pour l’inhumation. Cette minorité est équivalente à 37% des Français. Néanmoins, que ce soit l’un ou l’autre, ils sont tous deux des ennemis de l’environnement, et préoccupent les défenseurs de la politique verte. D’après le Center for Natural Burial, dans un cimetière il existe l’équivalent des matériaux pour la construction de 40 maisons. A savoir on y trouve 1000 tonnes d’acier, 20000 tonnes de bétons et assez de bois pour la construction.D’autre part, les cimetières occupent assez d’espace pour éviter la vie végétale et animale de se développer.

Pour les plus fervents admirateur de l’enterrement, il est maintenant plus raisonnable pour l’environnement, d’utiliser des fluides d’embaumement faites à partir de:  formealdéhyde, d’alcool de friction et des huiles essentielles. Pour les cercueils, le bois ou le métal qui se décompose très lentement dans le temps, sont maintenant remplacés par du cèdre biodégradable.

Avant on a toujours pensé que l’incinération était écologique, au point où elle a été utilisée pour remplacer l’inhumation. Néanmoins, cette méthode s’est avérée plus polluant de l’environnement qu’on ne le pensait. En effet, il existe du gaz naturel qui s’en dégage et aussi du gaz à effet de serre.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend