Le père de la victime a engagé des tueurs à gage qui ont mis fin à la vie du pédophile – Recettes en Famille

Le père de la victime a engagé des tueurs à gage qui ont mis fin à la vie du pédophile

by Emma

Furieux, le papa de la victime a rendu justice lui-même alors il a embauché des tueurs à gages pour mettre fin à la vie du criminel. Sa fille a été agressée sexuellement par un pédophile, qui a été assassiné, une fois sa peine d’emprisonnement purgée.

C’est l’idée qui passe par la tête de tous les pères dont l’enfant se fait agressé sexuellement par un pédophile. Comme le rapporte le média The Sun, la réaction du père aurait été de ture le pédophile qui a violé sa fille en embauchant des tueurs à gages.

Pasteur et pédophile

L’agresseur se nommait Giuseppe Matarazzo, pasteur à Bénévent, une ville située au nord de Naples. Il s’est acquitté de sa peine de 11 ans de prison et a été assassiné un mois après avoir été libre. Ses victimes étaient au nombre de deux, dont l’autre s’est suicidée un an après l’emprisonnement du criminel, en 2008.

Coupable d’avoir tué le pédophile après sa libération

Le commanditaire de l’assassinat n’a pas été confirmé lors des enquêtes mais les agents chargés de l’enquête soupçonne le père de la victime pour avoir ordonné l’homicide de Giuseppe Matarazzo. Le corps du criminel a été retrouvé avec 5 traces de balles. Genero Nastam et Giuseppe Massaro sont les suspects principaux qui auraient exécuté l’ordre du parent de la victime.

 « Des preuves irréfutables de la culpabilité de Matarazzo »

Selon les informations rapportées par France Soir, les séquelles de la fille victime constitueraient un mobile pour le suspect. La fille en question s’est pendue à un arbre alors qu’elle avait dit à ses parents de nourrir les moutons. Lorsque les gendarmes ont enquêté sur l’affaire, ils ont affirmé la présence de « preuves irréfutables de la culpabilité de Giuseppe Matarazzo ». Après sa libération, le père de famille est revenu à son village d’origine mais envisageait de déménager pour venir vivre à l’étranger.

La famille défend Giuseppe Matarazzo

Giuseppe Matarazzo, le père de la victime est reconnu coupable de l’assassinat et a fait l’objet de 11 ans d’emprisonnement. De leur côté, sa famille clame son innocence. Les proches ont affirmé à travers un communiqué qu’il n’existait aucune preuve d’ADN. Dans le document, on peut lire : « Il est décédé atrocement sans aucune culpabilité. Son nom et sa mémoire ont été traînés dans la boue par ceux qui voulaient laver leurs propres péchés. Il a été tué sans avoir droit à la justice ».

Un cas non isolé

Tout comme le père de la victime, une mère de famille a incendié son mari puisque celui-ci est accusé d’avoir agressé sa fille sexuellement. Comme le relaye le média ABC7, Tatanysha Hedman, une femme âgée de 39 ans a dispersé de l’essence sur son mari et a mis le feu. « Lui tirer dessus était trop gentil » témoigne-t-elle. Cette dernière est déclarée coupable avec une peine de prison et une caution de 410 947 euros. Par la suite, les détectives ont accusé du père de famille pour pédophilie au premier degré.

Des conseils pour protéger ses enfants des agresseurs sexuels

Lors de son interview pour le magazine Elle, Claude Halmos, psychanalyste, spécialiste de l’enfance et de la maltraitance, adresse un communiqué aux parents. L’expert relate que la meilleure technique de protéger ses enfants est de leur tenir informés. Dans ce sens, les parents doivent faire comprendre à leur progéniture la raison pour laquelle il ne doit jamais parler ni suivre un inconnu. Autrement, l’enfant sera curieux de commettre l’acte prohibé. En sus, elle explique l’importance d’élucider à l’enfant les risques auxquels il sera exposé s’il fait face à un pédophile. Il faut faire preuve de pédagogie lorsqu’il est question de parler de sexualité vers l’âge de 2 ans et demi.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend