Le partenaire de votre fille dépend du comportement de son père, le père est-il bon ou mauvais ? – Recettes en Famille

Le partenaire de votre fille dépend du comportement de son père, le père est-il bon ou mauvais ?

by Emma

Vous avez peut-être remarqué que votre compagnon ressemble un peu à votre père. Est-ce juste une coïncidence ou bien c’est la réalité ?  « Le cœur a ses raisons que la raison ignore », cet adage est bien fondé. Pourtant,  les fonctions psychologiques qui incitent à choisir son partenaire à un autre semblent banales. Dans ce sens, le Dr Judith Wright, thérapeute relationnelle, démêle le vrai du faux sur ce propos. Ainsi, l’expert déploie les raisons pour lesquelles les époux ont des traits communs avec leurs pères.

Dans la période contemporaine, le lien entre père et fille a véritablement changé. Les pères s’impliquent beaucoup à l’éducation de leur enfant et se voient plus affectionné qu’avant. C’est un phénomène qui admet à la fille une sensation particulière d’être proche de ce parent, et également d’ancrer dans son âme un masculin parfait qui saura influer sur le choix de son futur partenaire.

Comme l’explique Judith Wright, il serait vital de déchiffrer le lien père-fille du fait que cela présente une grand influence sur les relations futures d’une femme et dans le but de vivre heureuse.

Un père est le héro de sa fille

Une fois née, une fille est liée particulièrement à son père. Cette affection qu’ils entretiennent leur permet de développer une relation unique et de bâtir l’individualité de la fille. Selon Carl Gustav Jung, psychanalyste, la fille passe par un stade qu’il baptise « complexe d’Electre ».

Il s’agit d’un principe qui a été inspiré par l’histoire d’Electre. Dans cette fiction, une héroïne grecque a ôté la vie de sa mère Clytemnestre afin de défendre l’honneur de son père. L’expert se réfère à une époque où la fille expérimente un trait antagoniste vis-à-vis de sa mère et ressent de l’attrait singulier pour son papa. Généralement, une fillette estime sans de manière spontanée que son père est le premier homme dans son existence. De plus, elle est vouée à lui d’une admiration fidèle, il devient son idole du sexe opposé.

De la sorte, les interactions qu’elle entretiendra avec son père à sa petite enfance seront un modèle de ce qu’elle aura avec la communauté externe, notamment envers le sexe opposé. D’après le Dr Wright : « Cela s’appelle la programmation pré-sexuelle ».

Par la suite, la spécialiste déploie que durant l’enfance, « nous développons un schéma inconscient de ce qu’est l’amour », et qui se renforce sur la mode d’éducation que nous avons reçu. A fortiori, il paraît légitime qu’une fois adulte, nous soyons captivés par des êtres du sexe opposé qui nous invoquent la personnalité de nos parents.

Un choix de partenaire qui dépend de la personnalité du père

Selon Marie-Geneviève Thomas, psychologue et spécialiste en psycho-généalogie, « le schéma des parents vient colorer la façon dont on répond à des séductions amoureuses ». A cet effet, une petite fille peut explorer une reproduction de l’histoire de ses parents en sélectionnant un homme qui présente les mêmes traits que son père. Mais tout cela se fait inconsciemment. D’autant plus, nous ne sommes rassurés que sur ce qui est habituel. Selon les résultats d’une étude parue dans le journal Evolution and Human Behavior, cette tendance sélective ne se limite pas aux personnalités mais aussi aux aspects du physique.

Dans le cadre d’une discipline psychologique, ce fait est nommé « empreinte sexuelle » ou « imprégnation », une idée soutenue par Tamsin Saxton de la Northumbria University. Malencontreusement, lorsque le père accoutume une influence négative sur sa fille, la répercussion n’est pas du moins étonnante. Pour un père alcoolique, menteur, égocentrique ou manipulateur peut, la fille est incitée à se pencher à un compagnon aussi indocile.

Ainsi, selon le Dr Judith Wright : « vous choisissez quelqu’un qui a les mêmes problèmes afin de pouvoir y remédier et faire un meilleur travail cette fois-ci. En d’autres termes, même si vous savez que votre relation avec votre père était malsaine ou même abusive, cela n’empêche pas d’avoir envie de ce qui est familier ». Si ce schéma mental vous correspond et que vous êtes incitée à amplifier les relations toxiques, c’est sûr que la fin ne sera pas agréable. Il est alors recommandé de solliciter l’avis d’un psychologue pour qu’il puisse vous guider à développer des relations plus assainies.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend