Le décès d’une mère est profondément douloureux, on aimerait qu’elle sache le grand vide

D’après John Petit-Senn, un poète genevois : « La mort d’une mère est le premier chagrin qu’on pleure sans elle » et il a raison car la perte d’une mère est équivalent à ne plus avoir de tendresses ni d’amour inconditionnel. Sans une mère, on a l’impression de perdre tellement, c’est notre soutient qui n’est plus là, et notre vie est vraiment vide de sens. Mais aussi quand elle s’en va, c’est aussi une partie de nous qui part avec elle.

La tristesse qui s’accompagne avec le décès d’une personne qu’on aime est toujours déboussolant, et chacun a sa manière de le prendre. Après la disparition de nos proches, le plus souvent c’est toujours les larmes qui s’écoulent, pour les autres ils les expriment en ne voulant voir ni parler avec personne. En faite, c’est un long chemin dure et fatiguant où l’émotion est la plus forte. Ainsi, beaucoup regrettent de ne pas avoir assez montrer des preuves d’amour face à la perte de leurs mères.

 Une mère est un soutient dans la vie

Quand on parle avec notre mère d’un projet, elle est capable de nous montrer qu’on peut le faire et à l’entendre parler, on serait capable de concrétiser même nos rêves les plus fous. Depuis nos problèmes les plus moindres, jusqu’à ceux les plus importants, elle est toujours avec nous et sera toujours la pour nous donner du réconfort quand on est battu. Elle n’a pas d’heure quand il s’agit de nous aider et pour nous remettre en selle. Son départ marque la fin de notre enfance et aussi de tous les réconforts qui s’en vont avec elle.

Une affliction sans précédent

Il n’y a pas de mots pour pouvoir décrire ni de partager le décès d’une mère. Cette disparition marque un point de non retour. C’est aussi comme un pont qui nous fait passer de l’enfance à l’âge adulte, et ceux indifféremment de notre âge. Sans l’assistance d’une mère  l’enfant aura dans la tête qu’il sera confronté à tous les aléas de la vie seul, et il aura cette nouvelle pensée en tête pour lui donner une certaine maturité.

 Rien ne nous aura appris à s’habituer à cette disparition

Quelque soit le moment, être confronté à la mort d’une mère est toujours très difficile à vivre. Il y aura des successions d’émotions qui vont vous chambouler la tête, et elles vont vous envahir face à ce décès. Finalement, même si on vit sa mort, nous ne pourrons jamais nous habituer à la laisser s’en aller.

Plusieurs questions vont maintenant nous tourmenter, comme comment va-t-on faire après les problèmes de la journée ? À qui se confier avec nos douleurs et les rancœurs ? Pour finalement nous emmener à regretter de ne pas avoir profité de sa personne pendant son vivant.

Profiter de ce qu’on a

A tout le monde qui a encore sa mère, profitez d’elle dès qu’elle est encore là et démontrer la votre amour. Soyez avec elle et discuter des bons moments passés ensemble. Dites lui que vous l’aimez, et remerciez la pour tous les sacrifices et les soutient qu’elle vous accorde. Montrez lui votre amour le plus fréquemment possible, car votre amour est pour elle très important. Trouvez le temps pour elle, même si vous êtes sans cesse occuper, car c’est ce qu’elle a fait pour vous, pour que vous soyez ainsi. Et gardez toujours en tête que même si une mère peut substituer de personnes, aucune d’elles ne pourront jamais la substituer.

Pour la suite, ouvrir la page suivante

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Most Popular

To Top

Send this to a friend