Fukushima : Au Canada, le premier saumon radioactif est apparu

C’est en Colombie Britannique, au Canada qu’ont été découvertes les premières photos de saumons radioactifs. Elles ont été rendues officielles et publiques par une équipe de chercheurs au sein de l’Université de Victoria. Il a été indiqué que c’est Fukushima qui se trouve derrière tout cela.

Le saumon radioactif a été découvert en 2015, dans le lac Osoyoos, mais ce n’est qu’en novembre 2016 qu’il a été signalé pour la première fois. Il présentait des niveaux faibles, mais qui étaient tout de même détectables, notamment l’isotope radioactif césium 134. Il s’agit du marqueur de la radiation de Fukushima.

L’origine de cette information :

WHOI n’est autre qu’un projet scientifique d’échantillonnage de l’eau de mer, œuvrant dans la surveillance de la radioactivité qui traverse le Pacifique vers la côte ouest de l’Amérique, provenant de la centrale nucléaire séquestrée de Fukushima Daiichi dans la région orientale du Japon.

Les échantillons d’eau de mer ont été pris sur les rives de Gold Beach et de la baie de Tillamook. Ils ont ensuite été réellement obtenus au courant de janvier et février 2016. Plus tard dans l’année, ils ont été testés. L’équipe de scientifiques du projet Fukushima InFORM sis au Canada, dirigée par l’océanographe chimiste de l’Université de Victoria, Jay Cullen, a indiqué qu’elle avait échantillonné un saumon sockeye du lac Okanagan. Celui-ci a aussi été testé positif au césium 134.

De nombreux autres rapports ont été diffusés sur le Web, notamment dans des médias alternatifs. La plupart d’entre eux ne sont pas corroborées par des données de mesure pouvant indiquer des cas de contamination de radioactivité du saumon cancadien, jusqu’à la révélation de cette équipe de chercheurs.

Il est primordial de noter que les retombées radioactives de la première explosion et des effondrements à Fukushima en 2011 ont pu atteindre les USA et le Canada en seulement quelques jours. Ils ont ensuite encerclé le globe partout où les précipitations et les courants l’ont transporté.

Les révélations des tests et des données recueillis concernant la catastrophe nucléaire du siècle :

Voir aussi:  Liste étonnante de 42 utilisations de vinaigre de cidre de pomme - Plus d'instructions sur la façon de l'utiliser!

Dans les restaurants de sushi, des tests de radiation du poisson ont pu révélér la présence de radioactifs du césium 134 ou empreinte de Fukushima à cause de la rapidité de sa décomposition. Avec seulement 2,06 de demie-vie, il existe très peu d’autres endroits où l’isotope cancérigène et dangereux pourrait avoir vu le jour.

Le césium-134 est un isotope radioactif qui a été essentiellement formé par l’activité humaine. Malheureusement, l’unique source plausible est le désastre du phénomène Fukushima. Pour informations, il a tendance à se désintégrer rapidement. De ce fait, il est impossible de le lier à des catastrophes nucléaires antérieures ou encore à des essais atomiques.

Il est déjà présent un peu partout :

Pour la suite, voir la page suivante (Cliquez sur le bouton rouge en dessous)

To Top

Send this to a friend