En colère, Elie Semoun martèle « Le confinement à tué mon père » – Recettes en Famille

En colère, Elie Semoun martèle « Le confinement à tué mon père »

by Emma

D’innombrables familles dénoncent la reprise du confinement, notamment en raison de la mise en quarantaine des Ehpad. A l’heure où le nouveau coronavirus refait échos dans le territoire français, les personnes âgées classées vulnérables sont au risque élevé de contracter le virus. Pour le père d’Elie Semoun, le virus lui a valu sa vie. Au fait de cette calamité, l’humoriste rend publique son chagrin et sa colère envers la mesure de confinement. En raison de cette date catastrophique du 12 septembre, il cri « Le confinement a tué mon père », comme repris sur la plateforme Le Figaro.

Révolte contre la mesure drastique du gouvernement

Le célèbre professeur Michael Levitt avait crié fin mai, « le confinement était une perte de temps ». En sus, cette mesure établie a suscité un affolement et des effets catastrophiques. Malgré tout, plusieurs pays se sont adonnés à cette mesure draconienne dans le but de restreindre au mieux les répercussions de l’épidémie. Parmi les personnes les plus vulnérables, les personnes âgées sont au risque imminent d’en pâtir. Élie Semoun est cependant formelle. Il pointe du doigt le confinement établi en mars dernier puisque cela aurait engendré la mort de son père Paul Semoun. Agé de 88 ans à son décès, le défunt endurait une maladie d’Alzheimer.

Un cri de chagrin et de colère aurait incité l’humoriste à publié sur Twitter : « La lecture des nouvelles mesures me met en colère. Il est très douloureux pour moi de l’écrire mais le confinement a tué mon père, confesse-t-il sur les réseaux sociaux ce jeudi 24 septembre. J’écris juste ce que je pense (et je ne suis pas le seul) je ne veux lancer aucun débat, parce que cela me ferait mal « d’impliquer » sa mémoire dans une controverse désormais obsolète pour moi. » Ce post qui dénonce la mesure de confinement a défrayé la Toile.

Par la même occasion, Elis Semoun se relate dans sa publication : « Mais je dois rendre publique que l’arrêt obligatoire de nos visites à son Ehpad durant deux mois a accéléré son déclin, déjà fragilisé par Alzheimer », se remémore le comédien. Il martèle tout de même : « C’est quasi criminel d’empêcher nos anciens d’être entourés de l’amour de leurs proches. Parce qu’un « je t’aime », un baiser, un geste valent mieux que la solitude dans laquelle nous plonge la peur de ce virus, pour des raisons qui échappent à tout le monde… et qui tuent notre économie, notre chère culture, nos rapports sociaux et nos parents ». Cela étant dit, même si les personnes âgées demeurent fragiles face à la transmission du virus mortel, la mise en quarantaine, la vie famille, sans la moindre visite, ne pas voir leurs proches, ce sont des facteurs qui ne font qu’occasionner des symptômes maladifs. En sus, leur bien-être se trouve malheureusement détérioré.

Après cette publication d’Elie Semoun sur le réseau à l’oiseau bleu, Nicolas Bedos, réalisateur n’a pas manqué de réagir sur les réseaux sociaux en remettant en cause les mesures restrictives établi par l’exécutif.

L’isolement des personnes âgées dans les Ehpad

Alors que l’épidémie est au risque de refrapper la population, le ministre de la Santé Olivier Véran a allégué le vendredi 21 août la situation douteuse au sujet des Ehpad. D’après le ministre de la santé, « des mesures d’isolement » seront probables pour ces personnes vulnérables. Lors de sa déclaration depuis Lozère, il a fait en sorte de tranquilliser les familles des personnes qui vivent en Ehpad en affirmant, à l’heure actuelle, il n’y a pas lieu de prendre des mesures de confinement total sur le territoire français, que ce soit en Ehpad ou en dehors ».

Au moment où le gouvernement établi de nouveau un confinement dans les Ehpad, les familles ont fait face à un tourment en raison de l’impossibilité de visite. Toutefois, le ministre de la santé, à l’initiative de ce verdict met en accent qu’il ne regrette point de sa décision. « Quand vous avez une entrée de virus dans un Ehpad, ça peut être catastrophique », se justifie-t-il.

Bien évidemment, lorsque les personnes âgées contractent le Covid-19, leurs symptômes se présentent à un stade extrême. Les effets du virus peut êtres inquiétants lorsque le virus envahi le corps des personne plus vulnérables « et moi je préfère encore à choisir protéger les gens quitte à les isoler mais en les accompagnant toujours avec humanité, plutôt que de prendre le risque de les voir mourir par dizaines parfois dans des conditions très difficiles » rappelle Olivier Véran.

Brigitte Bourguignon, ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, chargée de l’Autonomie, de son côté martèle qu’aucun confinement des les Ehpad ne sera toléré, que ce soit pour les sujets qui vivent dans  ces établissements, ou par leurs familles respectives. Et même les personnels dans les lieux n’acquiescent pas cette mesure de confinement. Récemment, la polémique sur la sélection des personnes admises en hôpitaux a révolté la population, mais le ministre avance : « non, les hôpitaux n’ont pas refusé de personnes âgées. Personne ne m’a dénoncé ce type de comportement », en guise de réponse.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend