Elle déplore depuis des années la disparition de son fils après un enlèvement de 1995 – Recettes en Famille

Elle déplore depuis des années la disparition de son fils après un enlèvement de 1995

by Emma

L’année 1995 a laissé une rude épreuve pour Maria Mancia. Son enfant a été kidnappé. Et à force de faire des recherches et des enquêtes en vain, la maman était sur le point d’abandonner mais les autorités ont fait preuve d’une détermination de fer qui a changé la donne. Elle a ensuite vécu un rencontre vraiment émouvant. Lors de son interview sur la plateforme de San Bernardino Sun, Maria Mancia a déployé le déroulé des faits.

Durant 21 ans, Maria Mancia se demande si elle pourrait un jour revoir son fils disparu. Tout ce qui reste chez elle c’est une ancienne photo lorsque son fils avait un an. C’est un reste avec lequel elle s’est attachée scrupuleusement durant 21 ans avec une lueur d’espoir de revoir son bébé.

Un rapt prémédité

A l’heure où les disputes entre Maria et son mari s’amplifient, l’enfant a disparu.  En rentrant du travail, elle a été attendue par une maison en désordre. Cependant, elle ne savait pas à quel point la situation est grave. « Je pensais que nous avions été cambriolés, mais j’ai remarqué que la seule chose qui manquait, c’était les affaires de Steven et ses vêtements », a-t-elle déclaré. Cependant, lorsqu’elle a vérifié les affaires, il ne manquait que celles de son enfant.

Promptement, elle a appelé sa belle-famille qui n’a malheureusement pas voulu s’y ingérer. Maria s’est alors déplorée : « Ils ne voulaient rien me dire » se lamente la maman. Alors, elle a décidé de contacter les autorités du compté de San Bernardino dans le but d’aviser un enlèvement parental.

Emue, elle se lamente : « Tout ce temps, je ne savais pas ce qui lui était arrivé ». Même si Maria n’a pas jeter les gants et de faire tout son possible pour revoir son fils, elle a commencé à perdre espoir au fil des années.

Valentin Hernandez a quitté le pays

Son mari au nom de Valentin Hernandez, en dehors d’avoir enlevé leur fils a tout de même quitté le pays. A la base, le couple réside aux Etats-Unis pourtant le père de 54 ans aurait fuit au Mexique comme indiqué dans l’article de San Bernardino Sun.

En sus, il aurait embarqué avec lui tous les preuves de l’existence de leur fils selon les enquêteurs, notamment les papiers administratifs, ses images, son échographie et encore d’autres. Il n’a rien laissé derrière lui au sujet de l’enfant. Sa maman, a dû faire appel à sa belle famille pour envoyer une photo de l’enfant.

L’affaire a été présentée l’année 2011, à l’unité relative aux affaires d’enlèvement d’enfants.

D’après la révélation de News 19, le père de Steven a raconté que sa maman leur a délaissé.

Un test d’ADN salutaire

Deux enquêtrices au comté de San Bernardino nommées respectivement Karen Cragg et Michelle Faxon se sont occupées du cas de Maria. Lorsqu’elles ont entendu que le père se trouvait au Mexique avec son fils, les deux se sont rendues sur place afin d’attester leur présence dans le territoire.

« Nous n’en étions pas sûres, mais avec l’aide de nos partenaires du (ministère de la Justice), nous avons pu le retrouver », explique Karen Cragg lors de son interview. En ce moment, la femme dévoile au grand public que Valentin Hernandez ne fréquentait plus du tout le territoire mexicain et que les enquêtrices ont eu l’occasion de se rapprocher de Steven qui a maintenant 22 ans.

Selon Cragg dans un article, « Nous avons dit à Steven que nous menions une enquête sur la disparition de son père ». « Durant cette conversation, nous avons découvert plusieurs similitudes dans son récit qui correspondaient à celle de notre enfant disparu » peut-on lire sur le communiqué. Ils ont alors effectué un test ADN par l’aide d’un laboratoire et c’est à l’aide de ce test qu’on a attesté le lien de parenté naturel entre Steven et Maria.

Un rencontre plein d’émotion

Lorsque le résultat du test est disponible, Maria a eu un coup d’appel venant des agents de l’unité d’enlèvements afin de leur annoncer ce qu’ils ont découvert. Entre autre, Maria et Steven ont vécu des retrouvailles pleines d’émotion après 32 ans de disparition de ce dernier.

« C’était un choc » pour Steven de se retrouver auprès de sa maman et qu’il ne s’en remet toujours pas. Il était ému et déclare à cet effet, « Je ne savais pas si elle était vivante et recevoir un appel disant qu’ils avaient trouvé ma mère et qu’elle me cherchait, c’était comme un seau d’eau froide. Mais c’est bien. C’est bien ». Ils ont enfin savouré le lien authentique qui puisse exister entre mère et enfant.

Au fait de cet aboutissement, les deux enquêtrices chargé de prendre en main le cas de Marie ont été aussi émues de la rencontre. « C’est vraiment la raison pour laquelle on fait ça » selon Michelle Faxon avant de poursuivre, « Pour ce moment et pour aujourd’hui, quand ils se rencontrent enfin ».

Les parents éprouvent de la frayeur si leurs enfants disparaissent

Selon la psychologue-clinicienne au Centre français de protection de l’Enfance, nommée Gwenaëlle Buser lors de son interview avec les équipes de BFM TV, « Au moment de la disparition, le parent est dans un état de sidération, de choc ». La spécialiste met en exergue la difficulté d’une telle situation. Il est même impossible que les parents ne retrouvent l’esprit relaxé en parcourant cette période. Les parents ne pensent pas encore à recourir à des aides d’autrui que lorsque la disparition a durée un long moment.

D’ailleurs, l’experte accentue, « L’impact du traumatisme commence à s’étioler et ils entrent dans une attente ». « Tout est imaginable, et même le pire » poursuit-elle. Le deuil est invivable, voire impossible pour les parents lorsqu’ils sont en affronts à des séparations depuis des mois ou des années. De manière générale, les parents réagissent de deux manières différentes, notamment de fléchir dans la déception ou encore de s’adonner entièrement à la recherche de l’enfant disparu.

Les parents n’oublient jamais leurs enfants quel que soit leur manière de surmonter le traumatisme. A un moment donné, les parents de l’enfant porté disparu n’osent plus faire appel à une aide externe. Pour ce faire, ils nécessitent d’échanger avec des autres parents qui traversent les mêmes épreuves afin de ne pas s’isoler complètement.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend