Chine : près de 5 000 animaux affamés et déshydratés sont retrouvés morts dans des caisses express – Recettes en Famille

Chine : près de 5 000 animaux affamés et déshydratés sont retrouvés morts dans des caisses express

by Emma

Pas moins de 5 000 cadavres d’animaux ont été retrouvés déshydratés et affamés dans un entrepôt situé à Luohe. Durant une semaine, ces animaux domestiques sont emprisonnés sans ravitaillement.

Chats, chiens, cochons d’Inde, lapins au nombre de 5 000 ont été trouvés morts dans grand hangar en Chine. Ils ont été clôturé chacun dans une cage emballée comme des colis d’expédition.

Chaque colis ont été troué pour qu’ils puissent respirer sauf qu’au bout d’une semaine, il n’ont pas survécus, faute d’eau et de nourriture.

Seuls 200 animaux sont sauvés

Face à cette situation tragique, Sœur Hua, la fondatrice d’Utopia, une association de défense des animaux, formule : « La station était encombrée de caisses express avec des milliers d’animaux déjà morts, et l’endroit sentait les corps en décomposition. C’était comme en enfer ».

Certains d’entre eux étaient encore en vie, notamment 200 lapins et des chiens et chats qui comptent 50 en total. Ces survivants ont été admis en vétérinaires pour des soins, avant qu’ils passent en adoption et d’autre sont accueillis par Utopia.

L’objet de commandes en ligne

Après avoir ouvert une enquête pour découvrir la provenance du dégât, il s’agissait d’un désagrément entre les compagnies qui devraient effectuer les livraisons.

Comme le déplore la fondatrice de l’association en faveur des animaux, « Le fait a suivi un problème de communication de manque de mise au point entre les entreprises d’expédition. En sus, c’est le résultat d’un déficit d’accord sur les réglementations du transport de marchandises. », puis de continuer « Bien sûr, les vendeurs et les acheteurs ont aussi une responsabilité ».

Alors que les acquéreurs ont passé leur commande en ligne, mais aucun des animaux n’ont parvenu à leur destination prévue.

Afin de pallier à un tel désagrément au détriment des animaux, l’association Utopia invoque une nécessité de passer dans les refuges au lieu de passer des commandes en ligne, ce qui est d’ailleurs classé de transaction qui enfreigne la loi.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend