« Chaque matin, je me demande qui je peux aider » dit un policier qui a acheté de la pizza à une femme sans-abris – Recettes en Famille

« Chaque matin, je me demande qui je peux aider » dit un policier qui a acheté de la pizza à une femme sans-abris

by Emma

Dans l’histoire de l’humanité, une photographie peut parfois dire long que des mots. D’innombrables photos ont laissé leur puissance émotionnelle et de leur message dans chacun de nous, notamment un baiser plein de tendresse dans les rues de New York, une promenade qui est tout ce qu’il y a de plus simple sur Abbey Road mais encore une pause déjeuner sur une poutre suspendue. Une autre image a été immortalisée en Caroline du Nord et qui est plus que milles mots.

Une image devenue virale sur la Toile

  1. Rivers, un policier à Goldsboro, a été photographié au moment de sa pause repas, mais avec une invitée. Il discute autour d’une pizza avec une femme sans-abri.

C’est une passante à quelques pas du lieu de la scène, Cassie Lee Barns, qui a pris la photo. Elle est enthousiasmée de ce qu’elle vient d’immortalisé et a décidé de partager cela à son mari Chris. Ce dernier n’a pas hésité de faire part de sa reconnaissance sur Facebook. Après avoir partagé cette image avec sa communauté, la publication a rapidement cartonné sur internet.

La plupart des internautes ont demandé en commentaire ce qui a pu motiver son acte caritatif. Selon des informations collectées sur Facebook, Rivers connaitrait les sans-abris du quartier et qu’il n’aurait jamais vu cette femme auparavant. Cette femme a porté un T-shirt où il est écrit : “Être sans-abri : le moyen le plus rapide pour être personne”. C’est cette écriture manuscrite sur le haut de la femme qui a attisé l’attention du policier. Il s’est arrêté et a décidé de lui offrir de la pizza. Lors du déjeuner, il a découvert le nom de la femme.  C’est Michelle, mariée et mère de deux enfants. Le plus jeune de son enfant a 12 ans et il est pris en charge par les services sociaux. Le pauvre petit est en lutte acharné contre une maladie du foie et l’aîné a 24 ans, mais n’a plus donné signe de vie depuis.

Le long de son métier, Rivers adopte un principe humanitaire. C’est une personne qui a horreur des préjugés et qui prend le temps de comprendre avant de juger quoi que ce soit. C’est l’une des vertus rares et précieuses. Il est constamment en contact avec les personnes sans-abris, ce qui lui a permis de leur connaitre personnellement ainsi que leur passé, dont certains sont victime de violence physique, d’abus ou encore de toxicomanie.

 

Il manifeste d’ailleurs qu’être policier peut s’étendre à des travails sociaux en plus de son rôle de gardien de l’ordre social. “C’est très simple. Chaque matin, je me demande qui je peux aider. Je ne suis certainement pas quelqu’un qui pense que la prison est une réponse à tous les maux de la société.” Affirme-t-il lors de son interview avec CNN.

Dans la ville de Goldsboro, service de police soutient amplement cette approche de la justice, notamment dans un monde qui délaisse de plus en plus l’humanisme.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend